Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Des chiots et chiens détenus dans des conditions scandaleuses, l’éleveuse jugée et condamnée

Publié le 16/11/2018 à 09h29

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Des chiots et chiens détenus dans des conditions scandaleuses, l’éleveuse jugée et condamnée" Photo d'illustration

À Draguignan, le tribunal correctionnel a condamné une éleveuse de chiots et chiens de petites races. En cause, un élevage où ont été relevées une trentaine d’infractions, notamment liées à l’hygiène. La femme n’a plus le droit d’exercer pendant 5 ans, et devra s’acquitter de 3 amendes.

Il y a pratiquement 2 ans, en février 2017, le voisinage d’un élevage canin des Arc-sur-Argens avait déposé plusieurs plaintes. De fait, la direction départementale de la protection des populations avait effectué un contrôle surprise de ce lieu où étaient confinés des chiens de petites races.

Ainsi, on pouvait retrouver par exemple des Yorkshire, des Shih Tzu, des Pinschers et des Chihuahuas. Malheureusement, aucun d’entre eux n’était détenu dans des conditions acceptables.

A lire aussi : "La naissance des chiots"

Le rapport qu'ont fait les experts se terminait sur un terme qui ne laissait aucune place au doute : « Scandaleux ». Conclusion en relation avec le mauvais traitement infligé aux animaux. Patricia, l’éleveuse, avait été rappelée à l’ordre quatre mois auparavant. La femme de 59 ans se devait de mettre son élevage en conformité. Rien n’a été fait. Les infractions liées à l’hygiène y étaient nombreuses.

De la prison avec sursis

Alertés par les conditions de vie des animaux, le tribunal correctionnel de Draguignan a été saisi. Au total, 32 chiens et 20 chiots vivaient à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’élevage selon le journal en ligne Var-Matin. Parmi ces chiens, certains n'avaient pour eux que de simples cages de transport. Des excréments et de l’urine jonchaient le sol. Dans cet élevage, les chiens n'étaient pas tous identifiés.

Lors du procès, Me Lucille Baszynski-Baratte, qui représentait la société protectrice des animaux, a prié la cour d’interdire à Patricia le droit d’exercer. Elle a aussi réclamé la somme de 77 000 € d’intérêts civils. En face, la défense assurait que Patricia n’avait aucun traitement de faveur et qu’elle vivait dans la même précarité que ses animaux.

Finalement, il a été décidé une interdiction d’exercer pendant 5 ans, 5 mois de prison avec sursis plus l'obligation de régler 3 amendes de 750 € chacune.

0 partage

"Après l'accident de ma petite Mojito, mon magnifique Chihuahua, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chien. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chienne. " (Annabelle, 31 ans, Marseille)

Si vous aimez votre chien, faites comme Annabelle, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

4 commentaires