Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Il est démineur en Syrie et tombe amoureux d’une chienne errante

Publié le 14/12/2018 à 09h45

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Il est démineur en Syrie et tombe amoureux d’une chienne errante" © SIPA

Envoyé en Syrie comme démineur pendant plusieurs mois, un soldat anglais a fait la connaissance d’une chienne errante. Une chienne qu’il a pu retrouver sur le territoire français début novembre, après plusieurs mois passés loin d’elle.

Soldat britannique, Sean a combattu quelques mois à Raqqa, au nord de la Syrie. Une mission débutée en février 2018 alors qu’il venait de rejoindre la société civile, après plus de dix ans passés dans le génie militaire. Spécialiste dans le déminage, Sean a été envoyé sur l’ancien territoire de l’Etat islamique afin de repérer les mines et engins explosifs et de les désamorcer si possible.

Alors qu’il intervenait devant une école, Sean tomba nez-à-nez avec un chiot abandonné. En quelques jours, Sean réussit à apprivoiser celui qu’il baptisera Barrie. Cette chienne, un Berger d’Asie centrale, n’a depuis jamais quitté le cœur du soldat.

A lire aussi : "L'alimentation d'une chienne pendant sa période d'allaitement"

« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point la situation est difficile en Syrie. Avoir un compagnon à quatre pattes est l'un des meilleurs soutiens pour surmonter le stress post-traumatique. Sa présence m'a permis de décompresser et d'avoir les idées claires », a raconté Sean dans des propos repris par Closer.

Une association et un financement participatif font le reste

Mais lorsque Sean apprend que sa mission touche à sa fin, il sait que Barrie ne pourra pas l’accompagner. Il se rapprocher alors de WarPaws, une association irakienne spécialisée dans le rapatriement de chiens dans les zones de guerre. Grâce à un financement participatif, Sean récolte aussi 5 000 €. Suffisant pour organiser le voyage de sa chienne.

Dean doit cependant rentrer seul. Barrie est prise en charge par l’association, avant d’être envoyée 2 mois en Jordanie. Le stress ne disparaît pas chez Sean. « J'étais très inquiet de me retrouver face un chien qui ne me reconnaîtrait plus », avoue-t-il.

Le 3 novembre dernier, Sean a enfin pu retrouver Barrie à l’aéroport Charles-de-Gaulle. « Le moment le plus joyeux de ma vie ! »

0 partage

1 commentaire