Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

L'hyperattachement chez le chien

Illustration : "L'hyperattachement chez le chien"

Chien « pot de colle », qui se met à pleurer quand on quitte la maison ou qui détruit les objets… L’hyperattachement rend le quotidien difficile, autant pour l’animal lui-même que pour la personne envers laquelle il manifeste cette dépendance excessive.

D’abord lié à sa mère, le chiot s’attachera ensuite à d’autres individus au cours de sa vie après le sevrage. Son maître ou sa maîtresse, bien évidemment, mais aussi les autres membres de sa famille. Le chien donne alors de l’amour sans compter et fait preuve d’une loyauté sans limite à l’égard de ces personnes. Le problème se pose lorsque cet attachement s’exprime de manière extrême et se transforme donc en hyperattachement. On a alors affaire à un trouble du comportement canin en bonne et due forme, auquel il est important de remédier. Sans cela, il ne fera que s’aggraver avec le temps et rendra l’animal encore plus malheureux.

Hyperattachement primaire et secondaire

Lorsqu’un chien développe une dépendance excessive vis-à-vis d’une ou plusieurs personnes, on parle d’hyperattachement. L’animal recherche en permanence du réconfort et un sentiment de sécurité auprès de l’individu concerné.

Il convient toutefois de faire la distinction entre 2 formes d’hyperattachement, l’une dite primaire et l’autre secondaire.

L’hyperattachement primaire se manifeste généralement bien après le sevrage, plutôt à partir de la puberté, soit vers 5 ou 6 mois (plus tard chez les chiens de grande taille). En règle générale, cette forme d’hyperattachement ne s’exprime qu’envers une seule personne. Et quand il y a séparation avec cette dernière, le chien se signale par des comportements propres à l’anxiété, comme l’agitation, les aboiements, etc.

En revanche, lorsque c’est un traumatisme ou une crainte qui se trouve à l’origine de l’hyperattachement, celui-ci est qualifié de secondaire. Il peut être associé à une dépression, à un état anxieux global, par exemple. En outre, l’hyperattachement secondaire peut s’exprimer à l’égard de plusieurs personnes. Il devient alors indispensable d’agir sur la cause profonde et non pas sur l’attachement lui-même.

Comment l’hyperattachement se manifeste-t-il chez le chien ?

Lorsqu’un chien est en situation d’hyperattachement vis-à-vis d’une personne, il vit, bien évidemment, très mal le fait d’être privé de sa compagnie.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Quand l’individu en question est absent, l’animal devient particulièrement agité. Il se met à aboyer de manière incessante, à pleurer. Il peut aussi adopter une attitude destructrice : il ronge et détériore une variété d’objets tels que les vêtements, chaussures, meubles, etc. Préférablement ceux qui portent l’odeur de la personne envers laquelle il éprouve cet hyperattachement. Il peut également avoir des accidents de propreté causés par la non-maîtrise de ses émotions

En présence de la personne objet de l’hyperattachement, le chien la suit partout, jusque dans sa chambre et aux toilettes. Il réclame sans cesse de l’affection et recherche continuellement le contact physique. Certains animaux ont, par ailleurs, tendance à devenir ultra protecteurs et ne tolèrent pas que quelqu’un d’autre s’approche de leur maître.

Quelles solutions en cas d’hyperattachement du chien ?

Les solutions existent et elles sont majoritairement entre les mains du maître. Il peut arriver à celui-ci de culpabiliser en s’engageant dans ce processus qui consiste à réinstaurer une certaine distance, mais il doit garder à l’esprit que c’est pour le bien de tout le monde, à commencer par le chien lui-même. L’hyperattachement le rend malheureux et il doit s’en libérer pour gagner en indépendance et s’épanouir véritablement.

Il s’agit avant tout pour la personne de reprendre les commandes en ce qui concerne les manifestations d’affection et les moments d’échange. Autrement dit, c’est elle qui doit décider quand elle caresse et joue avec l’animal. Ce ne sont pas les demandes du quadrupède qui doivent les déclencher.

S’il vient à réclamer un câlin, il doit être « ignoré » par son maître, qui attendra qu’il se détourne de lui avant de le rappeler pour le caresser. La démarche est la même pour le jeu. Seul le maître lance les séances et y met fin.

A lire aussi : "Apprendre la propreté à un chien adulte"

Il est aussi recommandé de désacraliser les départs. En d’autres termes, on cherche à banaliser le moment où on sort de la maison pour y laisser le chien seul. Exit, donc, les caresses et les mots doux qui n’en finissent pas avant de s’en aller. Ce rituel ne fait que renforcer l’anxiété de séparation. Idem pour le retour, lorsque le chien fait la fête à son maître ; au lieu de répondre tout de suite à ses sollicitations, il est préférable d’attendre qu’il se calme et de l’appeler pour passer un petit moment ensemble.

On peut aller jusqu’à lui interdire l’accès à certaines pièces de la maison (salle de bain, chambre à coucher…) pour aider le chien à se défaire de cet hyperattachement.

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !

Articles en relation