A la frontière polonaise, un important dispositif d'aide pour les réfugiés et leurs animaux s'est mis en place

En Pologne, à proximité de la frontière ukrainienne, des vétérinaires se mobilisent pour venir en aide aux animaux de compagnie des réfugiés, souvent épuisés et traumatisés. Certains de ces bénévoles sont venus de très loin.

Illustration : "A la frontière polonaise, un important dispositif d'aide pour les réfugiés et leurs animaux s'est mis en place"

Andrew Yaroslaw Kushnir, vétérinaire américain de 34 ans, est bien loin de sa Californie natale. Il se trouve à près de 10 000 kilomètres, portant secours aux animaux et leurs familles fuyant la guerre en Ukraine. Dans la clinique vétérinaire improvisée installée dans le village polonais de Medyka, près de la frontière ukrainienne, il examine, soigne et réconforte les chiens, chats et NACs qui lui sont amenés par des réfugiés à bout de forces. Un récit et des témoignages rapportés par L’Express le 10 avril.

Illustration de l'article : A la frontière polonaise, un important dispositif d'aide pour les réfugiés et leurs animaux s'est mis en place
ifaw France / Instagram

Parmi les patients du jour, un félin appelé Martin vient de faire un long voyage en compagnie de ses maîtres, un couple de jeunes Ukrainiens. Sa propriétaire explique que les 30 heures de trajet pour échapper aux combats dans la région de Donetsk ont fortement marqué le chat. « Ca a été très stressant pour lui. Il n'a rien mangé et rien bu », dit la jeune femme.

En moyenne, une soixantaine d’animaux sont vus quotidiennement par Andrew Yaroslaw Kushnir et les autres volontaires sous la tente mise en place par le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw). Outre les soins et la nourriture, ils reçoivent également des accessoires indispensables : cages de transport, harnais, laisses, muselières

Autant de choses que leurs familles n’ont souvent pas le temps ou la possibilité d’emporter, au même titre que leurs propres biens. L’essentiel pour elles étant de pouvoir emmener leurs animaux pour qu’ils soient enfin en sécurité, loin des bombes et des tirs. Ce que confirme Jennifer Gardner, responsable de programme de l'Ifaw : « [les réfugiés] laisseraient tous leurs effets personnels pour s'assurer que leur meilleur ami sorte de là-bas ».

Les animaux restés sur place ne sont pas oubliés

S’il est heureux d’avoir la possibilité d’apporter une aide concrète à ces créatures traumatisées par la guerre et l’exil, Andrew Yaroslaw Kushnir ne peut s’empêcher de penser aux animaux restés en Ukraine « abandonnés par des propriétaires qui ne pouvaient plus s'occuper d'eux ».

Illustration de l'article : A la frontière polonaise, un important dispositif d'aide pour les réfugiés et leurs animaux s'est mis en place
ifaw France / Instagram

A lire aussi : Une bénévole conduit plus de 4 heures pour donner une chance de vivre à un chaton vulnérable et porteur d'une malformation

Certains d’entre eux ont toutefois pu être sauvés grâce à des convois de volontaires, dont ceux organisés par Jakub Kotowicz. Ce vétérinaire polonais établi à Przemysl, à 13 kilomètres de Medyka, les prend en charge dans sa clinique après leur évacuation depuis Lviv, où les combats font rage. Une fois ces chiens et ces chats rétablis, il s’emploie à leur trouver de nouvelles familles.

Ils sont 900 à avoir été confiés à Jakub Kotowicz en l’espace de 3 semaines. La situation des animaux en Ukraine le préoccupe au plus haut point. Elle qui « était déjà très mauvaise en temps de paix, déplore-t-il, est devenue tragique » depuis le début de la guerre, lancée le 24 février dernier par la Russie.

1 commentaire