Acheter son premier cheval : les erreurs à éviter

Illustration : "Acheter son premier cheval : les erreurs à éviter"

Acheter son premier cheval, c’est bien souvent la concrétisation d’un rêve d’enfant pour un cavalier. En effet, quel cavalier n’a jamais voulu avoir son propre cheval ? Pour que ce beau rêve ne se transforme pas en cauchemar, il ne faut pas se jeter dans l’aventure les yeux fermés. Il n’est pas rare de commettre de nombreuses erreurs lors d’un tel achat. Alors, quelles sont les erreurs à éviter lorsqu’on achète son premier cheval ? Woopets répond à toutes vos questions.

Savoir exactement quel cheval acheter

Vous en êtes convaincu : votre cheval sera un étalon gris pommelé, il ne mesurera pas plus d’1m65 et il aura entre 4 et 7 ans. Avoir des critères sur lesquels vous baser, c’est important, mais attention à ce qu’ils ne soient pas trop précis. En effet, vous pourriez mettre des mois à trouver votre perle rare, et finalement vous retrouver avec une jument à la robe bai dont le caractère vous conviendra plus encore.

Pour acheter un premier cheval, mieux vaut vous interroger sur les objectifs que vous souhaitez atteindre. En vous focalisant sur ce critère, vous trouverez forcément le cheval qui vous conviendra, que ce soit pour de la randonnée, pour une équitation de loisir, ou pour sortir en compétition.

Bien sûr, rien ne vous interdit d’orienter votre choix vers un modèle ou vers une race en particulier. Par exemple, si vous êtes cavalier d’endurance, vous vous dirigerez plus facilement vers un Pur-sang Arabe que vers un Frison.

Acheter un cheval coup de coeur

Par envie et empressement d’acheter votre premier cheval, vous pouvez craquer sur la première annonce qui correspondrait à vos critères. Bien sûr, vous pouvez avoir un coup de cœur pour un cheval, mais il s’agit d’un investissement important pour lequel vous devez être aussi objectif que possible.

Gardez les pieds sur terre et essayez plusieurs chevaux avant de vous décider. Prenez votre temps et comparez les différents chevaux que vous avez essayés. Vous serez peut-être surpris de vous sentir mieux sur un cheval qui, en réalité, n’était pas votre premier coup de cœur !

Ne pas demander d’aide

Vous avez décidé d’acheter votre cheval seul, sans demander l’aide de personne ? C’est une erreur. Avoir un second avis est essentiel, surtout quand il s’agit de l’achat d’une vie ! Faites-vous accompagner par un professionnel qui pourra vous donner un avis en fonction des objectifs que vous avez. Il aura un regard différent sur le cheval qui vous fait envie et pourra observer aussi bien ses allures ou son coup de saut que ses aplombs par exemple.

Il n’appartiendra qu’à vous d’écouter ou pas les avis qui vous sont donnés. Apprenez toutefois à faire confiance aux professionnels qui pourront vous faire part de leur expérience et vous guider dans votre choix.

Croire le vendeur sur parole

Vous avez trouvé le cheval de vos rêves ? Le vendeur vous promet monts et merveilles ? Restez sur vos gardes. A moins de bien connaître cette personne, elle peut très bien vous raconter tout et n’importe quoi.

Pour vous assurer de ce qu’on vous dit, renseignez-vous. Vous pouvez par exemple vous rendre sur le site de la FFE pour contrôler vous-même les éventuels résultats en concours du cheval en question. Vous pouvez également demander à vérifier la visite vétérinaire qui a été passée par exemple, ou contacter l’ancien propriétaire pour avoir davantage d’informations sur le passif du cheval.

Ne penser qu’au prix du cheval

Si vous voulez acheter votre premier cheval, vous avez sans doute une idée du budget que vous pouvez allouer à cet investissement. Oui mais avez-vous pensé aux frais annexes ?

En effet, le prix d’un cheval ne comprend pas que son coût d’achat. Vous devrez y ajouter le prix de la visite vétérinaire, le transport, l’assurance ou encore la carte de propriétaire.

En outre, de nombreux frais sont à prévoir après avoir acheté votre premier cheval. Il s’agira par exemple des frais de santé (parfois très importants), des frais d’hébergement ou encore des frais relatifs à son alimentation. En moyenne, il faudra ajouter entre 3 000 et 10 000 € /an pour entretenir votre cheval.

Se tourner d’office vers un jeune cheval

En achetant un jeune cheval, vous vous imaginez probablement que vous pourrez tout lui apprendre. Si vous allez être propriétaire pour la première fois, mieux vaut toutefois vous tourner vers un cheval un peu plus âgé qui a de la bouteille et qui connaît son métier.

Intéressez-vous aux chevaux qui avoisinent les 10 ans ! A cet âge là, un cheval n’est pas encore vieux et il pourra vous aider à appréhender votre nouveau rôle de propriétaire. Il pourra vous emmener en balade ou encore sur les terrains de concours plus sereinement qu’un jeune cheval à qui vous devrez apprendre son métier.

Bon à savoir : Connaissez-vous l’adage qui dit « à jeune cavalier, vieux cheval » ? A moins de vous faire suivre par un professionnel qui pourra vous coacher au quotidien, mieux vaut acheter un cheval avec un peu d’expérience quand on est novice en la matière.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Vouloir un cheval vert dans le travail

Comme de nombreux cavaliers, vous rêvez peut-être de débourrer vous-même votre cheval, et de le faire à votre main. C’est un joli rêve, accessible si vous en avez le niveau et si vous vous faites accompagner.

Acheter un cheval qui a déjà été monté par d’autres cavaliers peut toutefois avoir bien des avantages. En particulier s’il a été débourré par un cavalier d’expérience. Vous pourrez alors profiter d’un cheval bien mis qui sera plus réceptif à vos demandes.

Ne pas prendre vos marques le cheval

Vous êtes intéressé par un cheval ? Avant de l’acheter, testez-le ! C’est capital si vous voulez être sûr qu’il vous correspondra.

Dans un premier temps, passez un peu de temps avec lui à pied. Touchez-le et vérifiez qu’il supporte vos caresses ou le pansage par exemple. Ensuite seulement vous pourrez le seller et lui mettre le filet pour l’essayer. Demandez toujours à préparer vous-même le cheval : c’est le meilleur moyen de vérifier son comportement et de s’assurer qu’il ne présente aucune blessure particulière.

Une fois à cheval, vous devez ressentir les choses. Il faut que vous vous sentiez à l’aise et en confiance, quelle que soit l’allure, et quel que soit le lieu. Allez en carrière, au manège, et pourquoi pas en balade. Vous pourrez ainsi analyser le comportement du cheval en toutes circonstances.

Au-delà d’un simple essai dans l’écurie où est situé le cheval, vous pouvez demander à l’avoir pour une période d’essai plus longue allant de 15 jours à 1 mois en moyenne. Le cheval n’est pas à vous pendant ce laps de temps mais il est logé dans votre écurie. Vous pouvez ainsi le mettre en situation pour vérifier qu’il vous correspond réellement.

Bon à savoir : Certains vendeurs mal intentionnés prépareront le cheval pour votre premier essai. Celui-ci pourra par exemple être tranquillisé pour paraître doux comme un agneau alors qu’il n’en est rien en réalité. N’hésitez pas à essayer plusieurs fois le cheval, et même à l’improviste, pour vous assurer de son caractère.

Ne pas demander de visite vétérinaire

Le cheval que vous comptez acheter coûte moins de 2 000€ ? Dans la mesure où la visite vétérinaire coûte de 100 à 1000€ en moyenne, vous vous dites qu’elle n’est pas nécessaire dans votre cas.

En réalité, elle est plus que nécessaire. Même s’il n’est pas cher à l’achat, votre cheval peut développer une pathologie qui engendrera de nombreux frais, potentiellement élevés. Investir 500€ de plus dès le départ peut donc vous éviter de perdre beaucoup d’argent dans le futur.

Exiger une visite vétérinaire parfaite

Vous ne voulez prendre aucun risque et, surtout, vous ne voulez pas avoir de frais vétérinaires importants. C’est un fait, et c’est compréhensible. Néanmoins, avec l’essor des nouvelles technologies, il est de plus en plus compliqué de passer une visite vétérinaire d’achat sans encombre.

Ainsi, vous découvrirez peut-être une réserve plus ou moins importante sur le cheval que vous souhaitez acheter. Cela ne veut pas dire qu’il n’est plus apte à être monté, mais simplement que certaines disciplines ou qu’une activité sportive intensive sont à éviter. Parfois, il peut aussi s’agir de problèmes de santé tout à fait curables.

Le principal est de vous poser les bonnes questions sur vos objectifs. A vous de voir si l’état de santé du cheval concerné répond à vos envies équestres.

A lire aussi : Devenir propriétaire d’un cheval : les questions à se poser avant de franchir le pas

Penser uniquement au prix du cheval

Le prix d’un cheval varie selon de nombreux critères tels que ses papiers, son âge, ses capacités sportives ou encore son état de santé. Vous pouvez alors penser que plus un cheval est cher, mieux il est. En réalité, ça ne veut rien dire. A titre de comparaison, une veste à 200€ n’est pas forcément mieux qu’une veste à 50€ : tout dépend de vous et de votre ressenti. En équitation, c’est un peu pareil.

Bon à savoir : Vous pouvez tomber sur un cheval particulièrement peu cher. Attention… il ne s’agit pas toujours d’une bonne affaire. Là encore, n’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un professionnel de confiance qui pourra vous donner son avis sur la question !

Sous-estimer la complexité de la tâche

Vous avez des critères bien précis en tête ? Vous connaissez un élevage idéal ? Vous vous dites qu’acheter votre premier cheval va être facile. En réalité, ça peut rapidement devenir le parcours du combattant.

Il vous faudra beaucoup de patience et de réflexion pour trouver LE bon cheval. Soyez persévérant et rigoureux dans votre recherche : vous n’achetez pas un vélo, vous achetez un animal qui passera toute sa vie avec vous.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !
  • Image de profil