Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Les problèmes urinaires chez le chat

Les chats sont des animaux sensibles de la sphère urinaire et à ce titre, sujets à de nombreux troubles. Le trouble le plus fréquemment rencontré chez le chat correspond à ce que l’on appelle les cystites ; elles peuvent avoir des origines diverses. Toujours douloureuses, elles doivent impérativement faire l’objet d’une prise en charge par un vétérinaire. Comment reconnaître les symptômes pouvant traduire une cystite ? Comment les prendre en charge et éviter leurs récidives ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions.

Symptômes chez le chat

Les chats peuvent manifester leur inconfort urinaire de plusieurs façons. Quels que soient le ou les symptômes observés, ils doivent être pris en charge au plus vite pour éviter de s’aggraver et éventuellement de mettre en péril la vie du chat.

Parmi les symptômes fréquemment observés :

  • La malpropreté urinaire : le chat urine en dehors de sa litière sur des surfaces plus ou moins adaptées : lavabo, canapé, tapis, rideaux… Le mode d’élimination vertical (mur…) ou horizontal (lit, tapis…) a une grande importance ; n’oubliez pas de le préciser à voter vétérinaire.
  • Douleur à la miction ou strangurie : le chat pleure en urinant, et généralement urine très peu voire pas (attention l’absence d’urine est une urgence). Le chat peut aussi sortir de sa caisse en courant comme s'il avait eu peur, et passer un temps infini à se toiletter le ventre ou l’arrière train comme pour se soulager.
  • Difficultés à uriner ou dysurie : le chat a dû mal à uriner, la miction est souvent douloureuse. Cela peut être dû à une difficulté mécanique à uriner (urètre bouché) ou une infection bactérienne (consécutive à un diabète par exemple).
  • Présence de sang dans les urines ou hématurie : les urines sont généralement rosées (sang dilué dans le volume des urines). La présence de sang traduit la présence d’une inflammation importante de la paroi vésicale, de l’uretère ou encore des reins. Elle peut être due aussi à la blessure d’un de ces organes par un calcul.

Les symptômes urinaires peuvent évoluer seuls ou accompagnés, c’est-à-dire que l’on peut observer en même temps des difficultés à uriner accompagné de sang par exemple.

Les troubles urinaires peuvent évoluer rapidement chez le chat, surveillez ces urines mais aussi sont comportement. Les cystites peuvent entrainer : fatigue, perte d’appétit, léchage excessif du ventre, agressivité

Causes des maladies urinaires du chat

Il existe différentes causes aux maladies urinaires du chat. Les plus connues sont :

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

  • Les calculs ou cristaux : ils se forment dans la vessie et s’éliminent difficilement. Ils peuvent irriter les parois et même bloquer complètement l’élimination des urines. Il existe plusieurs types de calculs chez le chat : les struvites et les oxalates sont les plus fréquents.
  • La cystite idiopathique : la cause n’est pas toujours connue, mais on sait que le facteur stress y est pour beaucoup. Les urines sont de qualité normale, mais le chat n’arrive pas à les éliminer.
  • Les cystites bactériennes : elles sont plus rares et presque toujours secondaires à une autre maladie : diabète sucré…

Il est important de noter qu’il s’agit de ce que l’on nomme couramment les maladies du bas de l’appareil urinaire félin. Les reins font partie du même appareil et possèdent leurs propres maladies : insuffisance rénale

Prise en charge

Les maladies urinaires doivent être prises en charge au plus vite pour plusieurs raisons : éviter que cela ne s’aggrave, mais aussi éviter que les mauvaises habitudes d’élimination ne soient prises. Lors de la consultation, le vétérinaire pourra réaliser plusieurs examens : prise d’urine en vue d’un ECBU (examen cyto-bactériologique des urines), radiographie ou échographie (visualisation de calcul), prise de sang pour s’assurer de l’état de santé des reins…

Dans la situation où votre chat n’urinerait plus du tout (anurie), le vétérinaire pourra installer une sonde urinaire sous tranquillisation afin de soulager le chat et permettre aux reins de ne pas souffrir. Dans certains cas, les calculs vésicaux pourront être retirés lors d’une intervention chirurgicale ; dans le cas de cristaux, une alimentation adaptée pourra peut-être suffire.

Pour les cystites d’origine idiopathique, la prise en charge du stress est primordiale : identification du problème, utilisation de phéromones d’apaisement ou huiles essentielles et dans les cas les plus lourds, d’anxiolytiques.

Eviter les récidives

C’est le nerf de la guerre, une fois la crise passée, il faut absolument en éviter une nouvelle qui pourrait s’avérer plus grave.

A lire aussi : "L'AVC chez le chat"

On sait que certains facteurs favorisent les troubles urinaires :

  • Le surpoids ou l’obésité : le chat bouge moins et les urines stagnent dans la vessie.
  • Le manque d’eau : le chat est généralement un piètre buveur, stimulez-le en lui proposant une fontaine à eau ou des aliments humides de bonne qualité.
  • Les aliments bas de gamme : souvent riches en minéraux, ils favorisent le développement des cristaux et calculs.

Il est donc important d’agir en prévention sur ces 3 points pour éloigner le plus possible les crises.

A propos de l'auteur :

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !