L’emphysème chez le cheval

Illustration : "L’emphysème chez le cheval "

Lorsqu’un cheval tousse et qu’il est essoufflé, ce n’est pas forcément anodin. Plus qu’une simple toux il peut en fait s’agir d’un emphysème. Cette toux un peu particulière qui se manifeste à la saison froide revient tous les ans. Et dans ces cas-là, le sirop n’arrive pas toujours à soulager votre cheval. Quels sont les symptômes de l’emphysème ? Comment apporter davantage de confort à ces chevaux emphysémateux ?

Qu'est-ce que l'emphysème ?

Les chevaux touchés par l’emphysème sont généralement des animaux qui vivent dans les zones tempérées au box. En raison de leur mode de vie, ils sont principalement nourris à base de fourrages.

L’emphysème est une maladie saisonnière qui se développe tous les ans en période hivernale. Bien qu’elle ne touche pas tous les chevaux, il ne s’agit pas d’une maladie qu’on pourrait qualifier de rare. En effet, elle représente plus de 50% des cas de chevaux qui consultent un vétérinaire pour des problèmes respiratoires.

L’emphysème est une maladie qui concerne principalement les chevaux de plus de 7 ans. Un jeune cheval a peu de risques d’être touché par cette maladie. Néanmoins, rien ne vous assure qu’un jeune qui semble sain ne sera pas emphysémateux dans le futur.

L’emphysème est une maladie qui peut nuire à la carrière sportive du cheval. Elle est considérée comme un vice rédhibitoire dans le cas d’une vente. Autrement dit, si vous achetez un cheval et que vous découvrez quelques jours plus tard qu’il est atteint d’emphysème, vous pouvez faire annuler la vente et obtenir un remboursement (dans la mesure où vous agissez dans les délais légaux). Sachez également que la maladie est difficile à diagnostiquer lors de visites vétérinaires d’achat, en particulier si le cheval a moins de 7 ans ou que la vente se fait en été.

Pourquoi mon cheval est-il atteint d’emphysème ?

Aussi connu sous le nom d’asthme équin ou de pousse, l’emphysème est une maladie inflammatoire qui vient obstruer les voies respiratoires du cheval sur une zone allant de la trachée aux poumons. L’emphysème du cheval est assez similaire à l’asthme qui touche l’homme.

Parfois, ce sont des chevaux qui ont souffert d’une infection respiratoire mal soignée ou des chevaux très sujets aux allergies qui sont emphysémateux. Lorsque c’est une allergie au pollen qui déclenche l’emphysème, les symptômes apparaissent plutôt au printemps. Néanmoins, c’est généralement l’environnement dans lequel vit le cheval qui est responsable du déclenchement des crises d’emphysème. En effet, en étant exposé aux poussières provenant de la paille et du foin moisi, le cheval est plus sujet à cette maladie.

Bon à savoir : chez l’homme, de l’asthme pourrait se développer après qu’il ait été exposé à de l’ammoniac. Certaines études pensent qu’il pourrait en être de même pour le cheval qui vit au box. En effet, enfermé dans un même lieu de vie plusieurs heures par jour, celui-ci est fortement exposé à l’ammoniac qui est présent dans ses urines déversées sur sa litière. Puisque chez l’homme l’exposition à ce composé chimique provoque l’asthme, il pourrait en être de même pour le cheval et l’emphysème. De la même manière, l’asthme chez l’homme serait plus important lorsqu’il vit en zone périurbaine. Chez le cheval, la pollution atmosphérique pourrait également impacter sa sensibilité à l’emphysème.

Dans une même écurie, de nombreux chevaux vivent dans les mêmes conditions. Certains déclenchent un emphysème, d’autres non. Pourquoi ? Si certains chevaux sont prédisposés à l’emphysème, c’est parce que cette maladie est génétiquement transmissible. Autrement dit, un cheval emphysémateux a de grands risques de transmettre sa maladie à ses poulains.

Comment se manifeste l’emphysème chez le cheval ?

Le principal symptôme de l’emphysème est la toux, néanmoins il n’est pas le seul !

Lorsque le cheval respire la poussière riche en acariens, en champignons et en bactéries de l’écurie, son système immunitaire agit et se défend. Chez le cheval allergique, la réaction immunitaire est beaucoup plus importante, voire même exagérée.

L’inflammation des voies respiratoires va entraîner de nombreuses réactions chez le cheval atteint. En plus d’une toux persistante, vous pourrez observer des mouvements thoraciques plus importants que d’habitude, montrant une difficulté à expirer l’air. Les naseaux sont aussi plus dilatés et des sécrétions peuvent en sortir.
Les difficultés respiratoires de votre cheval peuvent l’empêcher de travailler. Parfois, on peut aussi constater un amaigrissement important chez le cheval, toute son énergie étant consacrée à la respiration.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Les symptômes vont se manifester de manière plus ou moins importante en fonction du stade auquel est la maladie. Observez bien votre cheval pour les repérer au plus vite.

Peut-on prévenir l’emphysème ?

Puisque l’ammoniac pourrait être en partie responsable du développement de l’emphysème chez le cheval, l’une des manières de prévenir la maladie est de nettoyer aussi souvent que possible le box de votre cheval.

Tout ce qui provoque des soulèvements de poussière est un facteur de risque. Si votre cheval est logé dans un box, il faut éviter de passer la soufflette dans l’écurie pour la nettoyer. Cet accessoire soulève énormément de poussière, ce qui, bien évidemment, est très mauvais pour votre cheval. Même si ce n’est pas toujours évident de demander à un gérant d’écurie de prendre votre cas en compte, l’idéal est d’arroser le sol avant de le balayer pour éviter au maximum les poussières.

Le foin est aussi un vecteur de poussière, d’autant plus que les chevaux adorent le secouer en mangeant. La poussière est d’autant plus présente que le foin (ou la paille) est de mauvaise facture. L’idéal est donc de distribuer à votre cheval une alimentation de qualité.

Si vous devez donner du foin à votre cheval, trempez-le une vingtaine de minutes dans l’eau avant de le distribuer. Vous réduirez significativement la quantité de poussières qui y sera présente. De même, mettez-le à terre plutôt que dans un filet à foin en hauteur : la poussière aura plus de mal à remonter dans les voies respiratoires de votre cheval. Il est également possible de stériliser le foin : cette solution efficace est en revanche assez coûteuse.

Bon à savoir : Si c’est possible dans votre écurie, vous pouvez donner à votre cheval des aliments alternatifs pour remplacer le foin comme des granulés de foin, du foin hydrologique ou encore du foin enrubanné.

Existe-t-il un traitement pour l’emphysème du cheval ?

Limiter les crises d’emphysème : le rôle du propriétaire

La première chose à savoir est qu’il n’existe pas de traitement capable de guérir un cheval emphysémateux. En revanche, il est possible de stabiliser la maladie et de soulager son cheval. Pour traiter l’emphysème, la meilleure des manières est de travailler sur l’environnement du cheval en limitant les expositions aux poussières de l’écurie. La solution ? Mettre son cheval au pré ! Pas seulement quelques heures dans la journée, mais à l’année ! Changer son mode de vie peut permettre une totale disparition des symptômes chez votre cheval.

Vous ne pouvez pas mettre votre cheval en pâture ? A minima, il faudra le changer de box et le mettre dans un endroit beaucoup plus aéré et ventilé qui ne soit pas à proximité du stock de paille. En mettant votre cheval sur copeaux de bois, vous pourrez réduire son exposition aux poussières contenues dans la paille.

Bon à savoir : Si vous optez pour de la paille de très bonne qualité, votre cheval ne sera pas plus exposé à la poussière que sur copeaux classiques. Néanmoins, peu d’écuries ont ce type de paille. Les copeaux de bois sont alors une bonne solution si vous avez un cheval emphysémateux.

Le traitement des symptômes de l’emphysème

Si votre cheval fait une crise d’emphysème, il faut appeler votre vétérinaire qui pourra lui administrer des médicaments spécifiques pour traiter les symptômes.

A lire aussi : La colique chez le cheval

Pour réduire l’inflammation présente au niveau des poumons, le vétérinaire pourra prescrire des corticoïdes. Souvent administrés sous forme d’injections, il est également possible de procéder à la nébulisation. L’avantage ? Elle ne présente que très peu d’effets secondaires et elle permet d’associer des huiles essentielles aux anti-inflammatoires prescrits.

Pour permettre à votre cheval de mieux respirer, le vétérinaire proposera probablement des bronchodilatateurs sous forme de sirop. Attention, si le traitement se fait sur le long terme, il faudra y consacrer un certain budget.

Enfin, si votre cheval sécrète du mucus, vous pourrez aussi lui donner des mucolytiques.

Désormais, vous le savez, si vous avez un cheval emphysémateux, vous devez tout faire pour réduire les symptômes, voire les empêcher d'apparaître. Pour ce faire, il est important de bien observer son cheval et de le placer dans un environnement adapté à son état de santé. Rassurez-vous ! Si votre cheval est emphysémateux mais qu’il est bien suivi et que sa maladie est prise à temps, il pourra vivre de manière normale et même vous donner quelques bonnes sensations sur le plan sportif !

A propos de l'auteur :

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !

Articles en relation