La vie de ce chien prend un tournant réconfortant 2 ans après avoir été maltraité avec une pioche car "il aboyait trop"

Battu et traumatisé alors qu’il n’avait même pas un an, Kongeur avait courageusement surmonté cette épreuve avec l’aide des vétérinaires, de la Fondation 30 Millions d’Amis et d’un refuge partenaire. Ce chien peinait pourtant à trouver une famille aimante, jusqu’à cette bonne nouvelle partagée récemment.

Illustration : "La vie de ce chien prend un tournant réconfortant 2 ans après avoir été maltraité avec une pioche car

Nous vous en parlions en novembre 2022. En avril de cette année-là, la police était intervenue à Orange, dans le Vaucluse, suite au témoignage d’un riverain préoccupé par le sort d’un chien victime de maltraitance.

Kongeur, Pointer Anglais, n’était âgé que de 11 mois au moment des faits. Le pauvre canidé avait été frappé à coups de pioche par son propriétaire de l’époque, car « il aboyait trop » d’après ce dernier. Il souffrait ainsi de lésions au niveau du crâne. Couvert de sang, il ne pouvait ni marcher, ni s’alimenter seul. Il était si mal en point que son pronostic vital était engagé.

Illustration de l'article : La vie de ce chien prend un tournant réconfortant 2 ans après avoir été maltraité avec une pioche car "il aboyait trop"
Fondation 30 Millions d'Amis

La Fondation 30 Millions d’Amis avait emmené Kongeur chez le vétérinaire. Après de longs mois de soins, son état de santé ne suscitait plus d’inquiétude.

« On ne s’arrêtait pas pour lui »

Il avait été confié au refuge partenaire de Pierrelatte dans la Drôme voisine, où il avait réappris à faire confiance aux humains et à profiter pleinement de la vie.

Quant à son bourreau, il avait été condamné à 4 mois de prison avec sursis et à l’interdiction de détenir un animal de compagnie pendant 5 ans.

Le chien était prêt pour l’adoption, mais « il n’intéressait personne », expliquait Florence Damery, la présidente du refuge de Pierrelatte, au site de la Fondation 30 Millions d’Amis. « Je ne sais pas si c’est sa race, son passé… Mais on ne s’arrêtait pas pour lui », ajoutait-elle.

Quelqu’un a toutefois fini par s’arrêter devant son box après 2 années d’attente. Il s’agit d’Astrid et de sa famille, qui avaient dû faire le deuil de leur défunt chien qui ressemblait à Kongeur.

Une nouvelle vie qu’il était important de lui offrir

« Quand on a vu Kongeur, quelque chose s’est passé », raconte Astrid à la Fondation. Elle et ses proches ont rendu visite au Pointer Anglais avant de l’adopter.

Au refuge, tout le monde était ému de voir ce chien avoir droit à un nouveau départ après avoir frôlé le pire et longtemps attendu sa chance.

A lire aussi : 2 lycéennes dont "les parents devraient être fiers" agissent en héroïnes en repérant un chien sénior grelottant au fond d'un ravin

L’adaptation s’est très bien passée pour Kongeur, qui a su surmonter ses peurs, notamment celle des bruits, pour profiter pleinement de sa nouvelle vie qu’il était « important de lui offrir », conclut Astrid.

« Cela a été long et difficile pour Konger, mais au final, il s'en est sorti indemne, sans séquelles et enfin des adoptants pour leur ouvrir leur cœur et leur foyer », s’est-on réjoui du côté du refuge de Pierrelatte sur sa page Facebook.

5 commentaires

  • Invité

    Invité a écrit : 05/04/24

    Merci aux honorables sauveteurs .....

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 05/04/24

    La peine infligée au bourreau de ce petit chien est ridicule !
    Merci à tous les sauveteurs et à la famille adoptive.

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 05/04/24

    Je ne vais pas au delà de : 4 mois avec sursis.
    Quel honte!
    Du sursis ???
    En France l'animal est dans les faits toujours un meuble. B
    Voilà où en est le" législateur". L'animal est un meuble. BERK.

      Répondre   Signaler


  • Môâ a écrit : 06/04/24

    Seulement 5 ans d’interdiction de détenir un animal… sérieux ? Quand on est capable de tels actes, c’est à vie que l’on doit être privé. Avec de telles sanctions, ce n’est pas demain que ça s’arrangera pour nos amis à fourrure, plumes ou écailles ????

      Répondre   Signaler


  • Invité

    Invité a écrit : 17/05/24

    Oui la justice s'en fiche. Ce n'est qu'un animal. Voilà leur façon de penser. Ne nous leurrons pas, cet abject s'en prendra à l'avenir à un enfant, une personne âgée, bref à un faible, ce sont ses proies de prédilection.

      Répondre   Signaler


  • Image de profil