Des bénévoles choqués en découvrant un chat encagé sous la neige et les pattes collées au plancher par la glace

Survivre sous des températures nettement en dessous de zéro n’est déjà pas simple pour un chat errant. S’il se retrouve, en plus, enfermé dans une cage, à la merci des éléments, ses chances d’en réchapper deviennent extrêmement réduites. C’est ce qui est arrivé récemment à un félin avant sa découverte par des bénévoles.

Illustration : "Des bénévoles choqués en découvrant un chat encagé sous la neige et les pattes collées au plancher par la glace"

Le mercure affichait -32°C le matin où un chat a été sauvé in extremis alors qu’il était prisonnier d’une cage installée dehors, rapportait Daily Have Canada.

Les faits ont eu lieu début janvier 2024 dans la province canadienne de la Saskatchewan. Des bénévoles sont tout de suite passés à l’action en se rendant compte de la détresse de l’animal. Le pauvre chat n’avait absolument aucun moyen de se protéger de la neige qui s’accumulait sur son corps meurtri par le froid extrême. Ses pattes étaient littéralement collées au plancher métallique par la glace.

Illustration de l'article : Des bénévoles choqués en découvrant un chat encagé sous la neige et les pattes collées au plancher par la glace
Lloydminster & District SPCA / Facebook

Il a été pris en charge par l’association locale de protection animale, la Lloydminster & District SPCA. L’équipe l’a aussitôt emmené chez le vétérinaire pour un examen approfondi et des soins d’urgence.

Il saignait des pattes, mais fort heureusement, les lésions n’avaient atteint que ses coussinets et devraient guérir totalement dans quelque temps.

L’issue aurait pu être tout autre

« Cela aurait pu très mal se terminer, souligne l’association sur sa page Facebook. Nous appelons donc à ne pas utiliser de pièges à chats dans ces conditions météorologiques. »

D’après la SPCA, en effet, il n’est pas illégal dans cette province de poser des cages à chats sur une propriété. Toutefois, « à partir du moment où le chat est piégé, la personne qui a installé le piège a la responsabilité légale d'assurer la santé et le bien-être de cet animal, précise l’association. Si le chat est en détresse, le propriétaire peut être poursuivi en vertu de la Loi sur la protection des animaux. »

Les bénévoles pensent que la personne ayant posé cette cage piège l’avait fait dans l’intention de porter secours au chat errant. L’idée aurait été de l’immobiliser pour ensuite le recueillir. Trop de temps s’était toutefois écoulé entre le moment où le matou avait été capturé et sa découverte par les volontaires, ce qui aurait pu lui coûter la vie. D’autant plus que ce n’est pas le genre de cage-piège à employer dans de telles conditions, ce modèle n’assurant aucune protection contre les éléments.

A lire aussi : Pendant un an, une femme tente de gagner la confiance d’un chat errant particulièrement craintif (vidéo)

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 19/01/24

    -32, whaou. J'habite vers Mouthe, c'est dire que je sais physiologiquement vraiment à quoi correspondent -32!
    Déjà je ne comprends pas que l'on ait l'idée d'utiliser un telle cage, sans rester alentours ,mais par -32 et en étant loin!
    Je reste admirative devant une telle résilience.

      Répondre   Signaler


  • Image de profil