Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Le gérant d’un commerce à l’amende pour avoir refusé un tétraplégique avec son chien

Publié le 11/03/2019 à 10h18

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Le gérant d’un commerce à l’amende pour avoir refusé un tétraplégique avec son chien" Photo d'illustration

Le gérant d’un commerce nîmois a été condamné à une amende, par le tribunal de police, pour avoir refusé l’entrée d’un tétraplégique accompagné de son chien d’assistance. Face à la barre, il a plaidé la relaxe. La victime, elle, n’en est pas à sa première plainte. Elle voit enfin ses efforts être récompensés…même si elle se passerait bien d’être refoulée de l’entrée des magasins plusieurs fois par an.

Les cas de refus de personnes handicapées dans des commerces sont courants. La principale motivation, à chaque fois, est le chien guide accompagnant. Un chien prié d’attendre à la porte du magasin, du supermarché. Sauf que sans lui, son maître est incapable de se débrouiller seul. Pis, une loi assure à ces chiens la possibilité d’entrer dans des lieux publics.

Sur Woopets, nous vous avions raconté le cas de ce jeune toulousain, en août dernier, qui avait également fait l’objet d’une expulsion en novembre 2018. En ce mois de mars, un pas de plus a été franchi, dans la défense de ces personnes handicapées. La justice est passée à l’offensive, condamnant le gérant d’un commerce.

A lire aussi : "Voyager avec son chien en voiture"

Comme le rapporte France 3, le tribunal de police de Nîmes a infligé une amende de 200 € au gérant d’un commerce, ainsi que 300 € de dommages et intérêts. Ce dernier a, en 2017, refusé l’accès à son magasin une personne tétraplégique en raison de la présence de…son chien d’assistance. « Le gérant a refusé que le chien entre et a demandé à mon client de l'attacher dehors, en lui proposant de l'aider à faire ses courses. Mon client lui a expliqué que ce n'était pas possible, que le chien coûte très cher, qu'il ne peut pas le laisser dehors et lui a montré sa carte. Malgré tout le gérant a refusé », raconte Me Salomé Perrier, avocate de la victime.

Le gérant ne savait pas qu’il s’agissait d’un chien d’assistance

La partie adverse avait demandé la relaxe, car, selon Me Lauriane Dillenseger, son client « n’était pas en mesure de savoir qu’il s’agissait d’un chien d’assistance ». Le Labrador de la victime a finalement eu gain de cause. Un Gilbert, quadragénaire, toujours aussi combatif face à cette situation dont il est victime plusieurs fois par an.

« J'ai porté plainte pas mal de fois, même contre des grandes surfaces, mais les choses ne bougent pas. Certains ne connaissent pas leur travail, ils ne sont au courant pour les chiens guides, mais ne savent pas pour les chiens d'assistance des personnes en fauteuils », explique-t-il à nos confrères. En espérant, pour lui comme pour d’autres, que cette condamnation est le début d’une évolution des mentalités.

0 partage

4 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 12/03/19

    le gérant ne savait pas que le chien était "d'assistance" ???? C'est du grand n'importe quoi !!! (en plus, l'homme handicapé avait sa carte !!!). (de plus, on ne laisse JAMAIS à l'attache un chien à l'extérieur de crainte de se le faire voler !!!). Le gérant méritait beaucoup plus d'amende

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 13/03/19

    aucune compassion pour ces gens là qui n'en on pas avec les personnes handicapées

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 14/03/19

    Le gérant ne savait pas ! Mais on se moque de qui !! Peut-on lui souhaiter de vivre la même situation <,

     Répondre  Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 15/03/19

    Il faut enfin que tout cela bouge et que les gerants pu autre comprenne une fois pour tout que se sont des chiens d accompagnements pour ses personnes handicapes prenez leur place. Et peut etre que vs comprendrez merci

     Répondre  Signaler