Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Nouvelle-Zélande : Un chien renifleur hors de contrôle abattu dans un aéroport

Publié le 21/03/2017 à 11h31

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Nouvelle-Zélande : Un chien renifleur hors de contrôle abattu dans un aéroport"

A l’aéroport d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, les policiers ont été contraints de tirer sur un chien renifleur qui avait échappé au contrôle de son maître. Sa mort a provoqué une polémique dans le pays.

Abattre Grizz, un chien renifleur qui opérait dans l’aéroport d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, était-il le seul moyen de l’arrêter ? Beaucoup parmi les nombreuses personnes qui ont appris la triste nouvelle en doutent. De leur côté, des experts estiment que les autorités et les policiers n’avaient aucun autre recours à leur disposition et que le comportement de l’animal constituait un risque pour la sécurité des usagers de l’aérogare.

L’opinion publique est bel et bien divisée autour du sujet, mais une chose est sûre : un chien a perdu la vie et cela ne peut être qu’une tragédie.

A lire aussi : "Apprendre son chien à se promener en laisse"

Les faits datent du vendredi 17 mars. Ce jour-là, Grizz tenait son poste de chien renifleur aux côtés de son maître-chien à l’aéroport d’Auckland, ville la plus peuplée de Nouvelle-Zélande. De manière tout à fait inattendue et inexpliquée, le chien a échappé au contrôle de son maître et s’est mis à courir dans tous les sens.

Il s’est ensuite rendu aux abords des pistes, obligeant les responsables de l’aéroport à suspendre l’ensemble des atterrissages et décollages durant un long moment. Une quinzaine de vols locaux et internationaux ont ainsi été retardés à cause de cet incident.

Les autorités ont effectué plusieurs tentatives pour rattraper le chien Grizz, mais sans succès. Finalement, elles ont demandé aux policiers de l’abattre, estimant qu’il n’y avait pas d’autre solution.

Un ordre qu’une bonne partie des Néo-zélandais ont du mal à comprendre. On peut, en effet, se demander si le tuer était vraiment la seule chose à faire.

Photo : PETA Australia / Facebook

0 partage

1 commentaire