Comment prendre soin d’un vieux cheval ?

Illustration : "Comment prendre soin d’un vieux cheval ?"

Votre cheval commence à prendre de l’âge et vous aimeriez le maintenir en forme le plus longtemps possible ? C’est tout à votre honneur ! De nombreux propriétaires de chevaux font le choix de mettre leur compagnon à la retraite lorsque les premiers signes de vieillesse apparaissent. Comment les reconnaitre ? Quels sont les soins à prodiguer à un cheval âgé ? Quelle alimentation lui donner ? Woopets vous explique comment prendre soin d’un vieux cheval !

Les signes de vieillesse chez le cheval

Selon l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation, on peut considérer qu’un cheval prend de l’âge à partir de 15 ans. Il faut toutefois modérer cette donnée car tous les chevaux n’ont pas le même passif, tant d’un point de vue de leur activité physique que de leurs conditions de vie. De plus en plus de propriétaires d’équidés prennent soin de leurs chevaux : séances de travail adaptées, visites régulières du dentiste ou de l’ostéopathe, sessions de stretching… tout y passe. Désormais, les signes de vieillesse apparaissent davantage entre 20 et 25 ans chez le cheval.

En dehors des pathologies courantes qui peuvent le toucher, le cheval vieillissant présente trois types de symptômes différents :

  • Il a des difficultés à mastiquer en raison de troubles dentaires
  • Il peut se déplacer de moins en moins facilement en raison de tendinites ou de fatigues articulaires
  • Il perd de l’état et se démuscle en raison des deux premiers symptômes évoqués

Bon à savoir : Plus la carrière sportive du cheval a été importante et précoce, plus les signes du vieillissement apparaitront tôt.

Les soins courants à prodiguer au vieux cheval

Les chevaux âgés peuvent développer de nombreux problèmes de santé en vieillissant. Troubles de la dentition, de la digestion, de la locomotion et autres maladies sont autant de motifs qui vous amèneront à consulter un vétérinaire équin pour assurer la santé de votre compagnon. Un cheval âgé a des besoins plus importants qu’un jeune cheval : n’hésitez pas à être plus vigilant quant à ses problèmes de santé.

Surveiller les dents du vieux cheval

Le vieux cheval présente bien souvent des problèmes dentaires, de la même manière que l’humain lorsqu’il vieillit.

Chez le cheval, les dents poussent en continu. Elles s’usent de manière naturelle lors de la mastication et lorsqu’il ronge du bois entre autres. Pour aider à garder les dents du cheval et bon état, il est nécessaire de procéder à un râpage tous les 2 ou 3 ans. Néanmoins, n’hésitez pas à faire voir votre cheval 1 à 2 fois par an pour un suivi dentaire efficace.

Sans entretien, la dentition du cheval peut présenter une usure irrégulière. Des surdents et des déchaussements peuvent apparaitre, blessant alors la bouche du cheval. Les douleurs ressenties par l’animal au niveau des dents et des gencives peuvent l’empêcher de se nourrir correctement. Ses besoins nutritionnels ne sont plus satisfaits et le cheval perd du poids.

Pour éviter une perte d’état, observez votre cheval au moment des repas. Il mange moins vite que d’habitude ? Votre cheval présente une sensibilité ou une douleur lors de la mastication ? Ses joues vous semblent gonflées ? Vous retrouvez des brins de foin entiers dans ses crottins ? Faites appel à un dentiste équin pour qu’il contrôle la santé de votre animal. De même, n’hésitez pas à faire intervenir un dentiste pour chevaux chaque année pour procéder à un examen préventif.

Veiller à la santé des pieds du cheval âgé

En même temps que le cheval prend de l’âge, ses articulations vieillissent. De l’arthrose peut alors apparaitre, entrainant une fonte musculaire et des difficultés à se mouvoir.

Une fois mis à la retraite, le vieux cheval est généralement déferré. Néanmoins, il est essentiel de procéder à un parage des pieds de votre cheval pour contrôler leur santé et limiter le développement de pathologies articulaires ou d’affections telles que la seime. Un bon parage permettra également de maintenir les aplombs de votre cheval en bon état.

En complément, vous pouvez intervenir sur les pieds de votre cheval en appliquant de l’onguent ou du goudron. Votre cheval vit à l’extérieur dans une pâture humide ? Appliquez du goudron de Norvège au niveau de la sole et de la fourchette pour le garder bien au sec.
Au contraire, le temps est plutôt sec ? Réhydratez le pied de votre cheval à l’aide d’onguent ou d’huile de pied de boeuf.

Limiter le développement des maladies du vieux cheval

Près de 15% des vieux chevaux subissent un dérèglement hormonal qui est à l’origine de la maladie de Cushing. Le cheval est alors atteint d’hirsutisme et n’est plus capable de muer correctement.
N’hésitez pas à évaluer régulièrement l’état du corps et du poil de votre cheval en assurant un pansage rigoureux.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Lorsqu’il vit en pâture, le vieux cheval peut également développer une fourbure plus facilement. Pour éviter ce type de pathologie, contrôlez le poids de votre cheval de temps à autre pour vous assurer qu’il ne grossisse pas.

L’activité physique du vieux cheval

Lorsque le propriétaire d’un vieux cheval décide de le mettre à la retraite, il est rare qu’il continue à le faire travailler. Or un cheval de sport qui s’arrête soudainement peut présenter une réelle baisse de moral. Il peut alors être judicieux de mettre votre cheval à la retraite de manière progressive en le travaillant moins souvent et en le transformant, pourquoi pas, en cheval de balade.

Quoi qu’il en soit, un vieux cheval devrait continuer à faire de l’exercice physique modérément et de manière adaptée pour éviter une fonte musculaire trop importante. En continuant à le travailler, vous permettrez également à ses articulations de conserver leur souplesse et à ses organes vitaux d’être entretenus.

Attention toutefois à la manière dont vous travaillez votre vieux cheval. Il n’est pas nécessaire de le monter lorsque les températures sont élevées par exemple ! De même, il a besoin de davantage de périodes de récupération qu’un autre cheval.
Si vous devez arrêter le travail pendant quelque temps, reprenez-le de manière progressive.
N’oubliez jamais d’abreuver votre cheval après le travail pour éviter une déshydratation.

Quelle alimentation pour un vieux cheval ?

Lorsque le cheval vieillit, son système digestif se révèle moins performant qu’auparavant. Il n’est alors plus parfaitement capable d’apporter à l’équidé tous les minéraux, les oligo-éléments et les vitamines dont il aurait besoin.

Les problèmes dentaires du vieux cheval ne lui permettent plus de mastiquer correctement le foin et d’assimiler les fibres qu’il contient. Il préfère alors consommer l’herbe des paddocks, plus facile à mâcher. Malheureusement, selon la région dans laquelle vous êtes situé et la saison, il n’est pas toujours facile de fournir une herbe de qualité à son cheval.

Pour apporter une alimentation adaptée à votre vieux cheval, proposez-lui des fibres courtes ou des granulés de fibre. Les floconnés sont également adaptés aux chevaux âgés. Vous pourrez d’ailleurs trouver sur le marché des floconnés et des granulés très appétissants qui sont dédiés aux vieux chevaux. Quel que soit l’aliment choisi, veillez à ce qu’il soit suffisamment riche en protéines et en acides aminés essentiels.

Vous pouvez également complémenter votre cheval pour prévenir le vieillissement des tissus et ajouter de l’huile à sa ration pour lui apporter des calories supplémentaires.

Bon à savoir : Si votre cheval vit en pâture en troupeau, observez-le manger et assurez-vous que les autres chevaux le laissent accéder à sa nourriture. Si ce n’est pas le cas, isolez votre cheval au moment de la distribution de la ration pour lui permettre d’avoir plus de place.

Où héberger un vieux cheval ?

Lorsqu’un cheval prend de l’âge, il est fréquent que son propriétaire le mette au pré pour lui permettre de profiter d’une retraite paisible.

Mettre un vieux cheval en pâture est idéal pour sa santé physique et morale. En effet, en se déplaçant toute la journée, le cheval entretient sa musculature et la santé de ses articulations. De même, il sera moins sujet aux maladies respiratoires chroniques en vivant au grand air. L’idéal est de placer votre cheval âgé dans un groupe stable pour ne pas le perturber avec trop de changements.

A lire aussi : Choisir le vétérinaire de son cheval

Attention tout de même au choix de la pâture. Si vous l’hébergez chez vous, vous devrez lui proposer un espace verdoyant équipé d’un abri dans lequel il pourra se protéger des intempéries, du soleil et des insectes. Méfiez-vous des pâtures trop boueuses en hiver dans lesquelles votre animal aura plus de mal à se déplacer et dans lesquelles des maladies telles que la gale de boue pourront apparaitre. Pensez à fournir du foin et de l’eau à volonté à votre vieux cheval, même s’il vit au paddock à l’année.

Bon à savoir : Vous pouvez également héberger votre cheval dans des pensions retraites adaptées. Votre équidé pourra vivre au pré et parfois bénéficier d’un box pour s’y abriter à la saison fraiche ou en cas d’intempéries.

Prendre soin d’un vieux cheval en hiver

Si votre vieux cheval est en bonne santé, il n’est pas nécessaire de le couvrir, en particulier s’il s’agit d’une race rustique. A contrario, si votre cheval perd de l’état, il est important de le couvrir pour lui offrir une résistance plus importante aux températures froides. Si vous avez accès à une écurie, vous pourrez également le rentrer au box la nuit pour le protéger des intempéries.

Bon à savoir : Si votre cheval présente des douleurs articulaires, n’hésitez pas à le couvrir avec une couverture adaptée pour éviter des crispations dues à l’humidité et au froid.

A propos de l'auteur :

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !

Articles en relation