Un chien Whippet saisi émacié et en mauvaise santé : la maîtresse punie par la justice

Les agents de la SPCA (organisation pour le bien-être animal) sont confrontés aux pires atrocités. En avril 2021, ils avaient saisi Preston, un pauvre toutou négligé. Début juillet 2022, sa maîtresse a dû s’expliquer devant les tribunaux.

Illustration : "Un chien Whippet saisi émacié et en mauvaise santé : la maîtresse punie par la justice"

Des voisins de Leeann Baird, une femme résidant à Kincardine au Royaume-Uni, avaient alerté les autorités pour signaler la présence d’un Whippet dans un état catastrophique.

Les enquêteurs s’étaient donc déplacés le 23 avril 2021 pour constater les faits, mais la propriétaire niait posséder un chien. Pourtant, les sauveteurs ont bien retrouvé Preston.

Il était gravement émacié et une côte ainsi que sa peau étaient squameuses (lamelles qui se détachaient de son épiderme). Par ailleurs, ses griffes étaient extrêmement longues, l’empêchant de se mouvoir avec aisance.

Preston avait par conséquent été saisi puis soigné au centre hospitalier pour animaux de la SPCA. « Il ne pesait que 10,7 kg à l'époque et lorsqu'il a été emmené chez le vétérinaire pour un traitement, il a mangé avidement », a déclaré un porte-parole de l’association au Daily Record.

Après sa rémission, l’adorable toutou âgé de 7 ans avait finalement été adopté au sein d'un foyer chaleureux.

Illustration de l'article : Un chien Whippet saisi émacié et en mauvaise santé : la maîtresse punie par la justice
UK Animal Cruelty Files – UKACF / Facebook

Sa maîtresse assignée en justice

La SPCA avait porté plainte contre Leeann Baird pour négligence et maltraitance envers un animal.

En effet, la femme était accusée de ne pas avoir subvenu aux besoins de son canidé. « On a estimé qu'il avait subi des souffrances inutiles pendant au moins 28 jours, mais probablement plus longtemps, à cause de la malnutrition », a ajouté le porte-parole.

Des tests sanguins réalisés par le docteur animalier n’ont révélé aucun mal qui puisse justifier son extrême maigreur.

Au tribunal, l’accusée a expliqué de ne pas avoir eu les moyens financiers pour soigner Preston. « Nous comprenons que les frais vétérinaires peuvent devenir un souci, mais ignorer l'état de son chien n'était pas la solution pour gérer la situation et lui a causé une souffrance inutile », a rétorqué l’avocat de la défense.

A lire aussi : Inséparables, un chien aveugle et son congénère qui le guide espèrent trouver une famille aimante

Leeann Baird a écopé d’une amende de 236 euros et s’est vue interdire de posséder un animal pendant un an. « Nous sommes ravis que Mme Baird ait été condamnée. Mais nous sommes surtout heureux que Preston ait finalement reçu le traitement dont il avait besoin et qu'il ait trouvé un foyer aimant qui lui apporte les soins qu'il mérite », a conclu Mairi Wright, l’inspectrice en chef de la SPCA.

4 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 24/07/22

    Peine trop légère par rapport aux souffrances endurées par ce toutou.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 25/07/22

    là encore, la peine n'est pas du tout assez "forte" !!!! trop contente que PRESTON ait été adopté depuis.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 26/07/22

    Bien fait ! Mais peine trop légère pour la méchanceté de ces humains ! Pourquoi prendre un animal si c'est pour le faire souffrir ?

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 26/07/22

    Nous parlons d'une pauvre bête manquant clairement de nourriture et de soin la personne mérite la même chose et la peine n'est que trop faible par rapport à se qu'elle a fait subir à cette pauvre bête et interdiction a vie par que pour une année quand est ce que la justice va punir réellement face à tte cette maltraitance je lui souhaite belle vie a ce toutou il le mérite quand a son ancienne propriétaire je lui souhaite les pires souffrances dans sa vie

      Répondre   Signaler


  • Image de profil