« C'est comme perdre un enfant » : accablée par la mort de son chien, elle prend 2 semaines de congés pour s'en remettre

Illustration : "« C'est comme perdre un enfant » : accablée par la mort de son chien, elle prend 2 semaines de congés pour s'en remettre"

Éprouvée par le décès de son Labrador, une Britannique de 47 ans a cessé de travailler pendant 14 jours afin de faire son deuil. Un événement douloureux qu'elle compare à la perte d'un enfant.

Perdre son compagnon de vie est une épreuve difficile, Wendy O'Grady peut en témoigner. Celle qui, au quotidien, supervise les employés d'un magasin à Egham, dans le Surrey (Royaume-Uni), s'est sentie paralysée par la tristesse après la perte de Zac, son Labrador Retriever.

© Collect/PA Real Life

Âgé de 12 ans, l'animal précieux a reçu un diagnostic sombre et alarmant en juillet dernier : un cancer incurable s'est emparé de lui. Sa propriétaire a dû prendre la lourde décision de l'euthanasier, pour son bien. « Zac était comme mon enfant, il était le ciment qui maintenait notre famille », a déclaré l'intéressée. Afin de faire son deuil, Wendy O'Grady a posé 2 semaines de congés, rapporte Ouest-France.

« Je ne peux même pas expliquer notre chagrin. Nous étions inconsolables. Après 12 ans, ne pas le voir venir à la porte quand je suis rentrée à la maison m'a brisé le cœur », a révélé l'endeuillée.

© Collect/PA Real Life

Un « enfant de substitution » pour le couple

Zac a rejoint le couple en décembre 2009, après que ce dernier a traversé une période douloureuse. La quadragénaire a été victime de 10 fausses couches au cours des 15 ans d'essais de conception.

© Collect/PA Real Life

Mike, son mari, a fini par lui offrir le Labrador, âgé de 9 mois à l'époque. « La première fois que je l'ai vu, alors que nous étions assis sur le siège arrière de la voiture, je suis tombée amoureuse de sa douce nature », a confié l'Anglaise. « Il était plein d'amour et a fait de nous une famille. »

Zac est devenu le rayon de soleil du couple, qui a subi sa juste part de chagrin par le passé.

© Collect/PA Real Life

Une douleur incomprise

« Nous étions avec lui au cabinet du vétérinaire lorsqu'il est décédé et c'était tout simplement horrible », a expliqué Wendy O'Grady. « Je ne pouvais tout simplement pas supporter de le perdre. »

La souffrance engendrée par cette tragique disparition n'a pourtant pas été comprise par tous les membres de son entourage. Elle a indiqué avoir été déçue par la réaction de ses amis, lesquels ont préféré éluder le sujet plutôt que la consoler. « Cela nous aurait aidés si les gens avaient compris l’épreuve que Mike et moi traversions », a-t-elle affirmé.

À la suite de ce traumatisme, la mère de Zac a d'ailleurs développé le syndrome de Sjögren, une pathologie auto-immune responsable d'une sécheresse buccale et oculaire.

A lire aussi : Il adopte un chien sourd, qui devient une source d'inspiration et de joie pour toutes les personnes qu'il rencontre

© Collect/PA Real Life

Pour que la prunelle de ses yeux soit toujours avec elle et son époux, Wendy O'Grady a conservé ses cendres dans un coffret en bois, qu'elle a placé dans le salon. Un mémorial en souvenir du chien a également été aménagé dans le jardin. Le souvenir de Zac plane au milieu d'un enclos en forme de cœur, où un rosier offre ses plus belles fleurs.

"Après l'accident de mon petit Ralph, mon jeune Boston Terrier, les soins m'ont coûté une fortune ! Entre les consultations chez le vétérinaire, l'opération et les médicaments... Maintenant, avec l'assurance pour chien à laquelle j'ai souscrit il y a peu, je peux affronter le futur plus sereinement ! " (Justine, 23 ans)

Si vous aimez votre chien, faites comme Justine, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

2 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 27/08/21

    perdre un animal est une épreuve douloureuse. J'ai eu quatre chiens jusqu'en 1995 et par la suite une chatte décédée en 2018. J'ai fait le deuil de mes chiens mais je pense toujours à cette petite chatte avec beaucoup d'émotion. Je sais que j'aurai encore à souffrir quand mon chat, adopté en 2018, disparaitra. Mais il a 7 ans et demi et je l'espère encore beaucoup de belles années à vivre.

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 18/11/21

    je partage tellement la peine de cette dame....(vos amis ne comprennent pas...ce ne sont pas de vrais amis). Moi, je ne vous connais pas, mais je sais ce que c'est que de perdre son animal. Tout comme vous, je pleure mon chien braque allemand, parti le 9 juillet 2020.....ses cendres sont près de moi, dans ma salle à manger, à côté des cendres de mon autre braque allemand

     Répondre  Signaler