Réussir la tonte de son cheval

Illustration : "Réussir la tonte de son cheval"

Pour leur permettre de passer l’hiver dans les meilleures conditions possibles, il est fréquent que les chevaux soient tondus. C’est notamment le cas des chevaux de sport qui transpirent rapidement en hiver avec leurs longs poils épais. Encore faut-il savoir comment tondre correctement son cheval. Découvrez les conseils de Woopets pour réussir la tonte de votre cheval en toutes circonstances !

Pourquoi tondre son cheval ?

Que ce soit en hiver ou en été, les chevaux n’ont pas le même poil. En hiver, il est plus long et plus fourni tandis que le cheval mue lorsque les températures remontent. Si ce poil d’hiver permet au cheval de supporter les températures basses, il n’est pas adapté aux animaux qui travaillent beaucoup et qui ont donc tendance à transpirer. Avec la baisse de température, le poil du cheval va mettre du temps à sécher après le travail.

Pour limiter les risques de coup de froid et leur apporter davantage de confort, les chevaux qui travaillent régulièrement sont tondus. En effet, éliminer le surplus de poils favorise le séchage rapide du cheval. Pour compenser l’absence de poils, il est alors nécessaire de le couvrir pour le protéger du froid.

À quel moment faut-il tondre son cheval ?

En fonction de la région dans laquelle vit le cheval, des températures, et de son activité physique, la première tonte est généralement effectuée au mois d’octobre ou de novembre.

Pour éviter de tondre son cheval trop tôt et limiter le développement du poil d’hiver, il est possible de le couvrir avec une chemise.

Plusieurs tontes seront nécessaires pour les chevaux qui travaillent beaucoup ou pour ceux dont les poils sont particulièrement épais. Ces différentes tontes ont généralement lieu entre les mois d’octobre et de février.

Tondre son cheval : mode d’emploi

Pour tondre correctement son cheval, il faut avoir en tête toutes les étapes de ce processus.

Préparer la tonte de son cheval

La première chose à faire pour tondre son cheval est de vérifier si le matériel nécessaire est toujours fonctionnel. Il ne faut pas hésiter à lubrifier sa tondeuse si besoin. Les peignes de tondeuse doivent également être vérifiés, et affûtés le cas échéant.

Avant de démarrer la tonte de son cheval, il est impératif de procéder à un pansage dans les règles de l’art. La tonte n’en sera que plus facile et moins longue pour le cheval que cette opération peut stresser.

Pour préparer au mieux la tonte de son cheval, il faut s’assurer qu’il supporte la tondeuse. Pour l’y habituer, il ne faut pas hésiter à laisser tourner la tondeuse à proximité de lui afin que le bruit ne l’effraie pas.

Le déroulement de la tonte

Au bout d’1h30 à 2h d’utilisation, les peignes de la tondeuse chauffent. Par soucis de sécurité et de confort pour le cheval, mieux vaut ne pas dépasser ce timing.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Pour tondre son cheval, il faut toujours partir de la queue pour aller jusqu’aux oreilles. La tonte doit se faire en douceur sans jamais appuyer, toujours à rebrousse-poil en gardant la tondeuse parallèle à la peau du cheval pour éviter au maximum les pincements. Dans la mesure du possible, il ne faut pas soulever la tondeuse en fin de passage pour qu’il n’y ait pas de niveaux disgracieux.

Pour que la tonte soit homogène, un passage de tondeuse doit toujours recouvrir le précédent. Si le cheval a des poils épais, le premier passage se fera avec un peigne épais et le second avec un peigne plus fin. Pour tondre la tête du cheval, l’idéal est d’avoir une tondeuse de finitions.

Attention à ne pas laisser le cheval marcher sur le fil de la tondeuse. Ce dernier pourrait être coupé par les fers et provoquer une électrocution.

Que faire après avoir tondu ?

Après avoir tondu le cheval, il est nécessaire de procéder à un pansage complet pour éliminer les poils résiduels et la poussière.

Un cheval tondu doit être couvert pour être protégé du froid. Pour choisir la bonne couverture pour son cheval, il faut faire attention aux températures et à la météo :

  • Entre 10 et 15°C, une chemise de 100 g/m2 est suffisante.
  • Entre 5 et 10°C, une couverture de 150 à 250 g/m2 est idéale.
  • Entre 0 et 5°C, une couverture de 200 à 300 g/m2 est parfaite.
  • Entre -10 et 0°C, il faudra équiper son cheval d’une couverture chaude de 300 à 400 g/m2.
  • Pour des températures inférieures à -10°C, il faudra s’orienter vers des couvertures de 300 à 500 g/m2.

Les différents types de tonte

Lorsqu’un cavalier décide de tondre son cheval, il peut opter pour différents types de tonte. Il peut, par exemple, choisir :

A lire aussi : Panser son cheval

  • La tonte de concours : elle consiste à tondre complètement le cheval en laissant des poils uniquement au niveau du troussequin. Le temps de tonte est long (environ 1h45), néanmoins elle laisse un cheval facile à entretenir et particulièrement esthétique. La tonte de concours rend obligatoire l’utilisation d’une couverture et d’un couvre-reins lors des séances de travail.
  • La tonte de chasse : elle consiste à laisser des poils sur les membres du cheval et sur son dos, du garrot à la croupe. Le temps de tonte est réduit (45 minutes) et il n’est pas nécessaire d’équiper son cheval d’un couvre-reins. Adaptée aux chevaux qui travaillent régulièrement sans trop d’intensité, la tonte de chasse est assez peu esthétique.
  • La tonte d’entretien d’hiver : elle consiste à tondre le corps, mais pas les membres du cheval. La tonte est rapide (45 minutes environ), mais il faudra surveiller régulièrement les membres pour s’assurer qu’ils ne présentent aucune blessure.
  • La tonte de club : très rapide (30 minutes), elle consiste à laisser des poils sur l’encolure du cheval, sur son dos (du garrot à la croupe) et sur ses membres. Comme son nom l’indique, cette tonte s’adresse principalement aux chevaux de club.

Le choix entre l’un ou l’autre de ces différents types de tonte se fait principalement en fonction de l’utilisation qui est faite du cheval.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !