Quelles questions se poser avant d'adopter des poules ?

Illustration : "Quelles questions se poser avant d'adopter des poules ?"

Avant de recevoir vos poules, vous devez bien sûr tout préparer pour vos nouveaux arrivants. Poulailler sûr et sécurisé, une alimentation appropriée, un abreuvoir, une mangeoire et des couchages perchés. Mais il y a aussi tout un tas de questions à se poser. Il n’est pas rare que l’achat de poules sans préparation soit source de déconvenues. Parmi les problèmes rencontrés, on peut citer les poules qui se sont transformées en coqs, les races qui étaient censées pondre quotidiennement dont le rythme est devenu hebdomadaire, les poules qui tombent malades en une semaine et bien d’autres encore.

Le fait de se poser les bonnes questions et de faire des recherches avant d’acheter ses poules permet de réduire les risques et d’éviter de nombreux pièges. Dans cet article, Woopets liste pour vous les questions clés à se poser avant d’acheter des poules.

Pourquoi adopter des poules ?

Les raisons d’adopter une ou plusieurs poules sont nombreuses.

Les œufs sont évidemment un gros plus, mais l’on élude souvent le fait que les poules sont des animaux de compagnie formidables. Elles ne craignent pas l’homme et peuvent se montrer particulièrement affectueuses et intelligentes.

Les poules sont aussi de véritables jardinières dans l’âme qui vous débarrasseront des mauvaises herbes en un clin d’œil. Sans oublier que les coquilles d’œufs, ainsi que la fiente de poule, peuvent être jetées directement dans le tas de compost. Mélangées à d’autres déchets organiques, elles sont un engrais extraordinaire.

Les poules contribuent aussi à réduire vos déchets. Certaines agglomérations incitent même les habitants à adopter des gallinacés en proposant une réduction sur leur taxe d’ordures ménagères. Trois poules peuvent faire disparaitre 120 à 150 kg de déchets organiques par an.

Ai-je le droit d’avoir des poules ?

La dernière chose que vous voulez, c’est investir du temps et de l’argent dans la préparation d’un poulailler et découvrir ensuite que vous ne pouvez même pas garder vos poules !

Rassurez-vous, aucune loi n’interdit d’élever des poules dans son jardin

« Tout homme a le droit de détenir des animaux dans les conditions définies à l’article L.214-1 et de les utiliser dans les conditions prévues à l’article L. 214-3, sous réserve des droits des tiers et des exigences de la sécurité et de l’hygiène publique et des dispositions de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature ».

Cependant, il faut prendre connaissance des arrêtés en vigueur dans votre commune ou dans votre préfecture. Les préfets et maires ont la possibilité de règlementer l’élevage de poule, par exemple en interdisant ce dernier à moins de 100 mètres de toutes habitations. N’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de votre mairie, d’autant qu’en cas d’épidémie touchant les oiseaux, vous avez le devoir de déclarer votre élevage.

Dans le cadre privé et dans la mesure où votre usage n’est pas commercial, vos poules sont considérées comme un animal de compagnie classique. Leur nombre est donc limité à 50 par foyer.

De combien d’espace mes poules ont-elles besoin ?

En fin de compte, cela dépend de la race de poules que vous élevez. Une poule de taille moyenne a besoin d’au moins 1 m2 de surface à l’intérieur du poulailler et d’environ 4 m2 à l’extérieur. Plus il y a d’espace, plus les poules seront heureuses et en bonne santé. Le surpeuplement contribue aux maladies ainsi qu’aux affrontements (vos poulettes pourraient y laisser des plumes).

Vos gallinacés auront besoin d’un endroit pour déployer leurs ailes, pour ainsi dire : un grand poulailler, par exemple, ou un jardin entier. Elles ont besoin d’endroits pour gratter la terre et prendre quelques rayons de soleil. Quoi qu’il en soit, l’espace doit être clôturé afin d’empêcher les poules de sortir et les prédateurs d’entrer (Attention : votre chien peut en faire partie!) Ajoutez une clôture ou un grillage à votre liste d’équipement.

Dois-je avoir un poulailler ?

Si avoir un poulailler n’est pas une obligation, un endroit où les poules peuvent se mettre à l’ombre l’été et se protéger du froid l’hiver est nécessaire. Assurez-vous donc d’avoir la place nécessaire pour une petite cabane ou un poulailler classique. Il doit contenir une mangeoire et des récipients d’eau, un perchoir et un nichoir pour trois poules. Un bon poulailler doit être suffisamment grand pour que vous puissiez y ramasser les œufs et y pelleter le fumier confortablement, mais un poulailler simple peut être un peu plus petit. En outre, il doit être suffisamment robuste pour protéger vos poules de tous les prédateurs.

Puis-je garder les poules dans mon jardin ?

Si votre jardin est spacieux, clôturé, et que vous êtes tout à fait satisfait qu’il ne soit pas l’égal des plus fins jardins à la française : laissez vos poules vagabonder à leur guise, elles s’occuperont des mauvaises herbes et de certains insectes pour vous. Mais si vous tenez à l’intégrité de vos fleurs, prenez garde.

Veillez aussi à ce que l’accès à votre potager ne leur soit pas possible. En effet, vos poules risquent de se jeter sur vos jeunes salades ou sur les pousses d’autres légumes. Elles ont aussi une fâcheuse tendance à gratter la terre meuble des semis. Votre cocotte risque également de creuser des nids-de-poule, non pas pour pondre, mais pour se débarrasser des parasites. Ne les bouchez pas, elles vont assurément y revenir.

Attention ! Un trop grand nombre de poules dans votre jardin peut vite le transformer en un désert végétal.

Combien de poules dois-je garder ?

Les poules sont des créatures sociales, alors prévoyez d’en élever trois à six. Ainsi elles ne se sentiront pas seules et vous aurez toujours une réserve constante d’œufs, puisqu’une poule adulte pond environ deux œufs tous les trois jours, en moyenne.

Les poules sont plus productives pendant les deux premières années de leur vie. Après cela, la production d’œufs ralentira. Les poussins peuvent être achetés assez facilement auprès de fournisseurs, ou vous pouvez faire éclore les vôtres si vous avez un coq.

Faut-il obligatoirement avoir un coq ?

Une poule n’a pas besoin de coq pour ovuler et donc pour pondre des œufs. Un coq est utile si vous souhaitez avoir des poussins ou une protection supplémentaire pour vos poules. En effet, il vous alertera en cas d’intrusion et tentera de faire fuir le malotru qui s’en prendrait à ses poules.

Comptez un coq pour une dizaine de poules classiques, ou pour trois ou quatre poules naines.

Le coq a aussi des défauts. Il peut facilement vous attirer les foudres du voisinage par son chant (très) matinal, et il est souvent bagarreur (attention à vos mollets).

Combien coûte l’élevage de poules ?

Tout cela coûte de l’argent, bien sûr. Un poulailler en kit pour 6 à 8 poules coûte entre 200 et 400 euros. Les matériaux nécessaires à la construction et à l’aménagement d’un poulailler et d’un enclos adjacent, le bois, les clôtures et la quincaillerie vous coûteront au moins 150 euros si vous n’avez pas de stock de départ, sans compter le temps que vous devrez y consacrer.

Pour la nourriture, la litière et les soins, vous devriez dépenser entre 200 et 500 euros par an au début, en fonction de la taille de votre élevage et de ce que vous pouvez leur donner (récolte personnelle).

Que mangent les poules ?

Une poule bien nourrie est une meilleure pondeuse. Des granulés d’aliments complets sont une option. Mais vous pouvez aussi lui donner du blé ou du maïs, environ 100 g par jour et par poule, sans oublier les restes de cuisine (épluchures de légumes, pain dur, têtes de crevettes…). Elle trouvera aussi son bonheur dans le jardin (herbes, vers, limaces, escargots…).

N’oubliez pas de lui laisser de l’eau propre dans un abreuvoir, pour boire à volonté : en été, une poule peut boire jusqu’à un demi-litre d’eau par jour.

Quelle race pour moi ?

Tout dépend de vos attentes. Si vous adoptez des poules pour leurs œufs, un grand nombre de races peuvent convenir (poule rousse, Leghorn, Brahma, Marans…). Pour des poules plus résistantes et moins sujettes aux maladies, préférez une race rustique (Gâtinaise, Coucou de Rennes, Géline de Touraine…). Pour l’ornement, cela dépendra de vos goûts esthétiques (poule Wyandotte, poule naine issue de races classiques…).

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Poules adultes ou poussins ?

L’âge d’une poule influe surtout sur le prix. Comptez 10 € pour une poule rustique comme la poule rousse, âgée de 4 à 6 mois, prête à pondre. Les poussins de 2 ou 3 mois sont moins chers (environ 5 €), mais il est difficile de savoir s’il s’agit d’une poule ou d’un coq, car les organes génitaux sont à l’intérieur.

Où acheter des poules ?

Dès le printemps et jusqu’en juin/juillet, vous trouverez des poules à vendre sur certains marchés, dans les jardineries ou chez les éleveurs professionnels et amateurs. Vous pouvez aussi trouver des annonces sur différents sites internet ou par un réseau de particuliers. Certaines races ne se trouvent pas partout, c’est par exemple le cas de poules rustiques à faible population comme la poule Gâtinaise. Il faudra donc passer par l’association qui recense les éleveurs et vous aiguillera vers un vendeur près de chez vous.

Les questions à poser à l’éleveur avant d’acheter des poules :

Garantissez-vous le sexe ?

Cela peut sembler un peu louche, mais ce n’est qu’à partir de 6 mois qu’il est possible de différencier la crête et les barbillons moins développés de la poule. Vous devez donc être sûr de pouvoir ramener vos gallinacés ou de trouver un arrangement si vous découvrez qu’un ou plusieurs d’entre eux sont des coqs. L’inverse est aussi possible, vous pouvez avoir l’intention d’acheter des coqs et découvrir ensuite des œufs dans votre poulailler. Dans tous les cas, vous voulez avoir la confirmation que vous ne trouverez pas porte close en cas de réclamation.

Vos poulettes ont-elles grandi avec d’autres animaux ?

Demandez toujours au vendeur s’il y a d’autres espèces de volailles sur la propriété. C’est très important, car certaines espèces, comme les canards et autres oiseaux aquatiques, sont parfois vectrices de maladies pour les poules pondeuses, comme la grippe aviaire (H5N1).

Certains vendeurs auront un large éventail de volailles et d’autres animaux sur la même propriété. En règle générale, n’achetez qu’à des vendeurs chez qui les poules vivent dans des enclos séparés où cohabitent uniquement des animaux de même âge et de même espèce.

Les poules sont-elles bien des pondeuses ?

Si l’une des principales raisons qui vous poussent à acheter des poules est d’obtenir des œufs de manière régulière, vous voudrez que le vendeur vous certifie qu’elles vont effectivement pondre. Les races de poules pondeuses ont des besoins nutritionnels très spécifiques pour obtenir les meilleures performances. C’est pourquoi, si vous utilisez la bonne alimentation et faites tout correctement sans obtenir d’œufs, vous méritez d’être remboursé ou de recevoir des poules de remplacement.

Sont-elles vaccinées ?

La vaccination est un domaine important. Même si elle n’est pas obligatoire pour un élevage amateur, elle est fortement recommandée. Si vous achetez des poulettes âgées de 16 à 20 semaines, sur le point de commencer à pondre, vous devrez demander confirmation à l’éleveur que les vaccins ont bien été administrés. Si ce n’est pas le cas, vous devrez alors vous tourner vers un vétérinaire, ce qui entrainera un coût supplémentaire. Sachez que plusieurs vaccins nécessitent un rappel annuel, sous forme de gouttes ou d’injections.

Y a-t-il une chance qu’elles soient malades ?

Lorsque vous ramenez vos nouveaux compagnons à la maison, la dernière chose que vous voulez est évidemment qu’ils tombent malades ou meurent au cours du premier mois. Si vous avez des enfants, il peut également être très triste pour eux de perdre leurs nouveaux animaux de compagnie avec lesquels ils ont tissé des liens. Si le vendeur vous donne la certitude que ses poules sont en bonne santé, c’est qu’il a surement fait tout son possible (comme les vaccinations) pour leur bien-être.

Comment ont-elles été nourries ?

La nourriture fournie aux poules au commencement de leur vie influe grandement sur leur santé ainsi que sur les performances de ponte. Tout problème d’alimentation peut provoquer des problèmes à long terme.

Les poules pondeuses ont des besoins nutritionnels très spécifiques pour chaque stade de croissance de leur vie. Une alimentation de qualité inférieure ou incorrecte peut souvent être beaucoup moins chère pour un éleveur peu scrupuleux, mais elle vous causera des problèmes à vous.

Demandez donc à voir les aliments que l’éleveur donne actuellement et la marque. Soyez particulièrement vigilant si vous découvrez que le vendeur nourrit ses poules avec des granulés non spécifiques ou pour poules adultes.

Comment bien choisir ses poules ?

Achetez toujours vos poules en personne.

Lorsque vous achetez des poules, vous devez les voir. Certaines entreprises les livrent, mais la plupart des éleveurs vous invitent à venir les chercher, et pour cause. En achetant en personne, vous pouvez voir l’état de vos oiseaux, la façon dont ils sont élevés. En cas de doute, passez votre chemin, il y a toujours d’autres élevages de poules.

Achetez à la lumière du jour, lorsque vous pouvez voir correctement leur état. Une poule en bonne santé doit être alerte, active et avoir les yeux brillants pendant la journée. Le plumage doit être brillant et dense. Cela dit, si la poule est en mue ou victime de picage, cela peut ne pas être le cas. Quoi qu’il en soit, de nouvelles plumes lui pousseront une fois qu’elle sera sous vos tendres soins.

N’hésitez pas à prendre la poule pour ressentir son état par vous-même. Recherchez des pattes lisses, une bonne condition des plumes. Vérifiez que sa colonne vertébrale n’est pas trop saillante. Si elle dépasse, cela signifie que votre poule est mince, voire peut-être trop. Un corps ferme indique un bon développement des muscles. Séparez doucement les plumes pour pouvoir vérifier rapidement s’il y a des poux ou des problèmes de peau cachés en dessous.

Vérifiez sa crête. Elle doit être rouge, bien remplie et brillante (ce qui indique souvent qu’elle est apte à pondre). Si elle est pâle, mais grosse, cela signifie probablement qu’elle est en bonne santé, mais pas encore en période de ponte. Si elle est sèche, ratatinée ou couverte de boutons, c’est un indicateur de mauvaise santé.

Le cloaque. Il doit être propre, si c’est un «trou» rond, cela signifie qu’elle ne pond pas encore, s’il est allongé (comme une fente), cela signifie qu’elle est apte à pondre. Si le cloaque est sale, votre poule peut avoir des problèmes de digestion ou une infection.

En fin de compte, faites confiance à votre instinct. Si vous aimez l’oiseau, achetez-le. S’il vous semble en piètre état, vous avez surement vu juste.

Comment ramener ses poules à la maison ?

Le parcage de vos oiseaux dans une boîte peut être une expérience assez traumatisante pour eux. Il est donc préférable de conduire calmement et de ne pas freiner brusquement ou causer un stress supplémentaire à vos poules. Veillez à vous procurer une cage assez grande ou à découper des trous de taille décente sur les côtés d’un carton pour leur permettre un flux d’air frais.

N’oubliez pas non plus qu’en été, l’intérieur d’une voiture peut devenir très chaud et que les températures extrêmes sont néfastes pour les poules.

A lire aussi : Combien de poules acheter ?

Une fois de retour chez vous, placez soigneusement votre conteneur avec les oiseaux à l’intérieur de l’enclos et libérez-les sans les forcer ou les brusquer. Assurez-vous qu’ils ont accès à de l’eau propre et à de la nourriture.

Si vous êtes en famille, en présence d’enfants, l’excitation sera probablement difficile à contenir. Mais vos poules, elles, seront tout simplement nerveuses. Alors, restez calme et essayez de ne pas faire de mouvements brusques. Il est préférable que vous gardiez vos distances pendant un petit moment, le temps que vos nouveaux compagnons s’habituent à leur environnement.

Quand faire rentrer ses poules ?

L’exercice n’est pas évident, principalement au début. Fiez-vous au soleil. Surtout durant l’été, vous aurez du mal à les faire rejoindre le poulailler si la lumière n’a pas faibli, qu’il soit déjà 21h n’a aucune importance pour vos poules. D’autant que le soleil a une grande influence sur la ponte.

S’il est nécessaire de les faire entrer plus tôt pour une raison quelconque, essayez de les convaincre avec du maïs.

Une fois qu’elles sont à l’intérieur, assurez-vous que tout est verrouillé et laissez-les tranquilles. Cela peut prendre quelques jours, voire quelques semaines, pour qu’elles se sentent à l’aise. Mais à mesure qu’elles s’habituent à leur nouvel environnement et à vous, elles apprennent rapidement. Bientôt, ce seront elles qui vous indiqueront qu’il est temps de rentrer en se dirigeant vers le poulailler.

Comment savoir si mes poules vont pondre ?

Il faudra une dizaine de jours à vos poules pour s’habituer à leur nouveau foyer et donc commencer à pondre. Ne vous inquiétez pas si cela prend un peu de temps. Placez un petit panier avec un œuf factice pour que votre poule en fasse son pondoir. Si votre poule vous a rejoint jeune, ça peut être plus long, sachez qu’une crête rougissante est signe de maturité.

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter ce guide !