Face au sort réservé aux chiens errants en Tunisie, des défenseurs de la cause animale se mobilisent sur les réseaux sociaux (vidéo)

L’équipe rédactionnelle de Woopets s’est entretenue avec les membres de Tunisia Animals Voice. La raison ? Ce collectif de défense des droits des animaux a lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour demander l’arrêt des abattages massifs des chiens errants en Tunisie. Cette pratique, mise en place par les autorités et décriée par un grand nombre d’associations de protection animale, a pour objectif de faire reculer le nombre de cas de morsures et de rage.

Illustration : "Face au sort réservé aux chiens errants en Tunisie, des défenseurs de la cause animale se mobilisent sur les réseaux sociaux (vidéo)"

« Les abattages ont toujours existé dans les pays du Maghreb, et la Tunisie ne déroge pas à la règle, expliquent Malika Beltaief et Rakia Borgi de Tunisia Animals Voice, la Tunisie est un pays endémique où la rage tue encore : 6 décès humains en 2023, et déjà une perte humaine à déplorer en 2024. De plus, de nombreux citoyens font pression sur les autorités pour répondre à la problématique des meutes de chiens qui divaguent dans les rues. »

Comme le rapporte un article paru sur le site d’actualité Jeune Afrique en mars, « les statistiques de l’Institut Pasteur témoignent d’une réelle augmentation des morsures ces dernières années. De 8 000 en 2018, le nombre de prises en charge pour le vaccin antirabique à l’Institut Pasteur est passé à 14 000 en 2023 ».

Mais pour les défenseurs des animaux, cette méthode radicale ne résoudrait pas le problème de la surpopulation canine et de la transmission des maladies. Par la même occasion, ils pointent du doigt le non-respect de la dignité de l’animal.

« Des milliers de chiens sont abattus de manière cruelle et inefficace par les autorités, sans respect pour leur vie ni pour leur souffrance, peut-on lire sur le site web Kapitalis, on note une amplification des tueries, où même les chiens vaccinés et identifiés sont tués, sans discernement. »

Cette pratique suscite une vive polémique sur les réseaux sociaux. Des myriades d’internautes expriment leur révolte, et partagent des témoignages accablants.

« Le grand public nous encourage à porter haut et fort la voix des animaux »

« Certains essaient de se mettre en travers de la route des tireurs, mais ils sont inquiétés par les forces de l’ordre, car il est interdit d’entraver leur action, nous confient nos interlocutrices, d’autres tentent d’en sauver quelques-uns en les mettant à l’abri, le temps que ça se calme. […] Des défenseurs ont demandé à voir les responsables des municipalités, en vain. Tous se défaussent et invoquent "les ordres". »

Après son appel sur les réseaux sociaux, Tunisia Animals Voice a obtenu de nombreux soutiens. « Le grand public nous encourage à porter haut et fort la voix des animaux, poursuivent les porte-paroles du collectif, des députés ont dénoncé les abattages dans leurs discours au sein du Parlement. […] Des animateurs de télévision, ainsi qu’un rappeur tunisien, ont aussi réagi. »

A lire aussi : Le destin hors du commun d'un chien de refuge repéré par les forces de l'ordre après avoir été abandonné

Le but principal de cette campagne ? Attirer l’attention du chef de l’État et « le convaincre de prendre des mesures urgentes, éthiques et durables ». Les représentants de l’organisation promeuvent, notamment, une politique de stérilisation et de vaccination des chiens errants, « plus efficace et respectueuse du bien-être animal ».

Pour l’heure, l’équipe de Tunisia Animals Voice continue de mener son combat en faveur de la cause animale. Elle invite le grand public à utiliser la force des réseaux sociaux pour dénoncer les éliminations. « Témoigner de ce qu’il se passe et ne pas rester silencieux, c’est déjà beaucoup », conclut-elle.

1 commentaire