Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie
  1. Woopets
  2. Chien
  3. Actualités
  4. Faits Divers
  5. Fougères (35) : Prison avec sursis pour un homme qui a tué son chien parce qu’il lui rappelait son ex-compagne

Fougères (35) : Prison avec sursis pour un homme qui a tué son chien parce qu’il lui rappelait son ex-compagne

Publié le 31/08/2017 à 17h57

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Fougères (35) : Prison avec sursis pour un homme qui a tué son chien parce qu’il lui rappelait son ex-compagne"

« À chaque fois que je le voyais, cela me faisait penser à elle ». C’est, en effet, ce qui a motivé cet acte commis par un homme d’une trentaine d’années à Fougères, dans le département de l’Ille-et-Vilaine. Le défunt chien a été jeté du 3e étage. Il n’avait que 8 mois…

Un homme a été condamné à une peine de 3 mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve, ainsi qu’à une obligation de soins et l’interdiction de détenir un animal pendant 5 ans. Il a comparu ce mercredi 30 août devant le tribunal correctionnel de Rennes pour sévices graves ou acte de cruauté envers un animal, comme le rapporte le journal en ligne Ouest France.

Le juge a ainsi suivi la peine requise par le procureur de la République pour ces faits datant du 1er janvier 2016. Ce jour-là, le trentenaire avait d’abord tenté de se suicider après avoir appris que son ex-petite amie venait d’avoir un nouveau compagnon. Il s’était fracassé une cruche sur la tête.

A lire aussi : "Nettoyer les oreilles de son chien"

Apprenant cela, sa mère est venue le voir pour le dissuader de commettre d’autres tentatives de suicide. C’est alors que, face à elle, il a pris son chiot Berger Belge Malinois de 8 mois et l’a jeté par le balcon du 3e étage. Le quadrupède n’a pas survécu à cette lourde chute.

A la barre, le jeune homme a déclaré ceci : « J’allais sauter par-dessus le balcon mais on ne se tue pas devant la personne qui nous a mis au monde. C’est pour cela que j’ai jeté mon chien. ». Il a ensuite ajouté : « C’est mon ex qui m’a vendu le chien. À chaque fois que je le voyais, cela me faisait penser à elle. Je regrette. Mon chien me manque. Il était comme mon enfant. ».

Suite à cet acte, le prévenu avait été hospitalisé pour dépression et subi un examen psychiatrique. D’après les conclusions de ce dernier, il souffrirait d’une altération du discernement.

Cité judiciaire de Rennes (capture d'écran Google Street View)

0 partage

Tout comme Jean R. de Nancy qui a souhaité protéger Léo, son Labrador âgé de 11 ans, souscrivez à une assurance pour votre chien adaptée aux besoins de votre compagnon ! Faites votre demande de devis personnalisé, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre chien, faites comme Jean, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !