Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

La disparition de nombreux chats inquiète, l’hypothèse d’un empoisonnement privilégiée

Publié le 14/12/2018 à 09h45

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "La disparition de nombreux chats inquiète, l’hypothèse d’un empoisonnement privilégiée" Photo d'illustration

Les chats de Conros sont empoisonnés. Danielle et Arlette, 2 retraitées, en sont persuadées. Depuis des années, les 2 femmes s’occupent de dizaines de chats errants, leur apportant notamment à manger. Mais, depuis plusieurs mois, certains chats ont été retrouvés morts et la population décline fortement…

Les cas de disparition de chats augmentent juste avant les fêtes de fin d’année. Après le Var, c’est au tour du Cantal d’être touché par ce phénomène inquiétant. Nos confrères de La Montagne font état de plusieurs plaintes déposées au commissariat d’Aurillac pour des faits se déroulant à Conros.

Là, dans cette commune rattachée à Arpajon, les félins seraient empoisonnés selon 2 habitantes, Danielle et Arlette. Des empoisonnements comme réponse à une surpopulation de chats qui ne serait pas du goût du voisinage. Pour cela, il convient de cerner une histoire qui débute il y a 5 ans.

A lire aussi : "Les conflits entre chats"

À son arrivée dans la commune, Arlette commence à nourrir quelques chats errants. Rapidement, les chats sont de plus en plus nombreux. Tous viennent quotidiennement chercher leur nourriture, mais ne se laissent pas apprivoiser pour autant.

Deux morts suspectes déclenchent l’hypothèse d’un empoisonnement

Lorsque Danielle arrive à son tour, les 2 retraitées vont réussir à capturer et à faire stériliser une quarantaine de chats. De quoi ralentir les naissances, sans les arrêter pour autant. Et puis arrivent les premières disparitions. Au mois d’août 2018, le corps d’un chat, Bart, est ramené par une voisine. Bart serait mort dans les orties. Une mort naturelle ? Les femmes le pensent, jusqu’à ce qu’un autre soit retrouvé dans des circonstances similaires.

Dès lors, l’hypothèse d’un empoisonnement est privilégiée. Après une croissance de la population, cette dernière diminue continuellement. Cette diminution a débouché sur des plaintes. L’enquête se poursuit…

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune chat, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chat le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (Jules, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chat, faites comme Jules, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !