Les symptômes et maladies des oiseaux de compagnie

Illustration : "Les symptômes et maladies des oiseaux de compagnie"

Quels sont les principales maladies affectant les oiseaux ce compagnie ? Comment se manifestent-ils ?

Un oiseau anormalement inactif ou, au contraire, très agité, des pertes de plumes (hors période de mue), diarrhée, constipation, vomissements, manque d’appétit, gonflement de l’abdomen, soif excessive… Autant de symptômes pouvant être manifestés par un oiseau souffrant et qui doivent nous alerter. Bien souvent, ces signes n’apparaissent qu’à un stade assez avancé de maladie. Il est donc nécessaire d’agir rapidement et d’emmener son animal chez le vétérinaire, qui prescrira le traitement adéquat.

Voici les maladies les plus courantes chez nos oiseaux de compagnie et leurs manifestations.

La colibacillose

Chez l’oiseau comme chez de nombreux autres animaux, la colibacillose est une maladie causée par la bactérie Escherichia coli. Cette dernière n’est pas systématiquement pathogène. Elle peut donc se trouver dans les systèmes respiratoire et digestif de l’oiseau sans déclencher de symptôme. Mais lorsqu’elle le fait, les conséquences peuvent être très graves : diarrhée verdâtre, œdème au niveau de la tête (son volume augmente), importante mortalité à l’éclosion

La coccidiose

La coccidiose est une parasitose. Elle est provoquée par des coccidies qui se développent dans l’intestin de l’oiseau. Elle a pour origine une hygiène insuffisante ou une alimentation de mauvaise qualité, avariée. Cette maladie donne lieu à de la diarrhée avec présence de sang, de perte de poids et de présence de bave au coin du bec. Si l’oiseau n’est pas traité, il peut en décéder en quelques jours.

La psittacose

Maladie contagieuse, la psittacose ne se transmet pas qu’aux congénères de l’oiseau malade ; c’est aussi une zoonose, entraînant des symptômes chez l’être humain (signes de grippe notamment). Chez l’oiseau contaminé, on observe une respiration irrégulière, des tremblements, une perte d’appétit, de la fièvre ou encore des excréments vert fluo.

Recevez les conseils de Woopets en vous inscrivant à la newsletter

Les troubles respiratoires

Les voies respiratoires de nos oiseaux sont très fragiles, d’autant plus que notre environnement de vie et que nous partageons avec eux peut être extrêmement différent du leur à l’état naturel. La fumée de cuisine ou de tabac, par exemple, les incommode tout particulièrement. L’humidité et les courants d’air sont également très nocifs. Ce sont des facteurs qui déclenchent des maladies respiratoires ou aggravent des infections, comme la rhinite, la sinusite, la trachéite, la pneumonie… Les symptômes couramment constatés sont l’augmentation de la fréquence respiratoire, de la toux, des éternuements ou encore un écoulement nasal.

Les engelures

Vents froids et températures négatives peuvent provoquer, chez les oiseaux insuffisamment abrités, des engelures. Les extrémités des pattes ont tendance à enfler et à devenir blanchâtres. C’est un problème qui touche couramment les perruches et les inséparables.

L’anémie

Chez l’oiseau, l’anémie peut être provoquée par une alimentation inadaptée. Elle peut, en effet, être la conséquence de carences, mais aussi d’aliments dangereux comme l’ail ou l’oignon. Ceux-ci favorisent la destruction des globules rouges.

Les parasites (poux rouges, acariens…) sont également responsables d’anémies, qui se traduisent par la coloration de plus en plus pâle de la peau, des pattes et du bec, ainsi que par l’amaigrissement de l’oiseau affecté.

La gale

La gale ou l’acariose atteint les pattes et le bec de l’oiseau, qui se recouvrent progressivement d’une croûte grisâtre. Le responsable est Chemidocoptes mutans, un acarien qui profite notamment du manque d’hygiène pour sévir.

Si l’animal n’est pas traité rapidement, il peut en mourir.

A lire aussi : Le stress chez l'oiseau de compagnie

La rétention d’œuf

Il peut arriver qu’un œuf reste coincé à l’entrée du cloaque et la mère ne peut ainsi pas le pondre. Dans ce cas, il est fortement recommandé d’emmener l’oiseau chez le vétérinaire, plutôt que de tenter de favoriser soi-même l’évacuation de l’œuf bloqué en massant l’abdomen.

L’arrachage de plumes

Le picage est un comportement fréquemment observé chez les oiseaux stressés, couramment dérangés, apeurés ou qui manquent d’activité. Une carence alimentaire peut également être à l’origine de l’arrachage de plumes, que l’oiseau peut s’infliger à soi-même comme à ses congénères.

0 partage

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 06/09/20

    Tres bien !
    Sur d'autres sites, ils ne mettent pas les symptômes, donc on ne peut pas savoir si notre oiseau est malade. Mais j'ai enfin trouver un site qui mais les symptômes, MERCI vous avez peut être sauvez mon OISEAU ! MERCI ENCORE

     Répondre  Signaler


Articles en relation