Un chat se rend de lui-même dans l’arrière-cour d’un refuge, où il tente d’attirer l’attention des bénévoles

Le 6 mai dernier, dans le Michigan, un joli matou aux poils blancs et roux a fait son arrivée dans un refuge d’une manière un peu particulière… Tandis que la plupart de ses congénères y suivent des étapes d’admission en bonne et due forme, Sigmund va décider de faire une entrée qui va longtemps rester dans les esprits des bénévoles.

Illustration : "Un chat se rend de lui-même dans l’arrière-cour d’un refuge, où il tente d’attirer l’attention des bénévoles"

Les membres du Detroit Community Cat Rescue ont porté secours à de nombreux chats au fil des années, mais le séjour de Sigmund (Siggy), un félin pas comme les autres, va durablement laisser la trace de son passage, comme le rapporte Love Meow.

Le matin du 6 mai dernier, la responsable du refuge (Liz Haack) a entendu des cris tonitruants en provenance de l’arrière-cour. En se rapprochant de la fenêtre, elle est tombée nez à truffe avec un chat roux et blanc qui avait pris possession des lieux.

Illustration de l'article : Un chat se rend de lui-même dans l’arrière-cour d’un refuge, où il tente d’attirer l’attention des bénévoles

Detroit Community Cat Rescue / Facebook

Vous êtes :

« Il a frappé à la bonne porte ! »

Liz est sortie avec une boîte de nourriture, et le félin s’est rué vers elle sans attendre. La boule de poils mourrait de faim, et il était évident pour sa bienfaitrice que ce chat avait vécu toute sa vie dans la rue. Siggy a donc été très malin en se rendant de lui-même à cet endroit !

Il semblait si heureux d’avoir enfin trouvé un peu de compagnie humaine, qu’il réclamait sans cesse des caresses à Liz. Cette dernière l’a d’ailleurs hébergé au sein du refuge, où il n’a pas mis beaucoup de temps à s’adapter. Dans l’immédiat, Siggy s’est montré très à l’aise dans son nouvel environnement. Il était « très sociable et bavard », et il n’a jamais été « nerveux ». Il passait ses journées à réclamer des papouilles !

Il a été testé positif au virus de l’immunodéficience féline (FIV, ou « sida du chat »), mais cela ne l’a pas empêché de vivre en bonne santé. Alors qu’il recevait tous les soins dont il avait besoin, Siggy attendait sagement - mais bruyamment ! - la prochaine étape de sa vie : l’adoption.

« Les chats porteurs du FIV ont, eux aussi, le droit d’être aimés ! »

En raison de sa maladie, bon nombre de visiteurs ne se sont pas intéressés au gentil Siggy. Les bénévoles désespéraient de le voir rejoindre une famille, mais un beau jour, son ange gardien est arrivé…

A lire aussi : Une chatte à la longévité exceptionnelle s'invite dans un magasin de charité où ses talents de "thérapeute" font l'unanimité

Un jeune homme s’est rendu au refuge au mois d’octobre dernier, et il a immédiatement flashé sur Siggy. C’est une nouvelle qui a réchauffé le cœur des membres du Detroit Community Cat Rescue, qui rappellent que « les chats porteurs du FIV ont, eux aussi, le droit d’être aimés ! »

Siggy vit aujourd’hui en compagnie de son nouveau meilleur ami. Il n’aura plus jamais à se soucier de trouver un abri ou de se nourrir, seul dans la nature. Grâce à son escapade improvisée dans le refuge du Michigan, il est désormais le plus heureux des matous !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil