Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Une femme condamnée pour avoir violemment lancé le chat de ses voisins devant leur maison !

Publié le 04/07/2019 à 18h36 Modifié le 09/07/2019 à 11h41

Ecrit par Alexandre Dieu dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "Une femme condamnée pour avoir violemment lancé le chat de ses voisins devant leur maison !" © South West News Service

En Angleterre, une femme a jeté le chat de ses voisins devant chez eux parce qu’elle en avait assez de le voir dans son jardin. Elle a récemment été jugée pour ces faits survenus en mars dernier.

Comme le rapporte The Sun, une femme de 38 ans a comparu devant le tribunal de King’s Lynn, dans le comté du Norfolk (Est de l’Angleterre), le vendredi 28 juin pour des actes de violence sur animal survenus le 1er mars dernier.

Ce jour-là, April Hawes avait saisi Shadow, le chat de se voisins, par le cou et lancé le jeune félin de 8 mois sur plusieurs mètres, devant leur domicile. La scène avait été filmée par la caméra de vidéosurveillance des propriétaires de l’animal brutalisé. Voici la vidéo en question :

A lire aussi : "Sécuriser l'appartement ou la maison pour le chat"

Au tribunal, April Hawes a reconnu les faits, déclarant qu’elle en avait assez de voir les 2 chats de ses voisins, dont la victime, s’aventurer dans son jardin. Leurs propriétaires, Kevin Yarham et Sophie Baker (33 et 26 ans), ainsi que leurs 2 enfants en bas âge, prenaient leur petit déjeuner quand l’agression a eu lieu.

L’avocate de la prévenue a, quant à elle, indiqué que sa cliente souffrait de trouble de stress post-traumatique depuis ce jour-là. April Hawes a finalement échappé à la prison, mais elle a été condamnée à 12 mois de « community order », l’équivalent des TIG (travail d’intérêt général) en France. Elle doit également verser 170 livres sterling au titre de frais vétérinaires et de dommages et intérêts. Le chat a, en effet, souffert de lésions des tissus mous suite à sa chute. Mais c’est surtout sur le plan psychologique que Shadow semble avoir été le plus affecté ; selon ses propriétaires, il est devenu particulièrement nerveux depuis cet incident.

La peine a été jugée insuffisante par Kevin Yarham. Il a déclaré la trouver « injuste » et l’a assimilée à « une insulte pour tous les propriétaires d’animaux […], mais aussi pour les personnes qui souffrent de trouble de stress post-traumatique. Ce n’est pas une excuse. »

A propos de l'auteur :

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Neri dès sa naissance. En effet, le Maine Coon est une race de chat avec certaines prédispositions à développer quelques maladies et je préfère me prémunir d'un éventuel accident ou d'une maladie comme la dysplasie des hanches " (Pedro, VRP à Gap)

Si vous aimez votre chat, faites comme Pedro, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

3 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 10/07/19

    J'espère que cette saleté sera mise à l'écart de tous, ne plus lui parler, la laisser dans sa connerie qui lui sert de paravent, oust du quartier!!

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 11/07/19

    pour le stress du chat, essayer de voir quelqu'un qui pourrait lui faire du réïki

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : Hier

    Ça aurait été mon chat, cette folle n’en serait pas sortie indemne.... tant que ce genre de personne (de monstres) ne se feront pas refaire bien le portrait, des bons coups dans la tronche ou dans la couenne, ils recommenceront.
    Sauf si on les matte, y’a que ça à faire.
    Des peines de prison c’est pas assez !

     Répondre  Signaler