Le styliste Giorgio Armani s'engage à ne plus vendre de vêtements fabriqués avec la laine de lapin Angora

Illustration : "Le styliste Giorgio Armani s'engage à ne plus vendre de vêtements fabriqués avec la laine de lapin Angora"

La célèbre maison de mode Armani va mettre fin à la vente de vêtements en laine de lapin Angora. Le groupe italien l’a annoncé cette semaine, ajoutant ainsi cette matière à la liste de celles qu’il s’interdit d’employer dans le cadre de son engagement en faveur du bien-être animal.

Les lapins angoras sont victimes de leur succès et de la longueur de leurs poils, une caractéristique qui leur vaut malheureusement d’être élevés pour la production de la fibre textile portant leur nom.


Image d'illustration

Le groupe Armani a récemment annoncé sa décision de ne plus prendre part à cette industrie en retirant la laine angora de ses collections dès la saison automne-hiver 2022/2023, comme le rapportait 20 Minutes ce jeudi 2 décembre.

L’enseigne de mode créée par Giorgio Armani et Sergio Galeotti a fait part de son initiative sur Twitter le mercredi 2 décembre. « Le groupe Armani annonce son engagement à ne plus utiliser de laine angora sur toutes les gammes à partir de la saison Automne-Hiver 2022/2023, l'ajoutant à la liste des matières exclues dans le cadre de sa politique sans fourrure », peut-on lire dans le tweet en question.

90% de la production mondiale de laine Angora vient de Chine, où les lapins sont victimes de cruauté

En 2016, Giorgio Armani qualifiait la production de fourrures animales de « pratique cruelle » et indiquait alors que son groupe n’en utiliserait plus, encourageant au passage le recours à des matières alternatives. 5 années plus tard, le styliste a salué la nouvelle décision de la maison de mode en faveur du bien-être animal, cause à laquelle il a maintes fois réitéré son attachement.

A lire aussi : Nourrir un lapin

Armani répond ainsi favorablement à l’appel lancé par l’association PETA en 2013 à boycotter les articles contenant de la laine de lapin Angora, tout comme l’avaient fait Zara, Gucci et d’autres grandes marques avant lui. PETA expliquait 90% de la production mondiale provenait de Chine, où des élevages se signalaient par leurs méthodes brutales comme l’arrachage de poils sur des animaux vivants.

1 commentaire