Un chien recruté pour faire fuir les oiseaux d’un aéroport

A 18 mois, Hercules suit actuellement une formation. Objectif pour ce Border-Collie : être capable de faire fuir les animaux et les volatiles qui approchent l’aéroport de Yeager d’un peu trop près. Un choix osé de la direction et qui a un coût, mais qui vaut apparemment la chandelle.

Illustration : "Un chien recruté pour faire fuir les oiseaux d’un aéroport"

Hercules est le héros d’un dessin animé de Disney. Il est aussi le héros de l’aéroport de Yeager, en Virginie-Occidentale, qui a décidé de mettre les moyens pour engager ce Border-Collie destiné au rôle bien particulier.

En effet, il a comme objectif d’éloigner les animaux et de faire fuir les volatiles qui viennent contrarier les plans des pilotes d’avion lors de décollage ou d’atterrissage, pouvant comporter un certain danger pour les ailes, moteurs ou roues du géant des airs.

Les aéroports internationaux rivalisent d’idées pour faire fuir ces volatiles : tirs de fusée ou encore torches laser sont les plus courantes. Mais cet aéroport américain a eu l’idée de faire appel à ce Border-Collie de 18 mois, engagé pour la coquette somme de 7 500 dollars.

« Un vrai prédateur » selon le directeur adjoint

Nick Keller, directeur adjoint de Yeager, explique les motivations de ce choix dans des propos retranscrits par Ouest-France : « Chaque aéroport a des problèmes avec les oiseaux et la faune sur l’aérodrome. C’est un grand danger pour la sécurité. Un chien peut être un vrai prédateur. Il permettra d’éloigner les oiseaux, les cerfs, les coyotes, les lapins présents sur l’aérodrome. »

Le canidé est pour l’heure dressé pendant plusieurs mois. Il n’est pas le seul. En effet, le personnel de l’aéroport avec lequel Hercules entrera le plus souvent en relation doit également suivre une formation pour savoir comment et quels ordres donner.

A lire aussi : Ils dressent une « liste de choses à faire avant de mourir » pour leur chiot condamné par la maladie

Puis, Hercules sera habillé aux couleurs de l’aéroport. Un gilet réfléchissant, des lunettes de sécurité et une protection auditive l’accompagneront tout au long de ses journées. Rendez-vous en mai pour apercevoir Hercules aux abords des pistes de Yaeger. Un aéroport qui suit ainsi les recommandations d’un biologiste du ministère de l’Agriculture des États-Unis.

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil