La course contre la montre d'un homme pour sauver autant d'American Bullies XL que possible avant le jour de l'an

A l’heure où la plupart de ses concitoyens fêtaient le Réveillon du Nouvel an, un homme multipliait les allers et retours à la frontière anglo-écossaise pour sauver des vies canines. Sammy Wilkinson transférait à la hâte des chiens appartenant à une race dont l’interdiction était sur le point d’entrer en vigueur.

Illustration : "La course contre la montre d'un homme pour sauver autant d'American Bullies XL que possible avant le jour de l'an"

Entre le 30 décembre et la Saint-Sylvestre, Sammy Wilkinson a parcouru en voiture plus de 300 kilomètres pour emmener des dizaines de chiens d’Angleterre vers l’Ecosse avant l’entrée en vigueur de l’interdiction dont ils font l’objet, rapporte The Independent ce mardi 2 janvier.

Cette course contre la montre, l’homme originaire de Tipton, près de Birmingham, l’a menée jusqu’aux ultimes minutes du 31 décembre 2023. Il s’était donné pour mission de faire passer un maximum d’American Bullies XL de l’autre côté de la frontière, la loi ciblant cette race n’étant pas appliquée sur le territoire écossais.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak avait annoncé en septembre dernier sa ferme intention de faire interdire l’American Bully XL et d’autres races jugées dangereuses à la suite d’une série d’attaques.

La réglementation en question est officiellement entrée en vigueur le 1er janvier 2024 en Angleterre et au pays de Galles. Elle oblige les propriétaires de ces chiens à les museler et les tenir en laisse dans les lieux publics. A partir de février, ils devront également obtenir un « certificat d’exonération » pour pouvoir les garder. Par ailleurs, la loi rend désormais illégaux l’élevage, la vente, la publicité, la cession à titre gratuit et l’échange de chiens des races concernées.

L’American Bully XL est une race de création assez récente et le fruit de croisements entre Pitbulls et American Staffordshire Terriers notamment. Elle n’est pas reconnue par la FCI. La catégorie XL, ciblée par l’interdiction, est l’une des 3 établies par l'UKC (United Kennel Club) avec le Pocket, le Standard et le Classic. Elle compte de nombreux passionnés, y compris en France. Nous vous parlions d’ailleurs d’Hugo, un éleveur, en 2019.

« Vous n’allez pas tuer ceux-là »

La nouvelle mesure a suscité une grande polémique au Royaume-Uni, surtout parmi les propriétaires canins et les associations, qui estiment qu’interdire une race n’a que peu de chances de réduire les attaques.

Sammy Wilkinson a réussi à transférer une trentaine d’American Bullies XL vers leurs nouveaux foyers en Ecosse. Il a posté sur Facebook une photo prise dans sa voiture avec 2 de ces chiens installés sur la banquette arrière. Un cliché accompagné du message suivant : « Je suis totalement épuisé et ma voiture va tomber en morceaux, mais vous n’allez pas tuer ceux-là, Rishi Sunak. A présent, c’est la course vers la frontière écossaise avant minuit. »

Illustration de l'article : La course contre la montre d'un homme pour sauver autant d'American Bullies XL que possible avant le jour de l'an
Sammy Wilkinson / Facebook

L’homme a reçu de nombreux soutiens. Une cagnotte a même été créée en ligne pour l’épauler dans sa mission. Elle a permis de récolter plus de 9000 livres sterling (10 400 euros). Un élan de solidarité auquel il a réagi hier, lundi 1er janvier, en exprimant sa gratitude et en annonçant qu’il allait consacrer cet argent à la construction d’un chenil isolé et chauffé.

A lire aussi : Une belle histoire d’amitié entre un chaton et un chiot blessés naît dans l’unité des soins intensifs

Il s’en servira également pour aider les propriétaires d’American Bullies XL à acheter des muselières et à financer l’obtention de leurs certificats d’exonération.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil