Intégrer un coq dans un poulailler

Illustration : "Intégrer un coq dans un poulailler "

Vous connaissez assurément la réponse à cette question : les poules ont-elles besoin d'un coq pour pondre des œufs ? Évidemment, la réponse est non. Pourtant, les coqs peuvent bien « aider » les poules à pondre, et ce n’est d’ailleurs pas la seule raison d’intégrer un coq dans un poulailler. Le mâle des poules est bien présent avec elle dans la nature et ce n’est pas pour rien. Le coq protège les poules, permet à l’espèce de se perpétuer et a beaucoup d’autres attraits. Il n’a pas pour autant sa place dans tous les poulaillers. Pour vous faire une idée, Woopets vous explique pourquoi, comment et quand est-il intéressant d’intégrer un coq dans son poulailler ?

Pourquoi intégrer un coq dans le poulailler ?

La protection des poules

Si vous vivez dans un endroit isolé à la campagne, où il y a finalement moins d’humains que de potentiels prédateurs de poules, avoir un coq est une bonne idée. Les coqs sont les protecteurs attitrés du poulailler. Si vos poules sont en liberté, les coqs peuvent être votre seule source de sécurité. La vue perçante d'un coq peut discerner les mouvements que manquent généralement les poules en quête de nourriture à picorer ou de soleil.

Cette vision précise permet également de détecter facilement les prédateurs aériens. Un cri d'alarme de votre coq enverra directement vos poules se mettre en sécurité. S'il n’y a pas assez de temps pour s'échapper, un coq se retournera et défendra ses poulettes avec ses serres, ses ergots et son bec acéré. Il est même prêt à laisser sa vie pour défendre ses poules.

La reproduction

La possibilité que vos poules fassent éclore leurs propres poussins est évidemment la raison première d’avoir un coq. Le coq est un moyen gratuit d'augmenter constamment, si vous le souhaitez, le nombre d’habitants de votre poulailler. Un coq s'accouplera avec la plupart ou la totalité des poules. Il n’a pas forcément à être de la même race, à moins que vous souhaitiez devenir un éleveur d’une race en particulier.

Libre à vous de laisser les poules couver les œufs pour les voir éclore, ou de retirer les œufs et de les consommer comme d'habitude. En fonction de l’instinct de couvaison de vos poules (toutes les races ne sont pas de bonnes couveuses) ou pour libérer une poule couveuse de son devoir, vous aurez peut-être besoin d’une couveuse électrique pour faire éclore les œufs fertiles.

Pour guider vos poules

Les coqs ne sont pas seulement des protecteurs, ils sont aussi des chefs de famille. Ils guident les poules et les poussins et enseignent les pratiques importantes. Un coq appelle les poules lorsqu'il trouve une friandise particulièrement savoureuse à manger. Il les emmène à l'endroit le plus ensoleillé pour prendre un bain de poussière, il monte la garde pendant que les dames se reposent, il trouve de l'ombre pour ses poules les jours de chaleur et un abri lorsqu'il pleut.

Certains coqs grimpent même dans le nichoir pour montrer aux poulettes le meilleur endroit où pondre leurs œufs. À la tombée de la nuit, il les rappelle au poulailler, attendant souvent que tout le monde soit rentré et installé avant d'entrer lui-même pour la nuit.

Encourager les poules à pondre

Un environnement heureux et sans stress fera de vos poules de meilleures pondeuses. Le fait d'avoir un coq dans les parages pour faire office de gardien et de chef de meute libère les poules qui peuvent ainsi glaner, se balader et picorer sans craindre d'être dérangées par les prédateurs, voire par une autre poule. Lorsqu'un coq est présent, il n’y a pas de doute sur la hiérarchie de becquetage.

Par conséquent, les poules s'abstiendront la plupart du temps de se battre pour leur place et seront sans aucun doute des pondeuses plus prolifiques qu'une poule potentiellement craintive ou stressée. De plus, il est commun de dire que la seule présence d’un mâle peut stimuler une poule à pondre plus. Cela dit, pour maintenir un niveau de stress bas et éviter le picage, assurez-vous de savoir combien de poules par coq vous devez avoir.

Vous pouvez aussi intégrer un coq simplement parce que vous en avez envie, pour la beauté de cet animal ou pour restaurer l’ordre naturel de la basse-cour.

Combien de poules par coq ?

C’est une question essentielle à se poser avant d’intégrer un coq dans le poulailler. S'il n'y a pas assez de poules pour partager son temps, le coq peut les épuiser. Son appétit reproductif est trop important pour moins de 6 poules. En général, un bon ratio minimum est de 8 à 10 poules par coq. À défaut d’avoir assez de poules, un coq peut même blesser les poules par trop d’accouplements répétés. Ce comportement peut endommager les crêtes, le cou et le dos des poules à cause des coups de bec et d’ergot du coq.

Comment intégrer un coq ?

Comme avec de nouvelles poules, il ne s’agit pas de jeter le coq dans le poulailler en espérant que tout se passe bien. Vous pouvez permettre à votre nouveau coq de s'habituer à son futur poulailler en le plaçant dans un enclos séparé à l'intérieur de l'enclos principal ou à l’extérieur de ce dernier, de manière à ce qu’un contact visuel soit possible. Poules et coq pourront s'observer sans qu'aucun d'entre eux ne risque de se blesser.

Il est particulièrement utile d'observer les interactions et d'identifier tout gallinacé qui semble particulièrement agressif envers le nouveau venu ou vice versa. Lorsque vous pensez que votre nouveau coq s'est raisonnablement acclimaté à ses nouveaux compagnons de vie, vous pouvez l'autoriser à sortir de l'enclos et à entrer dans le poulailler principal.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Attendez-vous à ce que votre nouveau coq tente de faire la loi sans que toutes les poules soient d’accord pendant les deux premiers jours. Tant que les combats ne se prolongent pas et que personne n'est gravement blessé, vous devez leur permettre d’établir une nouvelle hiérarchie sans votre intervention.

Prévoyez beaucoup de nourriture et de jeux pour occuper tout ce beau monde pendant ce temps d’acclimatation. Si des affrontements persistent, les fauteurs de trouble devront être séparés du troupeau. Certains coqs, et même des poules très dominantes, n'apprendront tout simplement pas à s'entendre et ne pourront pas être maintenus ensemble.

Quand la présence d’un coq est déconseillée

Vous ne voulez peut-être pas élever des poussins

Si vous ne voulez que des œufs pour la consommation, vous n'avez pas besoin de coq. Vous n'avez peut-être pas la possibilité d'investir dans du matériel spécifique aux poussins et dans des clôtures adéquates. Il sera difficile de faire marche arrière lorsque vous verrez des petites boules de plumes débarquer, ce qui signifie que votre contingent de gallinacés va grossir grâce à tous les mignons petits poussins que votre coq a contribué à créer. Même si vous ramassez méticuleusement vos œufs plusieurs fois par jour, les poules font parfois des nids secrets, et un jour ou l’autre, vous en retrouverez une sur la pelouse avec une douzaine de boules jaunes qui la suivent partout.

Vous pouvez aussi être réticent ou carrément dégoûté à l'idée de manger des œufs fertilisés. L'œuf ne devient pas un poussin s’il n’est pas couvé et vous ne trouverez pas de surprise en cassant un œuf, son goût sera le même, mais il est totalement compréhensible de ne pas vouloir le consommer.

Beaucoup de voisinage ou des voisins très proches

Oui, c’est indéniable, un coq fait du bruit, ce qui n’est pas du goût de tous. Certaines races sont réputées pour avoir des coqs peu bruyants (Orpington par exemple), mais la loterie génétique n’offre pas de certitude. En outre, contrairement à la croyance populaire, les coqs ne chantent pas une seule fois.

En tant qu'animal diurne, le coq commence sa journée à l'aube et il chante au réveil comme de nombreux oiseaux. Le chant du coq est un signal d'alarme qui indique sa domination d’un territoire. D’ailleurs, quand il y a plusieurs coqs, le coq le mieux classé a la priorité pour lever l'aube, et les coqs moins bien classés attendant leur tour pour suivre le coq le mieux classé chaque matin.

Mais ce n'est pas l’ultime cocorico de la journée. C’est encore une fois une affaire de domination. Le coq essaie constamment de faire savoir à tout le monde qu'il est le patron. Autant de fois par jour que nécessaire. Si vous vivez à la campagne et que cela ne vous dérange pas d'entendre chanter toute la journée, ce n'est peut-être pas un inconvénient pour vous. En revanche, si vous vivez à portée de voix du voisin, c'est souvent un véritable nid de soucis de voisinage. Il y a même eu de nombreux procès relatifs au chant du coq en France, souvent gagner par les plaignants.

Un poulailler trop petit, pas assez de poules

Comme expliqué plus haut, il faut un certain nombre de poules pour envisager d’intégrer un coq dans son poulailler. Moins de 6 poules et votre coq serait source de nombreux problèmes. De même, un poulailler ou un enclos trop petit peut rendre l’environnement invivable. Un enclos trop petit veut dire moins d’espace vital pour chacun, moins de zones herbeuses à gratter et donc moins de choses à faire et à manger. Votre poulailler risque de devenir une zone de combat permanent où les poules sont épuisées, leur dos et leur cou dégarnis de plumes.

Les coqs très agressifs

Vous pouvez bien sûr avoir un merveilleux coq qui est doux avec ses poules et les traite comme des reines. Mais vous pouvez aussi vous retrouver avec un rustre agressif qui arrache à ses poules toutes leurs plumes pour les soumettre à sa volonté.

A lire aussi : Les conflits entre poules

Si un coq a habituellement tendance à appeler les poules à venir dîner lorsqu'il trouve de la nourriture, en se tenant à l'écart pour les laisser commencer avant de commencer à participer, il peut aussi se battre pour sa part.

Un coq peut être tellement possessif et protecteur envers ses poules qu'il ne vous laisse pas vous approcher d'elles ni pour ramasser des œufs ni pour remplir leur abreuvoir ou leur mangeoire.

Surveillant toujours ses poules de basse-cour, un coq vigilant peut sembler ne jamais se reposer. Il scrute le ciel et le paysage à la recherche de prédateurs potentiels, avertissant les poules lorsqu'il sent un danger. Si la protection est un trait positif, certains coqs peuvent tirer le trait trop loin. S'ils deviennent agressifs, ils peuvent blesser les adultes et les enfants en leur sautant dessus ou en leur picorant les mollets. Il est ensuite très difficile de dresser un coq qui a ce comportement, tant la protection des poules est inscrite dans son ADN. La seule solution est souvent de baisser la tête et de se montrer soumis quand on entre dans le poulailler pour que le coq ne nous considère pas comme une menace.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !