Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie
  1. Woopets
  2. Chien
  3. Actualités
  4. Faits Divers
  5. Canada : Des nouvelles de Mario, un an après que ce chien ait survécu au pire

Canada : Des nouvelles de Mario, un an après que ce chien ait survécu au pire

Publié le 04/05/2017 à 11h17

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Canada : Des nouvelles de Mario, un an après que ce chien ait survécu au pire"

Mario, un Husky Sibérien croisé, est un véritable miraculé. Il y a un an, il avait survécu à 2 tentatives de meurtre : l’une par arme à feu et l’autre en l’enterrant vivant. Aujourd’hui, le chien se porte à merveille et son bourreau s’apprête à répondre de ses actes devant la justice.

C’est le site Le Journal de Québec qui nous rappelle ces faits survenus en mai 2016. Mario, un jeune Husky Sibérien croisé, avait alors échappé à une mort atroce, et ce, à 2 reprises.

Vivant dans la région de Portneuf au Québec, il avait été victime d’un tir d’arme à feu. Le propriétaire du chien avait, en effet, demandé à son voisin de l’abattre et de l’enterrer. Ayant reçu plusieurs plombs dans le corps, Mario avait tout de même survécu et son bourreau avait ensuite tenté de l’enterrer vivant.

Là encore, le chien a réussi à échapper au sort funeste qui lui avait été réservé par la cruauté de l’homme.

A lire aussi : "Le sevrage du chiot "

Par la suite, Mario avait été retrouvé à quelques kilomètres de là, à Saint-Thuribe, baignant dans son sang. Pris en charge par des vétérinaires et par le refuge L’Arche de Kathleen, fondé par Kathleen Marcotte, le quadrupède a été soigné et sauvé. Il s’est remis peu à peu de ses blessures et, aujourd’hui, est totalement tiré d’affaire.

Un accusé a été identifié : Noé Dupéré Morin, 22 ans, habitant Saint-Ubalde. Son procès débutera le 17 mai prochain.

Il encourt une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 dollars canadiens (6700 euros environ) et une peine de prison de 18 mois pour avoir « volontairement, et sans excuses légitimes, mutilé ou blessé un chien ». Accusation face à laquelle il a choisi de plaider non coupable.

Photos : Le Journal de Québec

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune Bouledogue, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chien le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (William, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chien, faites comme William, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire

  • Lauriane Jehl a écrit : 11/06/17

    Mais quelle honte d'avoir fait ça!!! Si il n'en voulait plus, il aurait pu avoir le courage de le confier à un refuge au lieu de le faire abattre par un autre... L'humain est vraiment la stupidité incarné...

     Répondre  Signaler