Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie
  1. Woopets
  2. Chien
  3. Actualités
  4. Faits Divers
  5. Une centaine de chiens retirés à un élevage dans la Meuse

Une centaine de chiens retirés à un élevage dans la Meuse

Publié le 11/10/2018 à 14h24

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Une centaine de chiens retirés à un élevage dans la Meuse" © Fondation Assistance aux Animaux

121 chiens, dont de nombreux chiots, vivaient dans des conditions difficiles dans un élevage initialement prévu pour 49 places. Les fondations Assistance aux Animaux et 30 Millions d'Amis, ainsi que la gendarmerie et la DDPP de la Meuse sont intervenues pour prendre en charge les animaux.

Comme le rapporte LorraineActu, une centaine de chiens ont été retirés à une éleveuse dans le village de Billy-sous-les-Côtes (55), car les conditions dans lesquelles ils vivaient ne répondaient pas aux normes.

En présence des représentants de la Fondation 30 Millions d'Amis, de la Fondation Assistance aux Animaux et d'un huissier de justice, les gendarmes et les membres de la Direction départementale de la protection des populations de la Meuse ont évacué cet élevage pour lequel le permis d'exploitation ne prévoyait que 49 places. Ce sont finalement 121 chiens qui y ont été découverts et saisis, pour être placés dans les refuges des 2 associations citées plus haut.

A lire aussi : "Nettoyer les yeux de son chien"

Les animaux sont de différentes races, principalement nordiques et de traineau (Husky de Sibérie, Malamute de l'Alaska, Samoyède...), asiatique (Akita Inu) et de type Spitz. Parmi eux, on a également récupéré bon nombre de chiots, dont la plupart étaient entassés dans des caisses, des enclos improvisés et sur des palettes. Outre la surpopulation, les intervenants ont constaté d'importants manquements en matière d'hygiène : déjections, fortes odeurs, manque d'aération, etc.

Par ailleurs, il s'est avéré que les occupants ne s'acquittaient plus de leurs loyers et ont fait l'objet d'une mesure d'expulsion.

La justice devra désormais statuer sur le sort des 121 chiens. On en saura plus à ce sujet le 28 novembre prochain au tribunal de Bar-le-Duc qui s'est saisi de cette affaire.

0 partage

"Après l'accident de ma petite Mojito, mon magnifique Chihuahua, j'ai regretté de ne pas avoir souscrit à une assurance pour chien. Les frais vétérinaires se sont très vite envolés et il était indispensable pour moi, malgré le prix très élevé des soins, de sauver ma chienne. " (Annabelle, 31 ans, Marseille)

Si vous aimez votre chien, faites comme Annabelle, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !