Décès de la reine Elisabeth II et regain de popularité pour le Corgi : attention aux dérives !

La médiatisation des Welsh Corgi Pembroke et Cardigan après le décès et les funérailles de la reine Elisabeth II pourrait donner lieu à un engouement pour ces races. Ce qui risquerait de valoir bien des déboires à bon nombre de ces chiens à cause de la méconnaissance de leurs caractéristiques et besoins. Les éleveurs et passionnés de Corgis s’inquiètent.

Illustration : "Décès de la reine Elisabeth II et regain de popularité pour le Corgi : attention aux dérives ! "

La reine Elisabeth II est décédée le 8 septembre 2022 à l’âge de 96 ans. Elle laisse le souvenir d’une grande amoureuse des chiens, en particulier les Corgis. Elle en a élevé des dizaines et a même eu des Dorgis, croisés Teckels et Corgis.

L’actualité de sa disparition et de ses obsèques a contribué à mettre le Welsh Corgi Pembroke et le Welsh Corgi Cardigan en avant. Un phénomène qui pourrait bien se traduire par un regain de popularité pour les 2 variétés, et les fameuses dérives qui peuvent découler de la "race de chien à la mode". On l’a vu, par exemple, après la sortie des « 101 Dalmatiens » en 1996 et les nombreuses acquisitions puis abandons de canidés à la robe tachetée qui ont suivi.

On craint un scénario semblable avec le Corgi. Une vague d’achats et d’adoptions qui pourrait avoir lieu est redoutée. La crainte réside notamment sur l'après-adoption, là où les propriétaires décideraient de se séparer de leurs nouveaux compagnons par ignorance de leurs besoins ou par lassitude.

Illustration de l'article : Décès de la reine Elisabeth II et regain de popularité pour le Corgi : attention aux dérives !

Des acheteurs insuffisamment informés

Parmi les nouveaux éleveurs, beaucoup vendent des portées à tout va sans informer suffisamment les acheteurs sur les attentes du Corgi. De ce fait, de nombreux maîtres pensent avoir affaire à un chien « pépère », que l’on pourrait laisser seul et sans activité, alors qu’il est tout sauf cela.

Pendant des siècles, la race a été élevée pour le travail. Ses représentants ont gardé et guidé des troupeaux de bovins et des poneys notamment, avant de devenir des animaux de compagnie. Il s’agit donc d’un chien qui a besoin d’être actif, tant sur le plan physique que celui mental. Il est aussi doté d’une grande intelligence, tout en se montrant têtu par moments.

Illustration de l'article : Décès de la reine Elisabeth II et regain de popularité pour le Corgi : attention aux dérives !

Le Corgi a donc du caractère, contrairement à ce que son adorable bouille pourrait laisser croire. Son éducation et sa socialisation doivent menée précocement et de manière poussée. Sans cet accompagnement ni une activité suffisante, l’expérience est vouée à l’échec, et le chien sera le premier à en souffrir.

Une crainte que partage et exprime Catherine Malagre, éleveuse de Corgis dans le Loir-et-Cher. Une activité qu’elle mène depuis des années, à une époque où elle faisait partie d’un cercle assez restreints d’éleveurs. Ils étaient une dizaine en 2010. Aujourd’hui, on en compte 198 en France, d’après les chiffres de la Société Centrale Canine.

Des éleveurs qui « ne respectent pas la race »

Elle estime que parmi les nouveaux éleveurs, trop peu travaillent à limiter les maladies touchant la race comme la myélopathie dégénérative et la maladie de Von Willebrand, notamment par les dépistages et le contrôle des géniteurs. Ils ne sont pas assez nombreux non plus à effectuer des tests de caractère. Elle souligne le fait que parmi ces 198 éleveurs recensés en France, ils ne sont qu’une quinzaine à avoir adhéré au club de la race.

Pour Catherine Malagre, ils « ne respectent pas la race, ses besoins et vendent sans [fournir] beaucoup d'information auprès du public. »

Illustration de l'article : Décès de la reine Elisabeth II et regain de popularité pour le Corgi : attention aux dérives !

A lire aussi : Une femme sauve un chien qui lui rend la pareille en lui signalant qu’elle est atteinte d’un cancer

Celui-ci peut pourtant se renseigner de manière complète et fiable sur les élevages grâce à « un outil très performant » qu’elle évoque, le le LOF SELECT de la SCC en l’occurrence. « Tout y est référencé, l'éleveur, plus une fiche pour chaque chien », explique-t-elle. Une simple recherche effectuée sur cette plateforme « va permettre au futur acquéreur de vérifier si les parents sont bien inscrits au LOF (beaucoup font du non LOF), si les tests santé hanches, yeux et tests génétiques ont été effectués, ainsi que le niveau de cotation atteint, détaille l’éleveuse. Sont aussi signalés les éleveurs adhérents au club de race et ceux qui ont choisi un élevage de sélection ».

Attention, donc, aux phénomènes de mode touchant les chiens et dont les victimes sont ces derniers. Avant de prendre la décision d’adopter ou d’acheter un Welsh Corgi Pembroke ou Cardigan, il est indispensable de s’informer sur la race et de s’assurer d’avoir un mode de vie compatible. C’est d’ailleurs valable pour n’importe quel autre chien.

1 commentaire