Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Son chien avait tué un congénère et mordu une passante, il a été condamné !

Publié le 08/05/2019 à 19h31 Modifié le 09/05/2019 à 12h16

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Son chien avait tué un congénère et mordu une passante, il a été condamné !" Photo d'illustration

Début mars, une passante et son petit chien ont subi l’attaque d’un molosse non tenu en laisse. La femme a été blessée à la main. Son canidé a été tué. Ce mardi 7 mai, le propriétaire de l’animal en cause dans cette histoire a été condamné par le tribunal correctionnel.

Mardi 7 mai, devant le tribunal correctionnel d’Argentan, comparaissait un homme de 29 ans en raison de l’agression de son chien sur une passante et un petit Bichon, au début du mois de mars. Une agression imprévisible, bien que l’agressivité de son American Staffordshire Terrier était réelle. D’ailleurs, l’individu a reconnu « la dangerosité de son chien » dans des propos retranscrits par Ouest France.

A lire aussi : "Apprendre son chien à se promener en laisse"

Malgré tout, l’homme n’avait pas mis de muselière lors de cette promenade du 3 mars, qui tourne au carnage. Pis, le canidé n’était pas tenu en laisse. Alors, quand il a croisé la route d’une dame en compagnie de son petit toutou, il s’est précipité vers eux, faisant « voler comme une poupée de chiffon » ce dernier et mordant à la main la passante.

Un chien non vacciné et déjà connu pour violences

La femme a eu 2 jours d’incapacité de travail. Son compagnon, lui, est décédé des suites de ses blessures. Devant la justice, l’homme a bien évidemment reconnu les faits. Il a cependant précisé que si son molosse avait voulu mordre la victime, « elle aurait eu la main broyée ».

Cela n’a pas fait compatir le tribunal qui, en raison de l’imprudence du prévenu et d’un chien non vacciné et déjà connu pour des violences envers des congénères, a condamné le presque trentenaire à 70 heures de travail d’intérêt général et à 1 000 € d’amende à verser à la victime. A noter que son chien a été saisi. De toute façon, pour lui, « les chiens, c’est fini », a-t-il annoncé.

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune Bouledogue, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chien le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (William, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chien, faites comme William, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 10/05/19

    pauvre dame qui a perdu son chien dans cette "histoire"....le jeune homme admet que son chien était dangereux (alors pourquoi ce jour là n'a t'il pas muselé son chien ???) et maintenant, son chien est saisi....que va devenir le chien ??????????????????????????????????????????????????

     Répondre  Signaler