Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Luxembourg : un père et son fils jugés pour avoir négligé leur chien

Publié le 29/09/2016 à 14h56

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Luxembourg : un père et son fils jugés pour avoir négligé leur chien"

Au Luxembourg, un homme de 73 ans et son fils de 45 ans sont accusés d’avoir négligé leur chien, au point que la vétérinaire qui l’a pris en charge a dû se résoudre à l’euthanasier. Ils risquent une peine de prison de 3 mois, une amende et une interdiction de détenir des animaux domestiques. Le verdict sera prononcé le 20 octobre.

Ce mercredi, un père et son fils, âgés respectivement de 73 et 45 ans, ont comparu devant le tribunal de Luxembourg pour des faits de négligence à l’égard de leur chien. Celui-ci était dans un état de santé qui avait considérablement décliné lorsqu’il avait été confié aux soins d’une vétérinaire, si bien que cette dernière a été contrainte de mettre fin à ses souffrances en décembre 2014.

Les 2 hommes sont accusés de ne pas avoir apporté les soins nécessaires à l’animal. Il n’était pas correctement nourri et ne bénéficiait pas d’un abri digne de ce nom. Par ailleurs, le père, qui en avait la responsabilité, ne l’avait pas enregistré auprès de la mairie.

A lire aussi : "Apprendre son chien à se promener en laisse"

Chez la vétérinaire, le chien avait été mis sous perfusion, mais cela n’avait pas suffi à le sauver. Il souffrait d’une défaillance rénale et ne pesait que 14 kg, alors qu’il devait en faire 8 de plus. Au bout de 2 semaines de soins infructueux, l’animal en grande souffrance avait dû être euthanasié. L’homme et son fils se sont défendus en déclarant que c’était le refuge français, auprès duquel ils l’avaient adopté, qui ne lui fournissait pas l’alimentation adéquate.

L’avocate de la Ligue de défense des animaux, partie civile dans cette affaire, a réclamé 5000 euros de dommages et intérêts et une interdiction à vie de garder des animaux. L’avocat du fils a, pour sa part, demandé une nouvelle expertise des photos pour déterminer l’état du chien, requérant la relaxe de son client. De son côté, la représentante du Parquet a estimé qu’aucune autre expertise n’était nécessaire et que les 2 hommes avaient la responsabilité du chien. Partant de ce fait, elle a requis une peine de 3 mois de prison pour chacun des accusés (avec sursis pour le fils), ainsi qu’une amende et une interdiction de détenir des animaux de compagnie pour une durée de 5 ans.

La date du 20 octobre a été fixée pour le verdict.

Photo: Marc Wilwert

0 partage

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !