Le sida chez le chat

Illustration : "Sida"

Le sida du chat est, en quelque sorte, l’équivalent du VIH sévissant chez l’être humain. Quand le virus en question atteint l’organisme de l’animal, il s’en prend à son système immunitaire et le rend ainsi à la merci de diverses infections. Voyons-en les caractéristiques et les possibilités de traitement.

On parle du virus de l’immunodéficience féline (FIV) ou plus simplement du sida du chat. Cette infection virale possède, en effet, un mode de fonctionnement assez analogue au VIH touchant l’humain. Néanmoins, le sida du chat ne se transmet qu’entre félins ; le virus ne peut contaminer d’autres espèces, ni l’homme. Ce n’est donc pas une zoonose.

Une maladie similaire au VIH humain

Le FIV est un lentivirus. Il s’agit d’une famille de virus caractérisée par une longue période d’incubation. Le chat infecté peut mener une vie normale et sans aucun symptôme pendant des années avant le déclenchement de la maladie. Cette dernière peut même ne pas apparaître du tout, mais le chat reste porteur du virus et peut le transmettre à un autre.

La transmission du virus du sida du chat, justement, se fait par le biais de la salive ou du sang. Voilà pourquoi, dans la plupart des cas de contamination, celle-ci a lieu lors de bagarres et donc de morsures, notamment entre chats mâles.

Il est également possible que le virus FIV soit transmis par la chatte infectée à sa progéniture, notamment lorsqu’elle allaite ses chatons.

Lorsque le virus s’introduit dans l’organisme du chat, il s’attaque à ses globules blancs. Ce faisant, le système immunitaire de l’animal est considérablement affaibli. Plus le temps passe, plus les capacités des défenses naturelles se réduisent, rendant le chat vulnérable face à des germes et bactéries qui, d’ordinaire, ne représentent aucun danger.

Les conséquences du virus de l’immunodéficience féline sont graves pour le chat infecté, qui ne peut pas en guérir. Les traitements permettent cependant à l’animal infecté de bénéficier d’une qualité de vie appréciable.

Les symptômes constatés chez le chat infecté par le FIV

Chez le chat souffrant du sida félin, les symptômes généralement constatés ne sont pas spécifiques. Ils peuvent faire penser à diverses autres maladies.

L’animal est, en effet, sujet à une perte d’appétit et, par conséquent, de poids. Il semble abattu et peut développer des symptômes respiratoires, oculaires, cutanés, intestinaux ou encore neurologiques. Gingivite et stomatite peuvent également apparaître, toute comme une hypertrophie des ganglions lymphatiques sur l’ensemble du corps de l’animal.

Comment traite-t-on le Sida du chat ?

Comme vu plus haut, le sida du chat est une maladie incurable. Le traitement consiste à atténuer les signes cliniques associés pour permettre à l’animal de bénéficier d'une meilleure durée et qualité de vie possibles.

Dans certains cas, un traitement antiviral employé chez les humains souffrant du VIH peut être tenté sur le chat infecté par le FIV avec plus ou moins de succès. Ces soins sont néanmoins très coûteux.

Lorsqu’un chat est atteint du FIV, tout doit être mis en œuvre pour prévenir la contamination d’autres félins. L’animal est donc stérilisé et maintenu au domicile ; le but est de l’empêcher de se battre et de transmettre le virus à ses congénères. Lui-même est à protéger d’éventuelles infections secondaires, son système immunitaire étant affaibli : prévention des parasites (puces, tiques, poux…), alimentation cuite, soins réguliers

 

Révision vétérinaire

Mathilde Decuyper

Élève à l'École Nationale Vétérinaire d'Alfort et consultante pour ProVéto Junior Conseil

Faites comme Marine H. qui a protégé Moshi en effectuant, gratuitement et rapidement, une demande de devis personnalisé ! Aujourd'hui, elle ne regrette pas son choix et songe à proposer ce service à ses amis propriétaires de chat.

Si vous aimez votre compagnon, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cette fiche "maladie" !