À Lyon, une centaine d'étudiants vétérinaires se relaient lors de maraudes pour venir en aide aux animaux des sans-abris

Les membres de l’association Dispensaire vétérinaire étudiant sillonnent les rues lyonnaises pour aider les personnes sans abri et leurs animaux de compagnie, leur fournissant nourriture et accessoires. Ils espèrent être autorisés à soigner ces chiens et chats lors de leurs maraudes, car la loi les en empêche. Une lettre a été écrite au ministère de tutelle dans ce sens.

Illustration : "À Lyon, une centaine d'étudiants vétérinaires se relaient lors de maraudes pour venir en aide aux animaux des sans-abris"

Seule famille, seul lien social qui reste… Les animaux de compagnie des sans-abris représentent énormément pour ces derniers. Au point, souvent, de se priver de nourriture pour que leurs chiens ou chats aient à manger, voire de refuser un hébergement parce que leurs compagnons n’y sont pas admis.

La survie est extrêmement difficile pour eux, mais elle le serait encore plus s’ils devaient être privés de leurs fidèles amis à 4 pattes.

C’est ce que constate régulièrement Ana Alkan, coprésidente de l’association Dispensaire vétérinaire étudiant lors de ses échanges avec ces personnes démunies. L’organisation réunit 115 autres étudiants vétérinaires bénévoles à VetAgro Sup de Lyon (L'Institut national d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement).

Ils se relaient pour effectuer leurs maraudes bihebdomadaires dans les rues lyonnaises, distribuant de la nourriture, des friandises et des accessoires pour chiens à leurs maîtres sans domicile fixe.

A lire aussi : Le courage inspirant d'une chienne errante élevant ses 15 chiots malgré ses blessures à l'arme de chasse

Pour les soins, en revanche, ils ne peuvent pas intervenir à l’extérieur, mais seulement dans le cadre de leurs permanences dans les 6 foyers d’hébergement partenaires de leur noble initiative. Une situation qui chagrine les étudiants vétérinaires, d’où la lettre adressée par Ana Alkan à au ministère de l’Agriculture et de l’alimentation afin qu’on leur accorde enfin cette possibilité, comme le rapporte France Inter.

Les membres de l’association se tiennent, en effet, prêts à utiliser une camionnette pour assurer ces soins ambulants directement dans les rues, sitôt que l’autorisation leur en sera donnée.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 26/11/20

    merci à ces équipes d'intervenir auprès des SDF pour venir en aide à leurs animaux ....certains, c'est sûr, adorent leur animal mais d'autre.....je plains ces pauvres bêtes quand leurs maîtres sont "vinés".

      Répondre   Signaler


  • Image de profil