Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Vendôme (41) : Le chien des gendarmes retrouve une femme qui voulait se suicider

Publié le 05/06/2017 à 15h34

Ecrit par Alexandre Dieu dans la catégorie Faits Divers

Illustration : "Vendôme (41) : Le chien des gendarmes retrouve une femme qui voulait se suicider"

L’animal, un Berger Belge Malinois du PSIG de Pithiviers, a réussi à retrouver la trace de la femme de 54 ans qui avait disparu et tenté de mettre fin à ses jours.

Les chiens sont des partenaires extrêmement précieux pour les unités de police, de gendarmerie et de secours, lorsqu’il s’agit de retrouver des personnes disparues. Grâce à leur flair ultra performant, ils parviennent à détecter des traces olfactives que les appareils les plus perfectionnés seraient incapables de relever, et à ainsi à se lancer sur les bonnes pistes. De cette manière, de nombreuses vies sont régulièrement sauvées.

Récemment, c’est dans le Loir-et-Cher qu’un de ces quadrupèdes opérant au sein des forces de l’ordre a permis de localiser une femme disparue. D’après le site Radio Intensité, cette personne, âgée de 54 ans, était perdue de vue depuis le mardi 30 mai. Un appel avait été lancé sur les réseaux sociaux suite à cette disparition, qui était d’autant plus inquiétante que la quinquagénaire avait laissé chez elle un message annonçant qu’elle avait l’intention de mettre fin à ses jours.

Les gendarmes du PSIG (peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie) de Pithiviers se sont mis à sa recherche, déployant notamment leur équipe cynophile. C’est l’un des chiens de cette dernière, un Berger Belge Malinois répondant au nom d’Eben, qui a fait la différence. Lancé sur une piste obtenue grâce à un témoignage livré le lendemain de la disparition, l’animal a progressé jusque dans le secteur d’une chapelle isolée à Saint-Firmin-des-Près, avant de s’immobiliser au fond de la parcelle pour signifier qu’il venait de trouver quelque chose. La femme disparue était bel et bien là, vivante.

Hormis des écorchures aux chevilles et une trace de strangulation au cou, consécutive à une tentative de pendaison qu’elle confiera plus tard aux gendarmes, elle ne souffrait d'aucun autre problème de santé.

A lire aussi : "Choisir son vétérinaire"

Eben, le brave Berger Belge Malinois du PSIG de Pithiviers

A propos de l'auteur :

0 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune Bouledogue, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chien le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (William, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chien, faites comme William, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !