Woopets La communauté dédiée
aux animaux de compagnie

En Namibie, les chiens protégent les guépards ET les fermiers !

Publié le 09/03/2016 à 15h35

Ecrit par Alexandre Dieu

Illustration : "En Namibie, les chiens protégent les guépards ET les fermiers !"

En Namibie, les fermiers qui font face aux attaques de guépards sont encouragés à troquer leurs fusils contre des chiens, des Bergers d’Anatolie. Ceux-ci dissuadent les félins et les maintiennent à distance des animaux vivant dans les exploitations, sans pour autant les mettre en danger.

A lire aussi : "Apprendre son chien à se promener en laisse"

Les belles histoires entre les chiens et les guépards ne sont pas rares. Ainsi, les autorités namibiennes doivent faire face à un double problème : d’un côté, elles doivent protéger les populations de guépards, qui ont considérablement chuté, et de l’autre, les fermiers s’efforcent de préserver leurs animaux des attaques de ces mêmes félins. Jusqu’ici, les éleveurs avaient couramment recours aux armes à feu pour repousser les guépards qui convoitaient leurs troupeaux. Une solution aussi détestable que funeste, puisque cela a largement contribué au déclin des effectifs de guépards, autant en Namibie que dans d’autres régions du monde. Ces derniers étaient estimés à 100 000 individus en 1900, entre l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Inde. Aujourd’hui, il n’en reste plus que 10 000.

Pour tenter d’enrayer cette inquiétante tendance, le CCF (Cheetah Conservation Fund), un organisme namibien dédié à la protection des guépards, a lancé le programme Livestock Guarding Dog. Celui-ci consiste à promouvoir l’utilisation de chiens dans les fermes pour garder les troupeaux et ainsi maintenir les guépards à distance, sans leur faire du mal. La présence dissuasive de ces gardiens à 4 pattes, principalement des Bergers d’Anatolie, constitue une alternative beaucoup moins préjudiciable aux fusils traditionnellement employés par les fermiers.

Le CCF se charge de former des jeunes Bergers d’Anatolie à cette tâche spécifique. A ce jour, l’organisme en a placé plus de 400 dans des ranchs namibiens. Une initiative qui contribuera très certainement à résoudre ce problème de cohabitation.

929 partages

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !