Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Pau (64) : Une dispute de couple s’achève par la défenestration mortelle d’un chiot

Publié le 05/12/2016 à 16h03

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Pau (64) : Une dispute de couple s’achève par la défenestration mortelle d’un chiot"

Le jeune chien, un Patou, n’a pas survécu à sa chute du 3e étage. Le couple détient un autre chiot, dont l’association Animal Cross souhaite lui faire retirer la garde.

Les habitants de la rue Émile Guichenné et des environs, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), n’en reviennent toujours pas. Ils ne comprennent pas comment ce couple a pu infliger une mort aussi atroce à un pauvre chiot.

En fin de semaine dernière, un homme et une femme vivant dans un immeuble de ladite rue ont eu une violente altercation. Ce n’était pas la première fois, d’après le voisinage, qui les avait entendus se disputer à plusieurs reprises auparavant. Mais cette fois-ci, la scène de ménage a eu des conséquences tragiques, puisque l’un d’eux a jeté leur chiot de la fenêtre de leur appartement, situé au 3e étage. La chute a été fatale pour le jeune animal, de la race Patou (Chien de Montagne des Pyrénées).

A lire aussi : "Apprendre la propreté à un chiot"

Alertée, l’association Animal Cross s’est mise à récolter des témoignages parmi les gens du quartier, qui leur ont notamment indiqué que le couple en question s’était vu retirer la garde des enfants. Les membres de l’organisation ont, en plus, appris que l’homme et la femme avaient un autre chiot. Ils sont déterminés à le récupérer avant qu’il ne soit victime, à son tour, d’un de leurs fréquents accès de colère.

L’association Animal Cross a entamé les démarches auprès du procureur de la République dans ce sens, mais pour le moment, la situation ne semble pas se décanter.

Interrogé par Sud Ouest, Benoît Thomé, représentant d'Animal Cross à Pau, a expliqué que le procureur était « au courant de l'affaire mais ne souhaite pas le retrait du deuxième chien dans la mesure où les témoins n'ont pas fait état de maltraitance sur cet animal. Pour autant, il y a des faits accablants qui plaident pour la mise à l'abri de la potentielle victime, c'est-à-dire le chien, avant la fin de l'enquête et du procès qui, s'il a lieu, n'interviendra pas avant des mois. »

Voici le 2e chiot, toujours détenu par le couple (photo : Animal Cross)

1 partage

" J'ai souscrit à une assurance pour Nelson, mon jeune Bouledogue, dès sa naissance et j'ai été très heureux d'avoir cette assurance pour chien le jour où il s'est cassé la patte en jouant. Les soins chez le vétérinaire ont été pris en charge et lorsque l'on est étudiant, on a pas forcément le budget pour assurer ce type de dépense. " (William, étudiant à Lille)

Si vous aimez votre chien, faites comme William, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire