L’I-CAD rappelle les démarches obligatoires en cas de morsure ou griffure de chien ou de chat

Il arrive qu’un animal de compagnie morde ou griffe quelqu’un, qu’il s’agisse de son propre maître, de quelqu’un dans son entourage ou d’une tierce personne. Et quand un tel incident survient, les autorités compétentes doivent en être informées, comme le rappelle l’I-CAD.

Illustration : "L’I-CAD rappelle les démarches obligatoires en cas de morsure ou griffure de chien ou de chat"

L’I-CAD est l’organisme qui est en charge du Fichier National d’Identification des Animaux Carnivores. Autrement dit, c’est cette société qui gère les données relatives aux micropuces que portent nos chiens, chats et furets, les 3 espèces d’animaux de compagnie concernées par l’obligation d’identification en France.

Dans un communiqué publié cette semaine, elle a tenu à rappeler les démarches à réaliser lorsqu’il y a attaque de chien ou de chat, car ce genre d’incident a un double enjeu : la santé publique et la protection des personnes.

Illustration de l'article : L’I-CAD rappelle les démarches obligatoires en cas de morsure ou griffure de chien ou de chat

Outre la blessure entraînée par la morsure ou la griffure, il faut prendre en compte la transmission de bactéries et d’autres agents donnant lieu à toutes sortes de maladies.

D’autre part, ces agressions peuvent être autant de signaux d’alarme, alertant d’un comportement potentiellement dangereux, qui doit alors faire l’objet d’un suivi. Or, pour assurer la surveillance d’un animal, il est indispensable que ce dernier soit identifié.

En cas de morsure ou de griffure de chien ou de chat, la victime doit consulter un médecin ou les urgences. Elle doit également porter plainte si le préjudice subi le nécessite.

Illustration de l'article : L’I-CAD rappelle les démarches obligatoires en cas de morsure ou griffure de chien ou de chat

Pour sa part, le propriétaire de l’animal ayant attaqué doit déclarer l’incident auprès de la municipalité de son lieu de résidence. Il est également dans l’obligation de présenter son animal à un vétérinaire pour la mise en place d’un parcours de surveillance, qui comprend 3 visites sur une période de 15 jours. La procédure, qui permet de vérifier l’absence de la rage chez l’animal, débouche sur un certificat délivré au détenteur, aux autorités et aux victimes.

A lire aussi : En intervenant sous un pont pour éteindre un incendie, une équipe de pompiers change pour toujours la vie d'un chiot (vidéo)

Au plus tard 15 jours après la mise sous surveillance, l’animal doit être soumis à une évaluation comportementale, visant à surveiller son niveau de dangerosité.

L’I-CAD conseille également au propriétaire de contacter son prestataire d’assurance responsabilité civile. Ce dernier peut, en effet, prendre en charge les frais liés à la procédure de surveillance et couvrir les dommages occasionnés par l’animal.

2 commentaires