La phytothérapie pour traiter les problèmes digestifs du chat

Illustration : "La phytothérapie pour traiter les problèmes digestifs du chat"

Des vomissements aux affections virales, en passant par les flatulences et les inflammations, la phytothérapie a plus d’une réponse à offrir lorsque la digestion du chat n’est pas optimale.

Même si nous faisons extrêmement attention à ce que nos chats mangent, ces derniers ne sont pas totalement à l’abri de troubles digestifs. Qu’ils aient pour origine l’ingestion d’un aliment inadapté, un virus ou encore une bactérie, les troubles touchant la sphère digestive féline ont des conséquences plus ou moins graves et durables sur sa santé, d’où la nécessité d’y remédier le plus rapidement et efficacement possible. Certaines plantes peuvent fournir une aide précieuse dans cette démarche. Voyons les solutions que propose la phytothérapie en cas de problème digestif chez le chat.

Les problèmes digestifs chez le chat

Malgré toutes les précautions prises, le chat peut souffrir de problèmes digestifs de natures diverses.

  • Les vomissements : ils n’ont rien d’inquiétant s’ils ne sont qu’occasionnels. S’ils durent, en revanche, le chat doit être vu par le vétérinaire. Les vomissements répétés déshydratent l’animal et épuisent son organisme. De plus, ils sont souvent la manifestation d’une maladie sous-jacente : infection virale, intoxication alimentaire, insuffisance rénale, tumeur…
  • Les flatulences et ballonnements : l’accumulation de gaz dans l’appareil digestif associée au phénomène de fermentation occasionne inconfort et douleurs chez le chat. Elle peut avoir pour origine une alimentation inadéquate ou une intolérance alimentaire.
  • La diarrhée : elle correspond à une fréquence anormalement élevée des selles, qui sont d’ailleurs plus liquides. Là encore, le chat risque de souffrir de déshydratation. Il peut avoir ingéré un aliment inadapté ou auquel il n’est pas habitué. L’animal peut également souffrir d’une indigestion, d’une infection bactérienne, virale ou parasitaire.
  • La constipation : à l’inverse du chat pris de diarrhée, le félin constipé n’élimine les selles qu’à des fréquences réduites. La texture desdites selles entre aussi en compte, puisqu’elle est généralement plus dure. La constipation sévit souvent chez le chat en surpoids et ne faisait pas suffisamment d’exercice. L’insuffisance rénale peut aussi être à l’origine du problème.
  • La gastrite : l’inflammation de la muqueuse de l’estomac n’est pas rare chez le chat. Elle peut être déclenchée par un changement de régime alimentaire trop rapide, une intoxication alimentaire ou encore des parasites intestinaux.
  • Un virus : le système digestif du chat peut être mis à mal par une maladie virale telle que le coronavirus intestinal. Bénin dans la plupart des cas, il peut plus rarement évoluer vers une affection beaucoup plus préoccupante comme la PIF (Péritonite Infectieuse Féline) qui, elle, est potentiellement mortelle.
  • Les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) : les chats à la flore intestinale vulnérable ou caractérisés par une faible immunité sont les plus touchés. Dans le cas d’une MICI, le vétérinaire procède à une échographie abdominale pour observer les lésions.

Les solutions de phytothérapie contre les troubles digestifs du chat

Contre ces troubles digestifs et bien d’autres, des plantes peuvent être employées pour soulager le chat grâce aux propriétés de leurs principes actifs.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

La phytothérapie intervient conjointement au réajustement du régime alimentaire de l’animal (davantage de fibres, d’eau, élimination des aliments non tolérés…), ainsi qu’au traitement allopathique prescrit par le vétérinaire.

Les solutions de phytothérapie face aux troubles de la digestion du chat se présentent sous différentes formes : infusion à diluer dans la gamelle d’eau, mélanges à incorporer au repas.

Voici quelques plantes connues pour leurs vertus digestives et pouvant être utilisées pour soigner le chat :

Le pissenlit (Taraxacum officinale)

Egalement appelé dent-de-lion, le pissenlit possède des racines renfermant des actifs aux propriétés digestives bien connues. On leur reconnaît des effets cholagogue (stimule l’élimination par la vésicule biliaire) et cholérétique (stimulation hépatique), ainsi qu’une action favorable en cas de constipation ou de ballonnement. Par ailleurs, par sa richesse en inuline, la plante contribue à activer le transit du chat constipé.

Le thym (Thymus vulgaris)

Le thym aide, lui aussi, à réguler le transit et à réduire les ballonnements. Par ailleurs, il aide à prévenir l’halitose du chat et facilite l’élimination des toxines. Il soutient donc le système digestif à plus d’un niveau.

Le fenouil (Foeniculum vulgare / officinale)

On ne présente plus les bienfaits du fenouil, et plus précisément de ses graines, sur la digestion. Le chat en profite également, notamment s’il souffre de spasmes associés aux douleurs intestinales, ou encore de fermentation et d’accumulation de gaz intestinaux.

L’oseille crépue (Rumex crispus)

Plante de la famille des Polygonaceae, l’oseille crépue est dotée de racines très appréciées en phytothérapie, y compris lorsqu’il s’agit de traiter le chat souffrant de troubles digestifs. En plus d’avoir une action astringente et antianémique, elles renferment des principes à l’effet laxatif, ce qui les rend utiles en cas de constipation.

L’anis vert (Pimpinella anisum)

Riche en anéthol, estragol et autres huiles essentielles, l’anis vert contribue à atténuer les gaz intestinaux et à lutter contre les vers ronds qui se logent dans l’intestin. Cette plante agit donc favorablement sur la digestion chez le chat sur ces 2 plans au moins : ballonnements / flatulences et parasites internes.

Le romarin (Salvia rosmarinus)

Il stimule la sécrétion de la bile, et donc la digestion et l’élimination des toxines. Le romarin permet également de soulager le chat sujet aux ballonnements grâce à sa richesse en flavonoïdes, qui lui confèrent une action antispasmodique.

A lire aussi : La phytothérapie pour combattre les parasites chez le chat

L’orme rouge (Ulmus rubra)

En phytothérapie, c’est l’écorce intérieure de cet arbre, originaire de l’Est du Canada et des Etats-Unis, que l’on utilise. La richesse de l’orme rouge en mucilage en fait la base de remèdes naturels contre les ulcérations et inflammations digestives. Elle régule également l’élimination de selles.

La stellaire intermédiaire (Stellaria media)

Egalement appelée mouron blanc ou morgeline, la stellaire intermédiaire possède un effet laxatif léger, en même temps qu’elle agit contre la gastrite et d’autres formes d’inflammations digestives. Elle ne doit toutefois être donnée au chat qu’occasionnellement. Mal employée, elle peut provoquer diarrhées et gastro-entérites.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !