Une jeune femme change de vie pour devenir pet-sitter, et pour elle, « c’est du bonheur tous les jours » (vidéo)

Pauline Masson était conseillère de vente, mais elle a voulu faire de sa passion un métier. Après s’être formée pour être assistante-vétérinaire, elle a fondé sa microentreprise en 2019, et dévoue son quotidien à la garde de chiens et de chats, à Lyon.

Illustration : "Une jeune femme change de vie pour devenir pet-sitter, et pour elle, « c’est du bonheur tous les jours » (vidéo)"

Pauline et son chien Remi ne connaissent pas le mot « ennui ». Ils vivent depuis 3 ans des journées palpitantes en compagnie d’autres toutous de la Ville des Lumières, comme le rapporte le magazine Actu.

Son projet a vu le jour en 2019

Il faut remonter quelques années en arrière pour comprendre comment tout a commencé. Pauline n’a pas fondé sa microentreprise de pet-sitting du jour au lendemain. Elle a d’abord été conseillère de vente chez un opérateur téléphonique, suivi une formation pour être assistante-vétérinaire, puis travaillé au sein d’une clinique pendant 2 ans.

La jeune lyonnaise s’est également investie au sein d’une pension pour chats, et c’est à cet endroit-là qu’elle a réalisé que la demande de garde d’animaux était très importante dans le secteur. En 2019, elle a tout plaqué (ou presque) et décidé de fonder « Les animaux des Gones ».

Un quotidien rempli de bonheur

Pauline propose des visites à domicile pour les chats et des promenades pour les chiens, auxquelles son toutou Remi se joint avec grand plaisir ! Ils parcourent 15 à 20 kilomètres par jour, qu’il pleuve, qu’il vente, ou qu’il neige.

La jeune femme est ravie d’avoir su faire de sa passion un métier, et elle ne changerait sa vie pour rien au monde. En plus, elle réussit à en vivre correctement, puisqu’elle est constamment sollicitée. « Je suis complète tout le temps ! » a-t-elle déclaré.

A lire aussi : Ce chien ne quitte pas sa propriétaire des yeux pendant qu'elle prend son bain pour une raison émouvante (vidéo)

Pauline a même dû réduire sa zone d’intervention au 6e arrondissement de Lyon, pour satisfaire toutes les demandes qui lui parvenaient. Elle doit aussi son succès à sa formation vétérinaire, sans doute. La jeune femme continue par ailleurs d’exercer en clinique 2 matinées par semaine, « plus par plaisir que par obligation » dit-elle.

1 commentaire