10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Éducatrice canin depuis 2009 et fondatrice de l'entreprise Nature de chien, Chloé Fesch nous livre ses secrets pour accueillir et éduquer un chiot .

Illustration : "10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot"

Une adorable boule de poils va ou vient de poser la patte dans sa nouvelle maison. Cette âme juvénile ne se contentera pas de quelques câlins par-ci et quelques caresses par-là. Adopter un chiot suppose un investissement quotidien, un engagement sur le long terme.

Comment intégrer un nouvel animal de compagnie dans son foyer ? Quels sont les trucs et astuces pour gérer le processus d'apprentissage ? Comment aider son petit protégé à s'épanouir ?

Si ces questions germent dans votre esprit, découvrez les 10 conseils de Chloé Fesch pour accueillir et éduquer correctement un chiot.

1. Prendre le temps d'organiser une rencontre de qualité

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Si un chien ou un chat adulte a déjà posé ses valises dans votre domicile, assurez-vous qu'il soit compatible avec la venue du chiot. Eh oui, peut-être que Médor ou Félix ne sont pas habitués à vivre en colocation avec un autre animal.

Quand sonne l'heure de la première rencontre entre un chien adulte et un chiot, un bon encadrement est de mise. En plus d'être contrôlée pour éviter le moindre conflit, cette entrevue ne doit pas s'éterniser : le jeune canidé ne possède pas le même niveau d'énergie que son aîné. Évitez donc de le fatiguer et de le mettre mal à l'aise.

Si le chiot intègre un foyer avec un chat, patientez quelques jours avant d'organiser le premier tête-à-tête qui, lui aussi, doit être surveillé. Laissez le temps au nouvel arrivant de découvrir son environnement et se détendre ; au félin de comprendre, de manière olfactive, qu'un autre animal a franchi le seuil de la porte.

Le jour J, il est nécessaire de mettre en place un protocole par étapes : « On va toujours accorder au chat la possibilité de s'enfuir et apprendre au chiot les bons comportements à adopter vis-à-vis du chat », explique Chloé Fesch.

2. Accorder du temps au chiot, quitte à poser des jours de congés

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Prendre un animal de compagnie sous son aile suppose un investissement personnel important. « Le principal conseil est de prendre un congé et de rester avec le chiot », indique l'experte.

Les premiers jours suivant son arrivée, il est tout simplement impensable d'envisager de longues périodes d'absence, absence à laquelle il convient d'habituer progressivement votre ami à fourrure. « Lorsque l'on a créé un lien entre le chiot et le maître, qu'il est rassuré, qu'il se sent chez lui et en sécurité, on peut le laisser seul quelques heures », a ajouté Chloé Fesch.

3. Limiter le stress en étant présent à ses côtés

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

En règle générale, les chiots ressentent du stress à leur arrivée. Difficile pour un bout de chou de quitter sa mère, sa fratrie et sa zone de confort du jour au lendemain pour débarquer en terre inconnue. Mais la présence du propriétaire a tendance à apaiser le nouvel arrivant.

« Je conseille de dormir avec son chiot les premiers jours, au moins dans la même pièce que lui, révèle Chloé Fesch, parce que ce qui est important pour lui, c'est d'être en groupe. Être là va donc le rassurer et limiter les comportements de stress. Et puis petit à petit, lui apprendre à rester seul. »

4. Proposer des activités diverses et sécurisées

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Balades, papouilles et séances de jeux rythment les journées du chiot. Parmi les activités à découvrir, retenez celles liées à la proprioception, qui vont permettre au jeune chien d'avoir une meilleure conscience de son corps dans l'espace. Des exercices simples, à réaliser à la maison. « Posez plusieurs manches à balais sur le sol comme des "mikados", et faites-le marcher. Il devra apprendre à bien lever les pattes », précise notre interlocutrice.

Les autres divertissements plus « traditionnels », comme le lancer de balle ou le tiraillement ? Prudence ! Le premier cité aura tendance à « renforcer l'instinct de poursuite du chien, qui par la suite pourrait automatiquement avoir envie de courir après un chat ». Une activité qui n'est pas à exclure, mais qui « doit être contrôlée. On va lui apprendre à aller chercher la balle sur demande ».

Idem pour le tiraillement qui est à contrôler, car il peut blesser l'animal au niveau de ses dents en pleine croissance et de ses cervicales. Privilégiez les jouets en peluche.

Enfin, en cas d'absence, faites attention au choix des jouets que vous laissez à disposition de votre animal. Interdiction pour lui d'ingérer du plastique ou tout autre substance nocive. « Il ne faut pas hésiter à mettre une caméra de surveillance, quand on part, pour vérifier que tout va bien », suggère Chloé Fesch.

5. Commencer l'apprentissage de la marche en laisse à l'intérieur de la maison

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

« C'est bien d'habituer le chiot à porter un collier ou un harnais à la maison, et à le mettre de manière positive en lui donnant des friandises, estime la professionnelle, on peut envisager exactement la même chose avec la laisse. »

Pour apprendre au chien à ne plus tirer sur sa laisse, il vous suffit de vous arrêter dès qu'il agit de la sorte et de reprendre la marche lorsque la laisse est détendue, ainsi de suite. « Quand un chien obtient, il est renforcé, nous éclaire Chloé Fesch, donc le comportement qui lui a permis d'obtenir sera répété. »

En outre, prévoyez d'abord des petites séances « dans un environnement qui ne soit pas trop stimulant », ce qui compliquerait l'apprentissage. Raison pour laquelle travailler dans un premier temps à domicile s'avère intéressant.

6. Le sortir tous les jours

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Vous habitez dans un appartement ou une maison sans jardin ? Pas de panique, vous pouvez tout à fait accueillir un chiot... tant que vous le promenez tous les jours et que vous ne le privez pas de ses besoins fondamentaux.

« Quand on ne possède pas de terrain, on est obligé de sortir son chien », estime l'éducatrice canin, notamment pour qu'il fasse ses petites commissions. Sentir de nouvelles odeurs et rencontrer des congénères se révèlent tout aussi fondamentaux pour le bien-être de votre boule de poils.

7. Apprentissage de la propreté : prendre le chiot sur le fait

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

« Il ne faut pas s'inquiéter si on a des accidents jusqu'à 6 ou 7 mois », conseille Chloé Fesch. Ensuite, il s'avère inutile de gronder le chiot une fois que « le mal est fait ». Portez l'animal lorsqu'il se soulage dans la maison, et mettez-le dehors. Dès qu'il a terminé ses petites affaires dans le jardin, des félicitations, par exemple sous forme de caresses, s'imposent.

Mais l'idéal est d'être proactif : « On sait que le chiot devra faire ses besoins après avoir mangé, joué et dormi, déclare l'éducatrice canin, on le sort donc souvent, notamment après ces 3 phases. » Autre point important : ne jamais retirer les gamelles d'eau et de nourriture la nuit.

8. Ne pas privilégier l'apprentissage des ordres basiques, tels que « assis » ou « couché »

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Pour Chloé Fesch, les propriétaires devraient « prendre le temps de construire une relation solide avec leur chiot, de capturer tous les comportements qui leur plaisent et les renforcer. C'est beaucoup plus intéressant d'un point de vue éducation ».

L'experte apprend volontiers la position « relax » aux chiens. Ces derniers optent pour une position qui leur convient, dans laquelle ils se sentent à l'aise et attendent dans le calme.

9. Enseigner au chiot les soins coopératifs

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

L'entretien de base ? Épointer les griffes, vérifier la dentition, nettoyer les yeux et les oreilles, brosser le pelage.

« Il est possible d'enseigner les soins coopératifs, c'est-à-dire apprendre au chiot à nous indiquer qu'il est d'accord pour qu'on le manipule ou qu'il a besoin d'une pause », dévoile l'éducatrice canin.

Pour ce faire, le propriétaire apprend à l'animal à regarder un objet ou à avoir un autre comportement (toucher un objet, poser la tête sur une couverture, etc.), à travers lequel il montre que la manipulation est autorisée. S'il se désengage, en tournant la tête par exemple, le soigneur « lève les mains et arrête de le toucher ». Pour Chloé Fesch, cette technique permet de mieux respecter son chien.

A lire aussi : Un Corgi adopte 2 canetons qui le prennent littéralement pour leur père

10. Alimentation : demander conseil à un vétérinaire

Illustration de l'article : 10 conseils de Chloé Fesch, éducatrice canin chez Nature de chien, pour accueillir et éduquer son chiot

Pour savoir ce qu'il faut verser dans sa gamelle, renseignez-vous sur les différents types d'alimentation. « Croquettes, rations ménagères, aliments crus, il y a des avantages et des inconvénients dans les divers cas de figure, dévoile Chloé Fesch, mais comme c'est un chiot, il est vital d'adapter son alimentation à sa croissance. » À noter que la plupart des chiots mangent au moins 3 fois par jour jusqu'à leurs 6 mois.

Quoi qu'il en soit, le meilleur conseil est de demander l'avis d'un ou plusieurs vétérinaires. En outre, n'oubliez pas de surveiller ses selles : une anomalie ? Consultez un professionnel de santé.

Enfin, dernier conseil : ne prenez jamais les aliments dans l'écuelle du chien pour essayer de lui apprendre à partager. « Cela aura l'effet inverse : le chiot considère alors que quand vous vous approchez de sa gamelle, c'est pour lui prendre de la nourriture, explique notre interlocutrice, l'idéal est donc de lui ajouter de la nourriture afin qu'il considère votre présence comme agréable et qu'il ne développe pas de comportement de protection de ressource pouvant induire de l'agressivité. »

1 commentaire