Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Selon cette étude, si un chat se comporte en goujat, c'est un peu de notre faute

Publié le 21/01/2019 à 16h03

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Selon cette étude, si un chat se comporte en goujat, c'est un peu de notre faute " Photo d'illustration

Une étude publiée ce mois-ci a confirmé ce que d'aucuns pensent à propos des chats : ces derniers ne sont pas asociaux, mais réagissent à nos comportements envers eux.

On a souvent tendance à penser que les chats sont des êtres asociaux et égoïstes. Un duo de scientifiques s'est penché sur cette question. C'est ainsi que les professeurs Kristyn R.Vitale et Monique A.R.Udell, de l'université d'État de l'Oregon (Nord-Ouest des États-Unis), ont publié ce mois-ci une étude sur ce thème dans le journal Behavioural Processes.

Elle a consisté à observer les comportements de 46 chats dans différentes situations. Vingt-trois d'entre eux vivent chez leurs familles respectives et les vingt-trois autres sont des pensionnaires du refuge de la Heartland Humane Society à Corvallis.

A lire aussi : "Pourquoi mon chat n'est pas propre ?"

Lors de la première expérience, chacun de ces chats a été placé dans une pièce en compagnie d'une personne qui lui était totalement étrangère. Pendant les 2 premières minutes, celle-ci ignorait l'animal. Les 2 minutes suivantes, elle l'appelait par son nom et le caressait.

Seuls les chats adoptés ont été soumis à la seconde expérience, durant laquelle ils sont passés par ces mêmes cycles de 2 minutes, mais avec leurs propriétaires respectifs.

Il en est ressorti que, en moyenne, les chats passaient beaucoup plus de temps avec les humains quand ils leur accordaient leur attention en leur parlant, en jouant avec eux et en les caressant.

Les auteurs de ces recherches en ont donc conclu que le comportement social du chat à notre égard dépendait de notre attitude envers lui. Ce n'est probablement pas une nouveauté pour les propriétaires de félins, mais c'est la première fois qu'une étude scientifique vient appuyer spécifiquement cette thèse.

1315 partages

"Après l'accident de mon petit Neko, mon jeune chat percuté par une voiture, les soins m'ont coûté une fortune ! Entre les consultations chez le vétérinaire, l'opération et les médicaments... Maintenant, avec l'assurance pour chat à laquelle j'ai souscrit il y a peu, je peux affronter le futur plus sereinement ! " (Roxane, Villejuif)

Si vous aimez votre chat, faites comme Roxane, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire