La phytothérapie pour combattre les parasites chez le chat

Illustration : "La phytothérapie pour combattre les parasites chez le chat"

Quels sont les parasites du chat ? Comment les combattre par la phytothérapie ? Gros plan sur les plantes ennemies des puces, tiques, vers et autres petits insectes et organismes qui vivent aux dépens de la santé de nos compagnons.

Qu’ils soient internes ou externes, les parasites du chat affectent sa qualité de vie en provoquant toutes sortes de désagréments (démangeaisons, douleurs…) et en véhiculant des maladies plus ou moins graves. Lutter contre ces indésirables est indispensable pour le bien-être et la santé de nos amis félins. En complètement des traitements prescrits par le vétérinaire et l’assainissement de l’environnement de l’animal, certaines plantes peuvent aider via leur action antiparasitaire naturelle. Voyons comment la phytothérapie peut intervenir pour combattre les parasites chez le chat.

Les principaux parasites du chat

Parasites externes

  • Les puces (Ctenocephalides felis) : le chat les attrape dans son environnement et en rencontrant d’autres animaux. Les puces se reproduisent rapidement et massivement, une seule d’entre elles pouvant pondre 50 œufs par jour pendant 3 semaines, mais ces derniers ne restent pas tous sur leur hôte. Elles occasionnent démangeaisons et dermatites allergiques.
  • Les poux : ceux qui ont le chat pour hôte sont Felicola subrostratus. Ils se nourrissent du sang et des squames de l’animal et se transmettent entre individus soit par contact direct, soit via l’environnement (litière, panier…). Les poux provoquent irritations, prurit, perte de poils et lésions de grattage. Elles sont à l’origine de la maladie appelée phtiriose.
  • Les tiques : ces parasites sévissent surtout du début du printemps et jusqu’à l’automne. Ils s’accrochent au chat pour se nourrir de son sang. Ce faisant, les tiques peuvent transmettre diverses maladies : piroplasmose, ehrlichiose, anaplasmose et mycoplasmose félines notamment. De plus, ces acariens sont susceptibles de causer une anémie.
  • La gale : cette affection dermatologique est provoquée par des petits acariens qui creusent des galeries dans la peau. Le chat est alors pris de démangeaisons et perd ses poils sur des zones plus ou moins étendues du corps. La maladie est contagieuse. On distingue la gale du corps de celle otodectique ou auriculaire.
  • Les aoûtats (Trombicula autumnalis) : comme l’indique leur nom, ces acariens de très petite taille (0,3 mm) et de couleur rouge sévissent principalement durant l’été. Leurs larves se développent dans la peau du chat en se nourrissant de tissus cellulaires. Ces parasites sont à l’origine de lésions cutanées, de prurits et de réactions allergiques.

Parasites internes

Les ascaris sont des vers ronds qui vivent dans l’intestin grêle du chat. Si, la plupart du temps, ils sont évacués par les selles, certains peuvent s’accrocher. Dans certains cas, les chats porteurs d’ascaris peuvent perdre du poids ou souffrir d’occlusion intestinale.

Plus petit que l’ascaris, l’ankylostome se développe dans l’estomac et l’intestin grêle du chat pour se nourrir de son sang. Il provoque diarrhées et anémie.

Citons aussi les vers solitaires, en particulier Dipylidium caninum, dont l’aspect rappelle celui du grain de riz et que l’on peut observer autour de l’anus de l’animal. Sans oublier le ténia, qui provoque diarrhées, prurits et douleurs abdominales.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter
  • Autres parasites internes du chat

Le ver Aelurostrongylus abstrusus se loge dans les poumons du chat, qui se met alors à tousser et à souffrir de difficultés respiratoires. Ce parasite peut également se retrouver dans le tube digestif de l’animal lorsqu’il le ravale, avant d’être évacué par les selles.

Dirofilaria immitis est, pour sa part, responsable de la dirofilariose, ou maladie du ver du cœur. Il déclenche toux et troubles respiratoires, et peut être fatal.

La phytothérapie pour lutter contre les parasites internes et externes chez le chat

En prévention comme à titre curatif, les solutions contre les parasites du chat existent sous différentes formes. Citons, par exemple, les sprays antiparasitaires et les comprimés vermifuges. Dans le même temps, le lieu de vie du chat doit aussi être nettoyé et traité. Le tout peut être complété par l’action de la phytothérapie.

Les solutions à base de plantes s’appliquent au chat soit en préparer les parties concernées (feuilles, racines…), soit en aromathérapie. Autrement dit, par le biais des huiles essentielles. Rappelons que ces dernières sont fortement concentrées et qu’elles ne doivent être utilisées avec les chats qu’après avoir été diluées.

Plantes anti puces, tiques, poux…

Certaines plantes sont foncièrement efficaces contre les parasites externes, mais contre-indiquées chez le chat. C’est le cas notamment du giroflier et du pyrèthre, mal supportés par les félins.

Le choix est assez réduit en matière de phytothérapie contre les parasites du chat, mais les solutions proposées peuvent donner satisfaction en complément des traitements prescrits par le vétérinaire. Dans tous les cas, il est vivement recommandé de demander conseil à ce dernier avant d’utiliser les extraits de plantes sur son chat.

Huiles essentielles antiparasitaires pour le chat :

Un mélange d’aromathérapie à pulvériser sur le chat avant et pendant les sorties permet de protéger le chat des parasites externes. Il s’agit de diluer dans l’eau les huiles essentielles de citronnelle, de thym, de lavande aspic, de menthe poivrée, de tea-tree, de baume du Pérou, de cannelle de Ceylan et de litsée citronnée.

Le mélange est à diluer à 5% pour prévenir les effets indésirables.

Les plantes « vermifuges »

On peut aussi avoir recours à la phytothérapie pour lutter contre les parasites internes du chat, en particulier les vers intestinaux. Les plantes en question possèdent, en effet, des actifs intervenant en tant que vermifuges naturels.

  • Le boldo

Plante originaire du Chili, le boldo renferme des actifs à effet vermifuge dans ses feuilles. On peut l’employer pour combattre les vers ronds ou ascaris qui logent et se développent dans le petit intestin du chat. On utilise aussi le boldo en cas de troubles de la digestion et de problèmes hépatiques chez le félin.

A lire aussi : La phytothérapie pour traiter les problèmes respiratoires du chat

  • Le varech

Les solutions contre les parasites internes du chat viennent aussi du bord de mer. Le varech, qui est un mélange d’algues marines, n’est pas connu que pour sa richesse exceptionnelle en nutriments, surtout en minéraux et oligo-éléments. Il peut aussi servir à combattre les vers intestinaux.

  • Aromathérapie vermifuge

Plus d’une huile essentielle possède une action vermifuge et contribue donc à débarrasser du chat des vers qui colonisent son tube digestif. Les huiles essentielles d’origan et de sarriette sont souveraines lorsqu’il s’agit de lutter contre les vers intestinaux et les parasites unicellulaires. Contre les vers ronds, l’huile essentielle de santoline et celle de chénopode sont appréciées. Ténias et ascaris sont, quant à eux, combattus grâce à l’huile essentielle de thym.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !