55 Teckels maltraités dans un élevage illégal secourus par les forces de l’ordre (vidéo)

Les élevages de chien illégaux ne respectent bien souvent pas le bien-être des animaux. Cette affaire en témoigne. Une septuagénaire a été inculpée pour maltraitance auprès de 55 chiens qu’elle détenait dans des conditions déplorables avant de les vendre au marché noir.

Illustration : "55 Teckels maltraités dans un élevage illégal secourus par les forces de l’ordre (vidéo)"

L’opération a été menée à la mi-juin 2022 par la police municipale et le corps d’enquête judiciaire (CIJ) du parquet de Buenos Aires dans le quartier de Caballito en Argentine. Plusieurs plaintes du voisinage ont en effet alerté les autorités. La forte odeur d’excréments et les aboiements excessifs avaient dérangé puis poussé la population à réagir.

Après une investigation approfondie, la CIJ a découvert que la résidente de la maison âgée de 72 ans élevait des Teckels dans le but de revendre leur progéniture, et ce illégalement. La perquisition a permis de révéler des actes de maltraitance ainsi que les conditions sanitaires déplorables dans lesquels vivaient les 55 canidés enfermés. Une opération de sauvetage de grande ampleur s’en est suivie.

« Ils se trouvaient dans différentes pièces de la maison, où ils n'avaient aucun contact avec le soleil ou l'air libre. Sur le total, 47 étaient des femelles qui ont été utilisées pour la reproduction dans le but de revendre les bébés. Il y avait donc aussi plusieurs chiots âgés de quelques jours », a déclaré un agent de la CIJ.

Il a ajouté que l’odeur d’urine était pestilentielle et que certains canidés souffraient de blessures plus ou moins graves.

Tous les Teckels ont été transférés au sein de 2 ONG, Callejeros Casa Quiero et Pichichos al Rescate, où ils sont actuellement soignés et choyés. Les 47 femelles seront prochainement stérilisées puis proposées à l’adoption quand leur état de santé le permettra. Les chiots seront également placés dans des familles attentionnées lorsqu’ils seront sevrés.

A lire aussi : Une femme quitte tout ce qu’elle a, y compris sa famille, pour défendre la cause animale

La contrevenante a été incarcérée et sa maison mise sous scellé par la Direction Générale du Contrôle de l'Environnement (DGCONTA) le temps de l’enquête. Elle devra répondre de ses actes de maltraitance et de cruauté envers des animaux devant la justice argentine.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 27/06/22

    mille mercis d'avoir sauvé les 55 teckels qui j'espère trouveront vite une gentille famille....et bien, en Argentine, il ne badine pas ! la proprio a été incarcérée et sa maison sous scellé...j'espère qu'elle sera très surveillée, une fois "dehors" (on devrait faire la même chose en France)

      Répondre   Signaler


  • Image de profil