Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Avant le procès du mis en cause, un hommage rendu aux 5 chiens noyés au château de Flers

Publié le 07/01/2019 à 09h56

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Avant le procès du mis en cause, un hommage rendu aux 5 chiens noyés au château de Flers" Photo d'illustration

En février prochain, un homme sera jugé pour avoir noyé 5 chiens dans les douves du château de Flers en novembre 2017. Le mis en cause aura devant lui un collectif animaliste de l’Orne ainsi que des associations de défense des animaux déterminés à ce que justice soit faite. Un rassemblement est d’ailleurs organisé devant le tribunal, avant l’audience.

Il y a plus d’un an, 5 chiens avaient été retrouvés noyés dans les douves du château de Flers. Le tout s’était passé en moins d’une semaine, du 2 au 6 novembre. D’abord un canidé retrouvé le 2, un autre le 3, puis trois le 6 du même mois. La cause accidentelle a rapidement été écartée pour privilégier celui de la cause volontaire.

Le suspect n’a été retrouvé qu’en octobre 2018, soit presque un an plus tard. Il a aussitôt été placé en garde à vue et inculpé. Il devra répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel d’Argentan le 19 février.

A lire aussi : "Les 10 questions à se poser avant d'adopter un chien"

Le matin même du procès, à 9h, une mobilisation de grande envergure devant le tribunal est organisée par le Collectif animaliste de l’Orne mais également plusieurs associations de défense des animaux. Le but premier est de rendre hommage à Zoé, César et aux 3 autres canidés. Mais aussi de « demander l’application d’une peine exemplaire à l’égard du prévenu au vu de la gravité et de la cruauté des faits » dixit les associations dans des propos repris par Actu.fr.

Le collectif réclame l’application de la loi

Des associations qui espèrent, cette fois, voir l’article 521-1 du Code pénal s’appliquer, car elles regrettent que ça ne soit pas systématique. « Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves ou de nature sexuelle ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende », peut-on lire dans le Code pénal.

Enfin, dernière requête du collectif : la création d’un fichier dédié aux actes de maltraitance animale, dans l’optique que les personnes condamnées pour sévices ou actes de cruauté ne puissent plus adopter.

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune Bouledogue, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chien le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (William, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chien, faites comme William, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 08/01/19

    j'espère que cet assassin va prendre très cher pour tous les actes de cruautés qu'il a commis et tout à fait d'accord pour la création d'un fichier

     Répondre  Signaler