Les besoins en eau du cheval

Illustration : "Les besoins en eau du cheval"

L’eau joue un rôle capital chez le cheval, autant sur le plan alimentaire que sur le plan physiologique. En effet, alors qu’il peut survivre plusieurs semaines sans manger, un cheval qui ne boit pas pendant quelques jours risque la mort par déshydratation. Quels sont les besoins en eau du cheval ? Comment abreuver correctement son cheval ? Woopets vous explique comment garantir l’hydratation de votre cheval en toutes circonstances.

Quelle est l’utilité de l’eau pour le cheval ?

Que ce soit chez le cheval ou chez tout autre être vivant, l’eau est indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Représentant 60 % du poids des équidés, l’eau joue un rôle important dans la régulation de la température corporelle du cheval. En effet, en transpirant le cheval peut adapter sa température interne aux conditions météorologiques extérieures.

Très présente dans les intestins du cheval, l’eau lui permet de digérer correctement et de produire ses crottins. Le cheval perd également beaucoup d’eau lorsqu’il urine, ses urines contenant environ 80 % d'eau. De même, l’eau permet à la jument de produire du lait et sert à l’hydratation du foetus lorsqu’elle est pleine.

Que ce soit lorsqu’il transpire, lorsqu’il digère ou encore lorsqu’il urine, le cheval est amené à perdre beaucoup d’eau au cours d’une même journée. Pour retrouver la teneur en eau dont il a besoin, il doit alors s’abreuver et manger.

Sans eau, le cheval ne peut pas vivre plus de quelques jours. C’est un besoin vital pour l’animal qui peut développer des coliques ou un coup de chaleur rapidement en cas de déshydratation. Lorsqu’il vit en extérieur, l’eau contenue dans l’herbe permet au cheval de couvrir ses besoins minimum en eau. Si ce même cheval travaille, qu’il est dans une situation de stress, qu’il s’agit d’une jument gestante, ou encore qu’il fait chaud, l’herbe ne suffit plus. Il faudra lui mettre de l’eau à disposition pour combler ses besoins.

Quels sont les besoins en eau du cheval ?

Un cheval de 500 kilos consomme entre 20 et 40 litres d’eau en moyenne chaque jour. Les besoins en eau du cheval varient notamment en fonction de son alimentation, de son activité physique, mais aussi des conditions météorologiques.

Alimentation du cheval et besoins en eau

Tous les aliments présentent une certaine teneur en eau. Ainsi, lorsqu’il mange le cheval consomme de l’eau dont la quantité dépend des aliments ingérés.

A titre d’exemple, la teneur en eau de l’herbe est de 85 % au printemps. Les granulés, la paille et le foin bénéficient d’une teneur en eau allant de 11 à 15 %. Elle passe à 35 % en moyenne pour le foin enrubanné. Ainsi, plus la ration donnée au cheval est sèche, plus ses besoins en eau sont importants.

Lorsque le cheval consomme trop de repas constitués de céréales, il peut être sujet à des diarrhées chroniques qui induisent elles-mêmes une surconsommation d’eau ou au contraire un risque de déshydratation. Un abreuvement exagéré peut aussi être constaté chez le cheval qui consomme trop de pierre à sel et d’électrolytes en général.

Exercices physiques et besoins en eau du cheval

Lorsqu’il fait de l’exercice physique, le cheval transpire et perd de l’eau. Il a alors besoin de boire régulièrement pour compenser ces pertes. Ses besoins en eau peuvent ainsi doubler, voire tripler en fonction de l’intensité du travail qui lui est demandé.

Si les séances sont brèves, le cheval peut boire après le travail. En revanche, si elles sont longues, il est nécessaire de lui donner de l’eau pendant le travail. C’est important, en particulier si votre cheval participe à des compétitions d’endurance ou de concours complet par exemple.

L’impact des conditions météorologiques sur la consommation d’eau du cheval

S’il fait chaud, vous transpirez et vous perdez de l’eau. Chez le cheval, c’est la même chose. La sudation est plus importante en été qu’en hiver puisque les températures extérieures sont plus élevées. Le cheval a donc besoin de boire davantage.

Lorsqu’il fait froid, le cheval perd également de l’eau dans la mesure où il consomme plus d’aliments secs (fourrages) dont la teneur en eau est moins importante. De même, un cheval qui n’est pas tondu en hiver et qui travaille transpire plus qu’un autre animal. Enfin, les conditions de vie du cheval l’empêchent parfois d’accéder à l’eau (s’il a gelé notamment). Sachez toutefois que si la température descend fortement (en dessous de -18°C), les besoins en eau du cheval sont moindres.

Bon à savoir : Certaines pathologies comme la maladie de Cushing entraînent une surconsommation d’eau chez le cheval, ainsi qu’une production excessive d’urine.

Hydrater correctement son cheval : les 4 règles d’or à suivre

Vous l’avez compris, il est essentiel pour le cheval de boire régulièrement. Pour lui permettre de s’hydrater correctement, il faut respecter certaines règles.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Apporter de l’eau propre à son cheval

Pour que le cheval boive la quantité d’eau dont il a besoin, il faut qu’il ait accès à de l’eau propre à volonté. En effet, un cheval ne boira pas si l’eau qu’on lui présente est sale ou polluée.

Que ce soit au box ou au pré, le cheval peut facilement salir son abreuvoir ou son seau avec son crottin. Il faut ainsi vérifier tous les jours que les sources d’eau sont propres et claires. Si ce n’est pas le cas, il est indispensable de nettoyer soigneusement le seau ou l’abreuvoir avec une éponge. Profitez-en pour vérifier que l’abreuvoir automatique de votre cheval est toujours en état de fonctionnement. Si votre cheval vit au pré et qu’il a accès à un bac d’eau, il faut le nettoyer régulièrement pour éliminer les mousses des parois et éviter leur prolifération.

En hiver, les canalisations peuvent geler : le cheval ne peut alors plus boire. Soyez prévoyant, et mettez à sa disposition un grand bac d’eau. Pour éviter que l'eau ne se transforme en glaçon, vous pouvez placer un ballon dans le bac : la glace aura plus de mal à se former.

Proposer de l’eau à température ambiante à son cheval

Proposez toujours de l’eau qui soit à température ambiante à votre cheval, en particulier s’il fait très chaud. En effet, de l’eau trop froide risque d’agresser le système digestif de votre cheval qui risque alors de développer une colique.

Faire boire des petites quantités d'eau à son cheval

Il ne faut jamais laisser boire un cheval en trop grosses quantités après un effort physique important. Il est préférable de le freiner et de l’obliger à boire en petites quantités. Vous pouvez par exemple le laisser boire quelques gorgées avant de le desseller. Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez le laisser boire à sa guise.

Si vous êtes en extérieur et que vous êtes parti pour une longue randonnée, laissez boire votre cheval plusieurs fois en petites quantités. Si ce n’est pas possible, ne laissez pas votre cheval boire d’un coup plusieurs litres d’eau : obligez-le à s’abreuver de manière progressive une fois arrivé à destination.

Faire la distinction entre un cheval au pré et un cheval au box

Votre cheval vit au pré et boit peu ? En réalité, ce comportement est plutôt normal. Un cheval qui vit en extérieur à 100% broute à longueur de journée. Or l’herbe est très riche en eau. Son mode d’alimentation lui permet de ne boire que 2 à 3 fois par jour, à raison de 10 à 20 litres d’eau en moyenne.

Le cheval qui vit au box se nourrit essentiellement de fourrages et de céréales. Dans la mesure où ces aliments contiennent peu d’eau, il est nécessaire que le cheval s’abreuve suffisamment pour compenser ce manque d’eau. En effet, en ne buvant pas assez, le cheval qui vit au box risque la colique.

Comment savoir si mon cheval boit assez ?

Plusieurs méthodes vous permettent de savoir si votre cheval boit assez ou s’il est en état de déshydratation.

Lorsque la teneur en eau est suffisante dans le corps du cheval, le sang est bien dilué. Il est possible de tester la fluidité du sang en mesurant le temps de remplissage capillaire. Pour ce faire, pressez avec votre pouce la muqueuse située au-dessus des dents de votre cheval (la gencive) pendant 5 secondes. Il faut qu’elle redevienne bien rose en moins de 2 secondes.

Le test du pli de peau est également un bon moyen d’évaluer la teneur en eau d’un équidé. Pour ce faire, vous devez pincer la peau du cheval au niveau de l’encolure avec votre index et votre pouce. C’est la persistance du pli de peau qui indique l’état de déshydratation du cheval. Ainsi :

A lire aussi : Que mange un cheval ?

  • Si tout va bien, le pli disparaît en moins de 2 secondes et la peau retrouve son aspect normal.
  • Si la déshydratation est modérée, le pli de peau reste en place entre 2 et 3 secondes.
  • Si la déshydratation est importante, le pli reste marqué plus de 3 secondes.

Un poulain ou un cheval qui travaille peut également montrer des signes de déshydratation. Dans ce cas, on constatera notamment des yeux tristes et creux, plus enfoncés dans leurs orbites qu’à l’accoutumée.

Votre cheval ne boit pas assez ? Vous pouvez l’aider à consommer plus d’eau en lui donnant des électrolytes sous forme de poudres ou de pierre à sel notamment. Quoi qu’il en soit, soyez vigilant : un manque d’eau peut avoir plusieurs impacts, non seulement sur ses compétences sportives mais aussi sur son métabolisme. Le cheval peut ainsi développer un coup de sang, une fourbure ou encore une colique.

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !