Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

La première transplantation de rein chez le chat en France est une réussite !

Publié le 01/07/2019 à 11h19 Modifié le 02/07/2019 à 10h40

Ecrit par Norman Bougé dans la catégorie Sauvetages

Illustration : "La première transplantation de rein chez le chat en France est une réussite ! "
Photo d'illustration

À Lyon, une clinique vétérinaire a récemment vu 2 urologues venir transplanter un rein chez… un chat ! Une première en France. L’opération s’est déroulée avec succès, et le vétérinaire accueillant les 2 chirurgiens espère désormais voir la pratique de démocratiser dans l’Hexagone.

C’est une grande première en France. Le 31 mai dernier, les Dr. Sébastien Crouzet et Ricardo Codas Duarte, spécialistes en urologie et en chirurgie de la transplantation à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon, ont transplanté avec succès un rein sur Tara, un félin de 3 ans.

Considéré comme un jeune chat, Tara présentait un profil intéressant. L’opération a pu avoir lieu grâce à Sushi, l’autre chat de la famille de Tara. « Comme pour les humains, un bilan a été fait pour nous assurer que ce donneur potentiel n’avait pas de maladie particulière et qu’il était compatible », précise à 20 Minutes Julien Edet, vétérinaire à la clinique des Pierre-Dorées.

Une « expérience enrichissante » qui en appelle d’autres

C’est cette clinique qui a d’ailleurs accueilli l’opération, réalisée de manière bénévole par les deux chirurgiens rompus aux joutes de cet exercice sur les humains. Moins sur les animaux, même si les connaissances étaient réelles : « Les chats ont de tout petits reins, équivalents à ceux d’un bébé de six mois, avec des branchements vasculaires très étroits. Les transplantations, c’est dans notre ADN. On fait ça souvent, mais pas les vétérinaires », confie l’urologue Sébastien Crouzet.

A lire aussi : "La première visite de son chiot chez le vétérinaire"

Face à la mort certaine qui attendait Tara, il était plus qu’urgent d’agir vite. Aujourd’hui, Tara et Sushi se portent on ne peut mieux. De quoi rendre fier Julien Edet face à cette « expérience enrichissante ». Il ajoute qu’il aimerait désormais voir les vétérinaires être « formés à ce type d’interventions » qui peut sauver des vies.

Il sera aussi nécessaire que les assurances couvrent des opérations qui peuvent coûter plusieurs milliers d’euros, et qui ne sont « pas à la portée de tous ».

A propos de l'auteur :

0 partage

Tout comme Jean R. de Nancy qui a souhaité protéger Léo, son Labrador âgé de 11 ans, souscrivez à une assurance pour votre chien adaptée aux besoins de votre compagnon ! Faites votre demande de devis personnalisé, c'est rapide et gratuit !

Si vous aimez votre chien, faites comme Jean, protégez le en remplissant ce formulaire pour découvrir nos offres (gratuit) !

1 commentaire