Guerre en Ukraine : à Kiev, une femme de 74 ans brave le danger et le couvre-feu pour aller nourrir le chat de son fils

Alors que la guerre fait rage dans le pays, les Ukrainiens de Kiev qui ont des animaux de compagnie essaient de s’adapter à la situation. Certains sortent la nuit malgré le danger pour les nourrir, tandis que d’autres gardent leurs compagnons auprès d’eux dans les abris souterrains.

Illustration : "Guerre en Ukraine : à Kiev, une femme de 74 ans brave le danger et le couvre-feu pour aller nourrir le chat de son fils"

Depuis l’entrée des troupes russes en Ukraine le jeudi 24 février, le monde retient son souffle. Les combats se rapprochent de Kiev et les habitants de la capitale s’organisent pour protéger leurs familles, y compris leurs animaux de compagnie.

Les récits de quelques-uns de ces propriétaires inquiets de chats et de chiens ont été relayés par le média canadien CBC News le dimanche 27 février.

Illustration de l'article : Guerre en Ukraine : à Kiev, une femme de 74 ans brave le danger et le couvre-feu pour aller nourrir le chat de son fils
Vegan Corporation / Facebook

Celui de Lydia Sokolova est particulièrement touchant. Cette dame de 74 ans est bien décidée à sortir le soir, malgré le couvre-feu décrété à Kiev, pour prendre soin du chat de son fils. Le danger et les sirènes anti-bombardement ne l’en dissuadent pas. Il n’est pas question pour elle de laisser le félin sans nourriture.

Lydia Sokolova vit avec sa mère de 97 ans dans un appartement et s’occupe de cette dernière. Elle ne la quitte que pour faire quelques courses et pour donner à manger au chat. Elle a choisi de ne pas s’installer dans l’un des abris souterrains où s’amassent les habitants de Kiev depuis le début des hostilités. Parmi eux se trouvent Kate Savinna, 33 ans, et son compagnon Taras Baran, 26 ans.

S’adapter malgré tout

Ce couple ne se sentait pas en sécurité dans son appartement. Kate et Taras ne voulaient pas s’exposer au danger ni en faire de même pour leur chien Toufi. Ils ont alors trouvé refuge dans le parking au sous-sol d’un hôtel de la place, où loge un ami. C’est d’ailleurs ce dernier qui leur a donné un matelas, histoire de rendre leur quotidien et leurs nuits un petit peu moins pénibles.

Kate et Taras ont dû raccourcir les promenades de Toufi pour sa sécurité et la leur. Désormais, ses sorties se limitent à de courtes pauses propreté près de l’hôtel.

D’autres familles accompagnées de leurs animaux s’abritent dans ce parking. 3 chiens, 2 chiens et un lapin s’y trouvent actuellement, mais leur nombre est appelé à augmenter à mesure que l’offensive des forces armées russes progresse vers le cœur de la capitale.

A lire aussi : Il trouve un moyen à la fois ludique et adorable pour nourrir un chat errant (vidéo)

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 28/02/22

    Les animaux sont aussi victimes de cette guerre. Heureusement, il existe des associations comme PETA qui viennent en aide à ces éternels oubliés. Courage, de tout cœur avec vous tous.

      Répondre   Signaler


  • Image de profil