L'association PETA désavoue un refuge refusant aux personnes pro-armes à feu d'adopter un animal de compagnie

La propriétaire d’un refuge californien a décidé de refuser toute demande d’adoption de chien ou de chat émanant d’une personne favorable à la possession d’arme à feu. L’association américaine de protection animale PETA a exprimé son désaccord avec cette prise de position.

Illustration : "L'association PETA désavoue un refuge refusant aux personnes pro-armes à feu d'adopter un animal de compagnie"

Aux Etats-Unis, une polémique a éclaté après la décision prise par un refuge de ne plus autoriser les personnes pro-armes à feu adopter chez lui. Une démarche à laquelle PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) s’oppose, rapporte FOX News ce vendredi 17 juin.

Le refuge en question est celui de l’association Shelter Hope Pet Shop et se trouve à Thousand Oaks, en Californie. Sa propriétaire est une actrice du nom de Kim Sill, qui lutte contre la possession et le port d’armes à feu depuis la tragédie ayant frappé sa famille 24 ans plus tôt.

Dans un communiqué publié sur son site, le refuge a exposé sa position. « Nous ne soutenons pas ceux qui croient que le 2e amendement leur donne le droit d'acheter des armes d'assaut. Si vos convictions ne correspondent pas aux nôtres, nous ne vous laisserons pas adopter un animal de compagnie chez nous », peut-on notamment y lire.

Shelter Hope Pet Shop refuse aussi de confier ses animaux à des familles d’accueil favorables aux armes à feu. L’organisation va même jusqu’à menacer de poursuites tout personne adoptant ou accueillant un chien ou un chat chez elle en ayant caché son adhésion à la NRA (National Rifle Association of America).

Ce qui compte avant tout pour PETA, c’est le traitement de l’animal

Par la voix de sa directrice adjointe, PETA a rejeté la posture de Kim Sill et son refuge. Si la célèbre association de protection animale salue le « bon travail » et « les intentions louables » de Shelter Hope Pet Shop, elle estime que « parce qu'il y a une crise des animaux sans foyer, ce qui compte, c'est que ceux adoptés soient bien traités et qu’on en prenne soin. C'est le critère qui nous semble important ». Autrement dit, plus que l’opinion de l’adoptant vis-à-vis des armes à feu.

Illustration de l'article : L'association PETA désavoue un refuge refusant aux personnes pro-armes à feu d'adopter un animal de compagnie

Pour sa part, Kim Sill explique que son combat contre ces dernières est motivé par la mort brutale de sa sœur, survenue en 1998 quand le mari de celle-ci l’avait abattue. « Il avait acheté un pistolet 2 jours plus tôt sans bilan de santé mentale et l’avait tuée », raconte la fondatrice de Shelter Hope Pet Shop.

Suite à ce drame, elle était tombée dans une grave dépression, au point de penser à mettre fin à ses jours. C’est en s’engageant dans la protection et le sauvetage d’animaux qu’elle avait réussi à remonter la pente.

Une décision accélérée par la fusillade d’Uvalde

Récemment, une autre tragédie l’a renforcée dans ses convictions. Il s’agit de la tuerie d’Uvalde, au Texas. Le 24 mai dernier, un individu de 18 ans armé d’un pistolet et d’un fusil d’assaut a fait 21 victimes, dont 19 enfants, dans une école primaire.

Plus près du refuge de Kim Sill, une autre fusillade avait eu lieu en 2018 à Thousand Oaks ; un ancien militaire de 28 avait alors tué 13 personnes.

A lire aussi : Sauvée d'une usine à chiots où elle vivait dans des conditions infâmes, Bonnie combat aujourd'hui le crime

Elle ajoute qu’elle refuse des demandes d’adoption pour bien d’autres motifs, comme la qualité de l’alimentation que le potentiel adoptant a l’intention de donner à son chien, ou encore le type de litière qu’il choisit pour son chat. Toutefois, ce sujet qu’est la possession d’arme à feu est bien plus clivant et de nature à déchaîner les passions, d’après elle.

Kim Sill indique, par ailleurs, avoir reçu de nombreuses menaces de mort, mais dit ne pas en vouloir à leurs auteurs.

1 commentaire

  • Invité

    Invité a écrit : 17/06/22

    perso, la dame qui tient le refuge fait ce qu'elle veut et elle a effectivement ses raisons (meurtre de sa soeur)....mais une personne qui vient adopter un animal peut ne pas posséder d''armes...et quelques mois après, acheter une arme !!!! le refuge ne le saura pas ! si la dame a "des critères", je pense qu'elle réussit à placer les animaux quand même

      Répondre   Signaler


  • Image de profil