Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

Le propriétaire d’un chien condamné pour l’avoir laissé dans le coffre de sa voiture

Publié le 26/10/2015 à 13h10

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "Le propriétaire d’un chien condamné pour l’avoir laissé dans le coffre de sa voiture"

L’affaire avait fait grand bruit dans le Val-d’Oise en début d’année. Le 22 janvier, un chien avait été retrouvé dans le coffre d’une voiture à Garges-lès-Gonesse, dans la banlieue nord de Paris.

Son propriétaire, Yacouba T., a été jugé pour « mauvais traitement à animal » et condamné, vendredi dernier, par le juge de proximité de Gonesse à 450 € d’amende et une interdiction de 3 ans de détenir un animal. Il devra, par ailleurs, verser 600 € de dommages à intérêts à l’association de protection des animaux Stéphane Lamart et 400 € au titre des frais de justice.

Stéphane Lamart, par l’intermédiaire de son association éponyme, s’est donc constitué partie civile dans cette affaire. C’est lui qui a libéré l’animal en question après qu’une voisine ait attiré son attention sur des hurlements de chien provenant du véhicule depuis plusieurs jours.

A lire aussi : "Gérer la peur de la laisse chez le chien"

Il s’est alors rendu sur place et a pris l’initiative d’ouvrir le coffre de la Citroën ZX du maître-chien condamné. Stéphane Lamart avait obtenu l’autorisation préalable d’un officier de police judiciaire. En plus d’être à l’étroit et dans l’obscurité la plus totale, le Berger Belge Malinois qui était emprisonné dans le coffre n’avait ni eau, ni nourriture à sa disposition. Seule une gamelle contenant des croquettes se trouvait sur la banquette arrière dont l’accès est impossible pour le chien. L’endroit était sale et très mal aéré. De plus, la voiture était garée devant une école, ce qui aurait pu occasionner bien des accidents.

Le prévenu s’en est ainsi tiré à bon compte, car l’enquête n’a pas prouvé que le chien avait séjourné plusieurs jours à l’intérieur du coffre. Dans ce cas-ci, il aurait été poursuivi pour « sévices graves et acte de cruauté envers un animal », avec un procès en correctionnelle à la clé.

1640 partages

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !