De chienne de refuge indésirable à héroïne : Maggie a sauvé la vie de son humain malade plus d'une fois

Leurs destins se sont croisés et chacun a eu l’occasion de sauver l’autre. Une chienne appelée Maggie et son propriétaire ont connu bien des épreuves avant de se rencontrer et de découvrir qu’ils avaient tant à s’offrir mutuellement.

Illustration : "De chienne de refuge indésirable à héroïne : Maggie a sauvé la vie de son humain malade plus d'une fois"

« J’ai eu une belle vie. Je ne vais pas faire de greffe de coeur. Donnez-le à quelqu’un d’autre ». C’est ce que Don Bickford, 62 ans, avait répondu au médecin qui lui annonçait qu’il aurait très probablement besoin d’une transplantation cardiaque.

Cet ancien policier à la retraite, qui habite Chattanooga dans le Tennessee (Etats-Unis), avait eu un mini AVC et subi une intervention chirurgicale pour des problèmes cardiaques, notamment des anévrismes de l’aorte.

Récemment, tout a changé pour le sexagénaire qui voit le bout du tunnel. Sa santé s’est considérablement améliorée et son moral et est au beau fixe. Maggie y est pour beaucoup, comme le raconte le Chattanooga Times Free Press.

Illustration de l'article : De chienne de refuge indésirable à héroïne : Maggie a sauvé la vie de son humain malade plus d'une fois
Mark Kennedy/Chattanooga Times Free Press

Maggie est une croisée Chihuahua / Terrier qui n’avait pas eu une vie facile avant de rencontrer Don Bickford. Elle vivait au McCamey Animal Center, un refuge pour chiens séniors. On avait toutes les peines du monde à la placer, car elle était réputée difficile à gérer.

« Il avait fallu beaucoup d'amour et de temps pour gagner sa confiance et lui apprendre les bonnes manières », raconte Clara Register, bénévole qui s’occupait d’elle.

Don Bickford avait pris connaissance de son histoire via le site web de la structure d’accueil. Il lui a rendu visite à plusieurs reprises, tentant de se rapprocher d’elle en lui proposant des friandises, mais la chienne restait méfiante. « Ils l'amenaient dans la pièce, elle s'asseyait juste et regardait la porte jusqu'à ce qu'ils reviennent la chercher », relate le retraité.

Nouvelle déception avant les retrouvailles

Elle a toutefois progressivement commencé à tolérer sa présence, puis le contact physique. Elle le laissait ainsi lui toucher le bout du museau, alors que d’habitude, le simple fait de tendre la main la mettait dans tous ses états.

Un jour, toutefois, Maggie a été adoptée par une autre famille. Don Bickford ne l’a appris qu’en constatant que sa fiche avait disparu du site du refuge. Il était à la fois heureux pour elle et déçu qu’elle soit partie.

Il continuait malgré tout de passer au McCamey Animal Center pour déposer des dons, notamment des couvertures. Puis, à l’une de ses visites, il a entendu un aboiement familier ; c’était Maggie.

Ses adoptants l’avaient ramenée au refuge. L’expérience n’avait pas été concluante. C’était un nouveau retour à la case départ pour la pauvre chienne. Don Bickford a voulu se donner le temps de réfléchir. Il voulait l’adopter, mais se disait que si d’autres avaient essayé avant lui et échoué, il risquait la même chose. Ce qui aurait constitué une nouvelle déception tant pour lui que pour elle.

Finalement, il a pris la décision de lui ouvrir les portes de son foyer. Il ne l’a pas regretté. Maggie a démontré qu’il avait fait le bon choix dès la première nuit.

« Dieu nous a mis ensemble »

Don Bickford s’était endormi, laissant la chienne couchée au pied de son lit. Il s’est ensuite réveillé en se rendant compte qu’elle lui grattait le cou. Quelques minutes plus tard, l’alarme de son glucomètre – il est diabétique – a retenti, lui signifiant que sa glycémie tombait trop bas. Il n’avait pas encore fait le lien entre sa forte hypoglycémie et l’attitude de Maggie.

Quelques jours plus tard, il était au volant de sa voiture et roulait sur une autoroute très fréquentée. La chienne s’est mise à lui gratter le bras. Pensant qu’elle avait besoin de se dégourdir les pattes, il a décidé de se garer sur le bas-côté. Un policier le voyant faire s’est arrêté à son tour pour voir ce qui n’allait pas.

A lire aussi : L'émouvant hommage d'un promeneur canin à une chienne séniore qu'il tenait à accompagner dans ses derniers instants

En s’approchant de Don Bickford, l’officier de policer a entendu une alarme et lui a demandé ce que c’était. Le maître de Maggie lui a dit qu’il s’agissait de son glucomètre. Une fois de plus, sa glycémie avait connu une chute vertigineuse. C’était plus grave que l’autre nuit. Et là encore, Maggie avait largement devancé l’appareil. Elle avait senti le problème bien avant.

Don Bickford a pu être pris en charge à temps pour le sauver. Il a compris que sa chienne était sensible à ses changements de glycémie et qu’elle l’alertait en le grattant.

« Elle a été une grande bénédiction pour moi en tant qu’amie, dit-il. Je pense que c'est un acte divin. Je pense que Dieu nous a mis ensemble ».

Aucun commentaire

  • Soyez le premier à commenter cet article !
  • Image de profil